entre nous - chalon sur saone

Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Vous êtes ici :

Les billets de V@C

Vu de CHALON : (petite) Revue de web - 20/01Ci dessous les éditos de nos Lettres hebdomadaires principales et quelques articles qui éclairent la position de la rédaction de vivre-a-chalon sur l'actualité et... l'actualité de l'actualité :-)

Car comme vous le savez, cela fait longtemps qu'on le répète, on ne délivre plus aujourd'hui l'information comme hier et, "Le journal à la papa, c'est bien fini"  ;-)
 

