entre nous - chalon sur saone

Entre-nous : parlons livres

Vous êtes ici :

Les livres vous accompagnent ? Accompagnez-les ;-)

Lire... Pour le plaisir, pour apprendre, rêver, imaginer, découvrir...

Pour envoyer un avis cliquer sur "Envoyer VOS INFOS ICI"  à droite de ce texte - On peut joindre jusqu'à 5 pieces jointes (1Mo chacune)

Pour réagir à un message cliquer sur "Réagir" sous chaque article

 

Juan Branco | Crépuscule : le pamphlet politique

LE PAMPHLET AUX CENTAINES DE MILLIERS
DE TÉLÉCHARGEMENTS

Préfacé par Denis Robert, un réquisitoire accablant pour le Président Macron Une enquête inédite qui révèle et dénonce un scandale démocratique.


 

Ce texte a été écrit dans l’urgence fin 2018 en réponse à la guerre de communication orchestrée par le pouvoir contre le mouvement des gilets jaunes. C’est un pamphlet en forme de réquisitoire, dans la grande tradition française des pamphlets politiques, mais aussi le résultat d’une investigation solide, vérifiée, argumentée et libératrice. C’est un livre qui dérange, porté par une plume enlevée, qu’on ne peut lâcher tant ce qu’il raconte est sombre et édifiant.

Diffusé sur Internet dans un état original et brutal, il a généré un buzz considérable et des dizaines de milliers de téléchargements. Il parait aujourd’hui en librairie, après bien des péripéties liées à son caractère subversif et emporté, dans une version différente du document diffusé sur le net. Introduit, chapitré différemment, le livre contient une enquête originale et des éléments inédits sur la banque Rothschild, le ministère des finances et les liens de journalistes avec Emmanuel Macron.

Refusé après moult hésitations par plusieurs maisons d’édition de renom par crainte de déplaire au pouvoir, enfin publié par un duo d’éditeurs et porté par Denis Robert, Crépuscule brise la censure et arrive en librairie, en urgence et par force.

Il est le premier livre documenté, truffé d’informations inédites et recoupées, sur la manière dont Macron a gagné le pouvoir et tente de s’y maintenir malgré le mouvement des gilets jaunes. Il raconte comment Bernard Arnault et Xavier Niel, aidés de Mimi Marchand, ont « fait » Macron en coulisse.

Journal intime d’un compagnon d’armes et d’école de la génération dorée à la tête des affaires publiques depuis l’élection présidentielle, c’est un témoignage saisissant sur l’avènement du président et de son entourage direct, les ministres, secrétaires d’Etat, conseillers, banquiers, milliardaires qui l’ont porté à la magistrature suprême et ont eux-mêmes fait leur place sous les ors de la République. Juan Branco a leur âge, il a fréquenté leurs écoles et les connait intimement. Il a récolté les confidences d’amis, de proches.

La rumeur entourant la sortie du livre est telle qu’il faut s’attendre à des polémiques vives et violentes. Car Branco, en pirate et fils du producteur Paulo Branco, écrit très librement ce qu’il a vu et entendu auprès de journalistes « allant à la soupe » ou d’énarques trop ambitieux pour être honnêtes. Emmanuel Macron a gagné le pouvoir et s’y est maintenu avant de sombrer dans un crépuscule qui débouche sur une insurrection libératrice. Le livre de Branco fait peur. Car il pronostique, après ce crépuscule, une chute qui prend corps à la lecture de l’ouvrage.

Juan Branco, Crépuscule, préface de Denis Robert, un coédition Florent Massot | Au Diable Vauvert.
320 pages, 19€, en librairie le 21 mars.
 



CRÉPUSCULE
JUAN BRANCO, PRÉFACE DE DENIS ROBERT

 
Imprimer - - par A&A - 20 mars 2019

Le salon du livre de Paris 2019

Le salon du livre de Paris, Livre Paris 2019 comme il faut le nommer depuis quelques années, vient de se clore avec un certain succès. Les chiffres sont globalement stables avec 160 000 visiteurs, soit une légère baisse de 2% dans la fréquentation alors que le week-end a été marqué par des manifestations qui ont pu dissuader certains visiteurs potentiels. Globalement, les éditeurs semblent avoir un peu plus vendu et donc le sourire est quand même de mise dans le milieu professionnel…

 

Un coup de zoom bien placé pourrait montrer que les auteurs ne sont pas tous aussi satisfaits car le nombre de parutions est globalement très élevé (voire en progression) dans une certaine stabilité des ventes (voire en légère diminution), et donc les revenus pour les créateurs ne sont pas toujours à la hauteur des espérances, du travail fourni, du temps passé à écrire ou dessiner, photographier ou étudier…

 

Si on prend certains chiffres (3000 auteurs, 1200 exposants, 50 pays représentés, 10 scènes thématiques, 10% de jeunes en plus…) on pourrait se satisfaire de cet évènement… Mais, sans vouloir être trop critique car je reste fidèle à ce salon depuis des décennies (oui, j’étais aussi là quand tout se passait au Grand Palais), je pense qu’il est honnête de pointer du doigt quelques grains de sable…

 

Tout d’abord, si on se tourne vers le public, il est bien regrettable de voir tout le monde se bousculer pour atteindre quelques secondes les vedettes les plus médiatiques… Je ne citerai pas de nom car je ne veux pas fustiger un tel ou une telle, mais franchement, attendre deux heures pour faire un selfie avec un auteur de qualité moyenne avec qui on ne pourra même pas échanger plus de trois minutes car derrière ça bouscule et on est impatient… cela ne me paraît pas très raisonnable !

 

Côté des libraires, plus exactement des personnes affectées à la vente des livres, il est évident que le niveau d’expertise et de compétences n’est pas toujours au rendez-vous… Certes, nous sommes entourés de jeunes vendeuses et vendeurs, souvent des étudiants fort sympathiques, mais dès que les questions sont un peu plus pointues on ne peut constater que l’impuissance à nous guider… Du coup, on cherche à parler aux éditeurs, aux directeurs de collections qui finissent par être submergés par les questions, les lecteurs, les auteurs, les journalistes…

 

Côté éditeurs, on peut constater que l’ensemble de la profession ne se déplace pas et que les absents existent bien. Là encore, ce n’est pas pour râler ou pointer du doigt mais bien pour dire que certains lecteurs n’ont pas pu trouver ce qu’ils cherchaient… pour cause d’absence ! D’ailleurs, une autre question se pose pour le pauvre lecteur perdu dans cet univers… Comment retrouver une collection ou un éditeur qui a été racheté – tout ou partie – par un autre… Sous quel nom le trouver dans le plan ? Il faut savoir que parfois les éditeurs sont dans un lieu de regroupement d’une grosse maison ou d’une région géographique et ce n’est pas si simple de s’y retrouver…

 

Bien, mais comme il ne s’agit pas d’être rabat-joie, et comme je ne suis pas du tout agoraphobe, disons quand même que ce rendez-vous littéraire est toujours aussi agréable pour moi et qu’il est le lieu idéal pour préparer ma chronique « L’été c’est fait pour lire » car c’est bien dès maintenant que je la prépare… Donc, rassurez-vous, j’ai trouvé de quoi alimenter ce rendez-vous quotidien que vous retrouverez à partir du 21 juin…

 

J’ai aussi rencontré des auteurs bien sympathiques et souriants, accueillants et de qualité, à l’écoute et très pédagogiques dans leurs explications… Bref, j’ai encore passé de très belles heures au milieu des livres, des bons vrais livres en papier qu’il est bien agréable de tenir en mains…

 

Voilà, le salon du livre de Paris est terminé mais vive la lecture !

Imprimer - - par Bonnet Michel - 19 mars 2019

J'ai lu pour vous : « LA DISPARITION DE JOSEF MENGELE » ...


Ce livre d’Olivier Guez aux Editions Grasset  m’a retournée … bien qu’avertie sur le parcours du tortionnaire Josef Mengele !!

La 4ème de couv. nous dit : « « 1949 ! Joseph Mengele arrive en Argentine. Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire à Auschwitz, croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires.

L’Argentine de Perön est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis.

Mais la traque reprend et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil.

Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit … jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.

Comment le médecin SS a-t’il pu passer entre les mailles du filet, trente ans, durant ?

La disparition de Josef Mengele est une plongée inouïe au coeur des ténèbres.

Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d’opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l’argent et l’ambition.

Voici l’odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud.
Le roman-vrai de sa cavale après-guerre » ».

Je suis une femme née en 1947, tout juste dans l’après-guerre … passionnée par la vie de mes parents et grands-parents qui ont vécu les horreurs de la guerre, des guerres … des camps, des rafles, des maltraitances à outrance … et malgré toutes mes lectures sur l’époque, je ne suis pas sortie indemne de la lecture de cet ouvrage.
Voir … il m’a frappée par son ignominie.

Affronter l’histoire de « l’ange de la mort » est pour moi une plongée en enfer.

Penser à tout le mal qu’il a perpétué … le mal absolu … la négation de la race humaine, la souffrance gratuite qu’il a propagée, les expériences qu’il a pratiquées … me donne la nausée … sachant qu’il est allé, après ses crimes contre l’humanité, s’exiler en Amérique du Sud, où il a bénéficié du soutien de riches industriels restés en Allemagne !!!

Un livre fort, utile … qui ne remue pas le passé mais en parle au présent …

Qui sait ??

Christiane Chapé

--------------------------------

Infos pratiques :

* La disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez
* Editions Grasset
* Prix Renaudot
 
Imprimer - - par christiane chapé - 9 mars 2019

CHALON : « ETES-VOUS LIVRE, SAMEDI » ... avec la bibliothèque municipale ...


Rencontre autour de la littérature ce samedi dans la jolie petite salle de l’Esperluette de la Bibliothèque Municipale de Chalon.

« Etes-vous livre, samedi ? » est un moment d’échange entre lecteurs et lectrices, passionnés, pour écouter ou parler livres-toquade, livres-passion, documentaires surprenants, BD légères ou autres, animé par ce samedi 2 mars par Cécile, bibliothécaire.

Une douzaine de personnes ont partagé ce moment aujourd’hui, évoquant tour à tour les livres qu’elles ont aimé, adoré … ou moins apprécié.

Un partage permettant de se faire sa propre idée sur le sujet, l’auteur, le style d’écriture … et d’avoir envie -où pas- de poursuivre l’aventure.

La rencontre d’aujourd’hui a porté sur les ouvrages suivants :

* RENDEZ-VOUS A PARME de Michèle Lesbre aux éditions Sabine Wespieser
* ROISSY de Tiffany Tavernier aux éditions Sabine Wespiser
* MANIFESTO de Léonor de Récondo aux éditions Sabine Wespiser … pur hasard de la sélection !!
* UNE ACTIVITE RESPECTABLE de Julia Kerninon aux éditions du Rouergue
* LE DERNIER AMOUR D’ATTILA KISS aux éditions Babel
* LA VENGEANCE DU PARDON d’Eric-Emmanuel Schmit aux éditions Albin Michel
* FRERES D’AME de David DIOP aux éditions Seuil, qui a reçu le prix le Prix Goncourt des Lycéens
* MY ABSOLUTE DARLING de Gabriel Tallent aux éditions Gallimester
* TROUVER L’ENFANT de Renée Denfeld aux éditions Pavots et Rivages

Une riche rencontre et un partage chaleureux autour de ces livres … aimés et donnant envie de lire pour la plupart … faisant peur parfois, racontés par les participants avec passion et humour … et un petit bémol pour celui d’Eric-Emmanuel Schmitt qui semble céder à la facilité … mais bon … faites-vous votre opinion vous-mêmes …

ETES-VOUS LIVRE, SAMEDI … un transmetteur de lecteurs passionnés parlant de livres passionnants !!

Avec le p'tit café … qui va bien avec !!!

Prochain rendez-vous en avril, à une date qui vous sera communiquée en temps voulu sur notre site : VIVRE@CHALON.COM.


Article et photos : Christiane Chapé
 
Imprimer - - par christiane chapé - 2 mars 2019

Un magnifique album pour tous les lecteurs et amateurs de mots !

Dans l’univers des livres, dans le monde de l’imaginaire, dans nos innombrables lectures, il n’y a pas que des romans, de la poésie et de la bande dessinée. Il y a aussi un objet atypique, malheureusement trop souvent appelé album pour enfants, j’ai nommé l’album illustré ! Ah, comme il est triste et désespérant de voir les adultes abandonner cette lecture pourtant admirable, douce et forte… une lecture que, pourtant, on peut partager avec tous ! D’ailleurs, c’est décidé, ce soir je partagerai une lecture de ce genre avec ma petite fille…

J’ai choisi ce très beau livre – oui, je ne vous ai pas dit, mais sachez bien qu’un album illustré est bien un livre – de Dedieu et Marais, La guerre des mots ! Il faut dure que le sujet est grave et traité avec talent. Grave ? Oui, parce que le territoire des mots se réduit, parce que certains sont mal ou sous-employés et que d’autres ont complètement disparu ! Diantre ! Il faut réagir !

Dans notre monde numérique, mathématisé et codé, les lettres décident de réagir pour sauver les mots ! « Alors les chiffres en or furent fondus, les nombres décimaux décimés, les entiers éparpillés et les premiers décapités »… Je vous rassure, dans cette guerre des lettres et des chiffres, il n’y eut pas de sang…

La rébellion des lettres va engendrer un nouveau monde… et, derrière tout cela, les auteurs nous rappellent qu’au début il y eut la parole… C’est bien elle qui permet de communiquer, de parler, d’échanger… Ce sont les mots qui rendent humain, qui poétisent la vie, qui permettent de vivre heureux…

« Les hommes retombèrent amoureux de leurs mots. On raconte même que certains fanatiques allaient régulièrement, les nuits de pleine lune, en déterrer de très anciens »… Ventre-saint-Gris !

Quel beau livre ! Quelle joie de l’avoir découvert et je me réjouis à l’avance de la transmettre à une très jeune lectrice pour qu’elle garde l’amour des mots…
 
Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 1 mars 2019

J'ai lu pour vous : « Le jardinier de Versailles » d'Alain Baraton


Alain Baraton est jardinier en chef au jardin de Versailles, écrivain, chroniqueur de télévision et de radio.

Il a écrit notamment écrit un livre magnifique et émouvant sur la tempête de 1999 qui a sévi en France, qui avait faut du jardin de Versailles, un champ de ruines et qu’il a contribué, avec ses équipes, à faire un lieu splendide.

« Le jardinier de Versailles » est son premier ouvrage.

La 4è de couv. nous dit :

« «Ce livre est le premier jamais  écrit par un jardinier de Versailles. Alain Baraton nous y raconte son itinéraire personnel et l’histoire du parc, y mêlant une foule d’anecdotes qui touchent à la grande comme à la petite histoire. Des fêtes de Louis XIV, avec ses feux d’artifice émerveillant l’Europe, au poète Stéphane Mallarmé enterrant ses chats auprès du grand bassin, en passant par les deux institutrices anglaises qui eurent une vision de Marie-Antoinette rencontrant le cardinal de Rohan avant même que les historiens n’en fassent la découverte, il nous montre le Versailles éternel, ou chaque bosquet abrite un trésor.

Il nous révèle aussi le Versailles actuel, reconquis, à force de passion et de travail, sur la tempête de 1999. D’un Dieu dévasté, il a contribué à faire un jardin splendide, comme la France ne l’avait jamais vu car, au fur et à mesure des siècles, il s’était compliqué, épaissi.

Voici l’itinéraire d’un homme qui, muni d’une documentation précise et souvent inédite, tresse librement passé et présent, autobiographie et histoire, et nous confie son merveilleux jardin secret. » »

Alain Baraton parle, dans cet ouvrage, des arbres et des fleurs avec les mots d’un amoureux.

Ce livre, délicieux, parle d’un parc aux millions de visiteurs, dont il connaît le moindre recoin et nous invite, simplement et gentiment, à en parcourir les allées avec lui, pour nous faire découvrir la grande histoire … mais surtout la petite, au détour de ses bosquets, de ses arbres exceptionnels, de ses bassins et fontaines … et … au travers de mille et une anecdotes graves, gaies, loufoques ou coquines.

J’ai beaucoup aimé cette lecture, relatant tant l’histoire d’un homme que d’un jardin, qui me semblent indissociables, moi, passionnée de jardinage que je réussi par mal … sur ma terrasse … j’avoue …

Je me sens meilleure jardinière en le refermant !!

Article et photo : Christiane Chapé
 
Imprimer - - par christiane chapé - 29 jan 2019

CHALON : « LE CLUB DES PAPOTEURS LITTERAIRES » à la bibliothèque des Prés-St-Jean

 

Chaque 3ème samedi du mois, une dizaine de passionnées (és) de littérature, se retrouve à la bibliothèque des Prés-St-Jean, pour partager leurs lectures, bâtir le résumé d’un livre, qu’ils ont aimé, adoré … où moins apprécié.

Ce samedi, les partages ont porté sur :

 


* « Un tournant de la vie » de Christine Angot … un ouvrage que la lectrice n’a pas vraiment apprécié car trop de descriptions, trop de longueurs, trop de « nombrilisme » … et un sentiment de « rester sur sa faim », dans l’attente d’une fin, quelle qu’elle soit … sans aboutissement.

 

 

 

 


* « J’ai encore menti » de Gilles Legardinier : c’est l’histoire de Laura qui se réveille d’un coma et doit tout apprendre … plutôt tout réapprendre. Laura est solaire, romantique … Elle est devenue Assistante sociale. Livre touchant perclus d’humour.

 

 


* « Demain j’arrête » de Gilles Legardinier : (auteur apprécié par les papoteuses du jour) : l’auteur très sensible laisse à croire que ce pourrait être une femme qui écrit … ce livre … et les autres.
Au début, c'est à cause de son nom rigolo que Julie s'est intéressée à son nouveau voisin. Mais très vite, il y a eu tout le reste : son charme, son regard, et tout ce qu'il semble cacher... Parce qu'elle veut tout savoir de Ric, Julie va prendre des risques de plus en plus délirants ...

 

 

 

 


* « Tomber dans l’oreille d’un sourd »: une bande dessinée en noir et blanc.
Grégory et Nadège sont comblés par la naissance de leurs jumeaux, Charles et Tristan. Pourtant, leur univers s'effondre lorsque le diagnostic tombe : Tristan est sourd profond.Comment alors, en tant que parents entendants,aider leur fils à s'épanouir dans notre société d'hyper-communication ? Comment respecterson identité propre dans ce monde qui laisse, au final, peu de place à l'altérité ?Bref, comment prendre les bonnes décisions pour Tristan ?

 

 

 

* « Bakhita » de Véronique Olmi : livre tiré d’une histoire vraie.
Cette biographie romancée de Joséphine Bakhita (1869-1947) retrace la vie de cette ancienne esclave soudanaise, enlevée à neuf ans, au Darfour, amenée en Italie (surnommée La Moretta soit littéralement la « petite Maure » ou de manière péjorative « la noiraude »), déclarée libre à vingt ans, baptisée à vingt-et-un ans sous le nom de Gioseffa Margherita Fortunata Maria Bakhita, puis devenue religieuse catholique au sein de la congrégation des Filles de la charité canossiennes, à Venise, puis à l'orphelinat de Schio de Vicence.
Elle est canonisée par le pape Jean-Paul II en 2000.

 

 

* « Les bijoux bleus » de Katharina Winkler : ouvrage tiré d’une histoire vraie.
Des étoiles plein les yeux, l'innocente Filiz, treize ans, demande à l'arbre sacré de son village reculé de Turquie si le jeune Yunus deviendra son mari. La réponse ne tarde pas. Le mariage est un tourbillon. Il sera consommé dès la fin de la découpe du gâteau blanc meringue avec le rituel du drap taché du sang de la "petite vierge". Très vite, tout est noyé de bleu dans le quotidien de la jeune fille. Yunus s'emporte fréquemment contre son épouse, sous le toit de l'"araignée", la mare du garçon. Alternant silence dédaigneux et méchanceté tranchante, la belle-mère et le mari, fort de son droit d'époux, tissent une toile de terreur qui emprisonne Filiz, recluse dans sa condition de femme mariée. La sexualité conjugale est viol quotidien Les bijoux bleus ne tardent pas à recouvrir son corps, sur lequel, au gré des fractures, apparaissent bientôt des reliefs, fruits de la tyrannie exercée par Yunus. Et le ventre s'arrondit. Trois fois. Pour trois enfants issus d'un foyer à feu et à sang. Puis c'est l'exode vers l'Autriche. La rencontre avec la langue allemande, les jeans, l'apprentissage de la conduite, les femmes aux cheveux découverts et détachés. Une lueur d'espoir. Basé sur des faits réels, baigné de couleurs et de lumière, et d'une extraordinaire poésie, ce roman donne forme et voix à une violence comme ritualisée, trop souvent tue.

 

 


* Une mère » d’Alessandro Palomas : l’histoire un soir de dîner de la Saint-Sylvestre au sein d’une famille rocambolesque, de personnages atypiques, drôles … où chacun fonctionne avec ses petits secrets. Ouvrage un peu déjanté et original.

 

 

* « New York Odyssée » de Christofer Jansma : ce livre a obtenu le prix des lecteurs « poche » en 2018 … René, Jacob, William, George et Sara, inséparables depuis l’université, viennent de s’installer à New York. Ils ont vingt-cinq ans, sillonnent la ville, naviguent entre fêtes et premiers jobs. Mais la maladie d’Irene bouleverse tout et donne une direction nouvelle à leur existence.
Avec New York Odyssée, Kristopher Jansma signe un magistral portrait de groupe avant de basculer vers le drame intime de chacun.
Un roman ironique, juste et sensible sur le deuil et l’amitié.



Belle rencontre amicale, bienveillante, à l’écoute de l’autre … qui nous apprend tellement au travers de nos échanges et de nos lectures… qui nous sommes et ce que nous aimons.

 

 


Les bibliothècaires de l’espace des Prés St Jean, charmantes … accueillantes, réservent aux lecteurs et lectrices, un accueil chaleureux et intime … avec thé ou café !!

 

 


Prochain rendez-vous : le 16 février 2019.
Même heure, même lieu ...


Article et reportage photos : Christiane Chapé

--------------------------

Infos pratiques :
* Bibliothèque des Prés- St-Jean
*  Rue Aristide Briand, 71100 Chalon-sur-Saône
* Phone : 03 85 97 01 79

-------------------------

reportage photos : Christiane Chapé :1/2

Suite : LE CLUB DES PAPOTEURS LITTERAIRES » à la bibliothèque des Prés-St-Jean ... - christiane chapé

Imprimer - - par christiane chapé - 19 jan 2019

CHALON : « LE CLUB DES PAPOTEURS LITTERAIRES » à la bibliothèque des Prés-St-Jean ...

reportage photos : Christiane Chapé :2/2
Imprimer - - par christiane chapé - 19 jan 2019

J'ai lu pour vous: »Pour l'amour d'une ile » d'Armelle Guilcher ...


Bon, d’emblée … les histoires, romans, polars et autres poésies et contes qui se passent en Bretagne … me passionnent …

Car, la Bretagne, c’est ma deuxième maison … après la Saône-et-Loire … Pour y avoir passé de nombreux séjours autour du Golfe du Morbihan … et notamment à Lomener !!!

Ceci, dit, à part moi et ma petite personne … Ce roman m’a embarquée.

En resumé :

« « Marine retourne vivre sur la petite île bretonne où elle a grandi, elle ne comprend pas l’hostilité des habitants à son égard mais elle va très vite deviner que cette haine prend ses racines dans l’histoire de sa famille...

Elle s’appelle Marine. Un prénom qui évoque sa passion, la mer. Cette mer qui entoure la petite île bretonne où elle est née et a grandi, jusqu’à la mort brutale de ses parents.

Devenue médecin, Marine décide de retourner sur l’île perdue dans les brumes, au milieu des écueils qu’elle aime tant.

Mais les mois passent et elle ne parvient pas à amadouer les habitants pour le moins distants. Les patients restent rares et l’hostilité est palpable. Une hostilité qui semble trouver sa source dans l’histoire familale, ne laissant au " nouveau docteur ", au bord du découragement, d’autres choix que de raviver le passé pour comprendre. Au risque de rouvrir des blessures enfouies » ».

Marine, qui porte un prénom en relation directe avec l’océan … choisit de retourner sur son ile,où elle est née, pour exercer son métier de médecin, pour remplacer le docteur Le Guen, un sommité.

Ce n’est pas tout simple pour elle, car elle rencontre l’hostilité … et personne ne veut fréquenter son cabinet …

Mais la patience, l’amour de ces compatriotes et la compassion … vont faire de Marine … le lien détendu entre les habitants d’une ile … aux habitants taiseux … au grand coeur !!!

Article: Christiane Chapé

---------------------------

* Pour l’amour d’une ile: pocket.fr
* 7,50 € en poche
 
Imprimer - - par christiane chapé - 17 jan 2019

J'ai lu pour vous : « LA CARTE ET LE TERRITOIRE » de Michel Houellebecq ...


J’ai lu, où plutôt, j’ai relu « LA CARTE ET LE TERRITOIRE » de Michel
Houellebecq, un ouvrage découvert en 2010, lorsque l’auteur a reçu le Prix Goncourt.

 


Relire cet ouvrage avec le recul du temps … me conforte dans le fait que ce livre est, vu par moi, un chef-d’oeuvre …

La 4ème de couv. nous dit : « Si Jad Martin, le personnage de ce roman, devait vous en raconter l’histoire, il commencerait peut-être par vous parler d’une panne de chauffe-eau, un certain 15 décembre.
Ou de son père, architecte connu et engagé, avec qui il passa seul de nombreux réveillons de noël.

Il évoquerait certainement Olga, une très jeune Russe rencontrée au début de sa carrière, lors d’une première exposition de son travail photographique à partir de cartes routières Michelin. C’était avant que le succès mondial n’arrive avec la série des « métiers », ces portraits de personnalités de tous milieux, saisis dans l’exercice de leur profession.

Il devrait dire aussi comment il aida le commissaire Jasselin à élucider une atroce affaire criminelle, dont la terrifiante mise en scène marqua durablement les équipes de police.

Sur la fin de sa vie il accédera à une certaine sérénité, et n’émettra plus que des murmures.

L’art, l’argent, l’amour, le rapport au père, la mort, le travail, la France devenue un paradis touristique sont quelques-uns des thèmes de ce roman, résolument classique et ouvertement moderne. »

La seconde lecture de ce livre n’altère pas mon premier ressenti … et que cet écrivain « hors circuit » … possède indéniablement, une écriture forte, fluide et originale ... et un univers bien à lui !!

L’auteur, ironique mais jamais agressif, est à mes yeux un être sensible qui dépeint un univers social des plus appauvris concernant les rapports humains.

A lire ...et pourquoi pas … à relire.

… Michel Houellebecq … écrivain que l’on apprécie où pas … ne peut pas laisser indifférent …


Article et photo : Christiane Chapé

-------------------------------

Infos pratiques :

* La Carte et le Territoire » : roman aux Editions Flammarion
* Prix Goncourt 2010
* Prix : 22 €
* à noter que le 4 janvier prochain, paraîtra « Sérotonine », le septième roman de l’auteur
* Crédit photo Michel Houellebecq : « le Point »
Imprimer - - par christiane chapé - 2 jan 2019

J'ai lu pour vous : « HISTOIRES POUR DISTRAIRE MA PSY » de Jean-Louis Fournier ...


D’emblée … j’adore Jean-Louis Fournier … pour son humour décalé, son courage face aux aléas de la vie, sa lucidité …
J’ai lu -ou presque- tout lu de lui.

En lui tirant souvent mon chapeau pour transformer le pire en meilleur.

La 4ème de couv. du livre « « HISTOIRES POUR DISTRAIRE MA PSY » nous dit : « Votre psy pense à vous, mais vous, est-ce que vous pensez à elle ? Est-ce que vous vous mettez parfois à sa place, à elle qui essaie de se mettre à la vôtre ?
Essayez pour une fois, de lui adoucir la tâche.
Arrêtez de toujours vous plaindre racontez-lui des histoires.
Soyez léger, parfois drôle, au récit de vos angoisses ajoutez quelques facéties.
Soyez celui avec lequel elle ne s’ennuie jamais, celui qui a toujours des choses passionnantes à raconter, celui avec qui les séances sont récréatives et trop courtes.
Celui dont elle puisse se dire plus tard, avec nostalgie : « c’était un bon client ».
J’ai moi-même essayé de l’être, est-ce que j’ai réussi ?
Demandez à ma psy. » »

Pour moi ce livre est une petite frustration.

Il m’a habitué à mieux le Jean-Louis … que je lis depuis son premier ouvrage, avec délectation et admiration.

J’ai comme le sentiment qu’à vouloir oublier son mal-être et le mettre sous le tapis, là, en l’occurrence, installé sous de divan de sa psy, il joue et surjoue trop la légèreté feinte.

Sous forme de nouvelles, ce livre ne m’a pas déclenché de sourires, même jaunes …

Pas plus qu’à sa psy.

J’ai lu cet ouvrage jusqu’au bout, dans l’espoir qu’une nouvelle se détacherait du lot … mais non.

A trop vouloir prendre la vie par dessus la jambe et rire de soi-même, Jean-Louis Fournier ne m’a pas embarquée.

Et j’en suis triste, je m’en excuserais presque face à lui, que j’adore … on l’aura compris.

Peut-être ne suis-je pas sortie de son roman autobiographique : « On va où papa ? » !!!


Article et photo : Christiane Chapé

----------------------------------------

Infos sur l’auteur :

* Depuis son premier best-seller, « Grammaire française et impertinente », Jean-Louis Fournier continue avec succès de nous faire rire et, parfois pleurer : « Il n’a jamais tué personne mon papa (1999), « Les mots des riches, les mots des pauvres » (2004), « Mon dernier cheveu noir » (2006) …
* « Histoires pour distraire ma psy » : aux Editions Anne Carrière – Diffusion Hachette
* ISBN : 978-2-8433-7404-3
* 17,50 € (prix France TTC)
 
Imprimer - - par christiane chapé - 23 déc 2018

A Noël, offrons des livres !

Le petit grillon s'interroge et s'angoisse. Il faut dire que dans son univers les amis insectes disparaissent les uns après les autres, sans laisser de trace... Que peut-il bien se passer dans cet univers dangereux et cruel ? Le petit grillon va mener son enquête et, comme tout Sherlock Holmes qui se respecte, il va aller interroger tous les insectes voisins... Et il finira bien par trouver la solution à cette énigme...



Je ne vais pas briser le suspense - spoiler comme on dit aujourd'hui - mais je rassure tous les parents, ce livre pour enfants n'est pas sanguinolent... Les auteurs, Adèle Tariel et Jérôme Peyrat, proposent aux jeunes lecteurs de magnifiques dessins avec des insectes en gros plan. C'est fascinant et les amateurs dès 4/5 ans vont se régaler !

 


Un très bel album à offrir, lire et découvrir en se promenant dans la nature (surtout dès qu'il fera plus beau)... Une belle idée de cadeau de Noël !

 

 
 
Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 22 déc 2018

Une photographe, une exposition et un livre...

Hier, à Paris, j’ai travaillé toute la journée à l’UDA (union des annonceurs) et, entre autres, je participais à un jury… Top secret sur le contenu car tout cela sera rendu public plus tard… Mais, lors de la pause méridienne, nous avons eu le plaisir de rencontrer Alexia Vic, photographe dont certaines photos venaient d’être installées dans les locaux. En quelque sorte, nous avions le plaisir de participer au vernissage de l’exposition… Et quelle exposition !



Alexia Vic montrait là un travail très particulier et fascinant. Elle a travaillé avec des personnes qui étaient dans la démarche de changer de sexe… Mais, sa délicatesse d’artiste, de femme, de top-modèle, de mannequin… a transformé ce qui n’aurait pu être que du voyeurisme en rencontre humaine, profondément humaine… Certes, le sujet est délicat mais les personnes rencontrées ne sont pas des sujets, juste des humains comme les autres même si la nature les a mis face à une quête délicate, la quête de soi… de son genre… de son existence !

L’exposition est accompagnée d’un livre dont je viendrais vous parler dès que je l’aurai lu car le sujet mérite d’être approfondi. Tous ces êtres humains photographiés sont accompagnés d’un nounours qui fait le lien entre eux.


Dans les portraits d’Alexia Vic, ces personnes sont mises en lumière sans tristesse, sans souffrance même si les situations ne sont pas légères. Elle nous raconte durant quelques minutes certains cas avec un regard amical, chaleureux… On n’est pas dans le militantisme, dans la mode, dans le scandale… juste dans la rencontre, dans l’écoute, dans la fraternité… et c’est bien ce qui m’a touché !


Je lui laisse la parole…

« Je me souviens de ce jour où j’ai vu le film « Victor Victoria » pour la première fois, j’avais dix ans. À cet instant, j’ai su que l’androgynie me passionnerait. Ce film parlait – au-delà des relations, parfois complexes, entre un homme et une femme – du sentiment d’impuissance face à l’amour, à la quête d’identité. Je trouvais cela fascinant. Ce film évoque encore aujourd’hui pour moi des souvenirs d’enfance, comme des journées passées avec les amis homosexuels de mes parents. Ils étaient si tendres, sans haine ni violence, tout paraissait si simple avec eux. Leur goût du raffinement était sans égal, ils mélangeaient à merveille la liberté de l’homme et la beauté de la femme… »

Alexia n’a pas terminé sa quête, sa recherche et elle reviendra certainement sur le sujet mais pour en montrer le côté plus sombre, plus dramatique, plus désespérant…

Une très belle rencontre à poursuivre avec la lecture de l’ouvrage et je reviens vous en parler… Promis !

Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 14 déc 2018

SAINT-REMY : « l'ARBRE A LIRE » a pris racine place du Carcan ...


La cinquième BOITE A LIRE, boîtes déclinées sous diverses appellations selon leur emplacement et l’histoire de la commune, baptisée ARBRE A LIRE, a trouvé son logement sur la place du Carcan à Saint-Rémy, à l’abri d’un bel arbre feuillu.

 


Cet « ARBRE A LIRE », issu de la concertation de la municipalité et d’un groupe d’enfants du Conseil Municipal des Jeunes, a été réalisé par les Ateliers de la commune.

C’est sur la base d’une ancienne armoire électrique, que les artistes des Ateliers ont créé cet arbre, joliment décoré d’écorces de bois et de ceps de vigne, portant en son intérieur des étagères en bois, installées de façon originale, incitant à la découverte de la lecture.

La démarche de la commune étant de faire du neuf avec du vieux et de la récup. respectant la nature à moindre coût … et permettant de créer du lien intergénérationnel.

 


Comme pour chaque boîte à lire, cet arbre -5è du nom- sera accompagné d’une « veilleuse » … Cindy Régnier-Dubois … une habitante du quartier du Carcan, qui veillera au bon fonctionnement de l’arbre, chargée de trier et ranger les livres, de mettre de l’ordre au cas où ... éliminer les brochures indésirables.

Sur un projet de Pascale Barbier, sans-rémoise et passionnée de littérature, Florence Plissonnier, Maire de la commune de Saint-Rémy, quelque peu précurseur en installation de boîtes à lire, a soutenu l’idée et s’est engagée « à fond » dans cette aventure.



Aujourd’hui la commune de Saint-Rémy accueille 5 boîtes à lire :
- la cabane à lire sur la place de l’hôtel de ville de la commune, fabriquée à base d’anciens vestiaires industriels métalliques … et peinte en rose
- l’ancien abri bus du Pont Paron, avec une fresque réalisée par les enfants de la commune
- la cabine à lire, installée au sein de la piscine, plutôt disponible en période estivale et offrant des revues et autres magazines de détente
- les nichoirs à lire installés sur le quartier Cortelin.


QUEL EST LE PRINCIPE DE LA BIBLIOTHEQUE DE RUE ?
* c’est tout simple : prenez, lisez, emportez, déposez des livres, quand vous voulez, comme vous voulez. Ce système de gratuité et d’échange, est fondé sur le civisme et le partage. Prenez-en soin …

Article et photos : Christiane Chapé

 
 
 
 
Imprimer - - par christiane chapé - 5 déc 2018

J'ai lu pour vous : « Einstein, le sexe et moi » d'Olivier Liron ...

J’ai lu pour vous : « Einstein, le sexe et moi » d’Olivier Liron …

Olivier Liron, avec ce livre, signe son deuxième roman.

Ce jeune auteur parisien, je l’ai rencontré récemment lors du salon du livre organisé par l’association LIRE A L’HOPITAL, installé tous les deux ans dans le grand hall de l’hôpital William Morey.

Olivier Liron, né en 1987, étudie à l’Ecole Normale Supérieure avant de se consacrer à l’écriture et au théâtre.

Il a publié en 2016 son premier roman « Danse d’atomes d’or ».

D’emblée, sur la 4è de couv. Olivier annonce la couleur : « Je suis autiste asperger. Ce n’est pas une maladie, je vous rassure. C’est une différence.

Cette histoire est la mienne.

J’ai joué au jeu télévisé Questions pour un champion et cela a été très important pour moi ».

Nous sommes en 2012 sur le plateau de France 3 avec Julien Lepers et trois autres candidats.

C’est ainsi que commence le roman d’Olivier qui raconte son expérience lors de ce jeu où il a remporté 50 000 €.

 
Dans ce livre, que j’ai bien aimé, il nous raconte son expérience télévisée, ses peurs, ses points forts … voir faibles, ses aisselles transpirantes, ses fulgurances, ses connaissances, ses doutes, ses ratés … le tout avec un humour ravageur … qui est sa marque de fabrique … décrivant avec sensibilité et lucidité, ses émotions humaines.

Un joli petit livre, dédicacé pour « moi perso » … qui prend d’autant plus de valeur que j'ai rencontré l'auteur et partagé un moment chaleureux et amusant avec lui.

Intéressant.


Article et photos : Christiane Chapé

--------------------------

Infos pratiques :

* Editions Alma Editeur
* Prix : 18 €
* ISBN ; 978-2-36279-287-8
* www.alma-editeur.fr
Imprimer - - par christiane chapé - 30 nov 2018





Rechercher dans cette rubrique  


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle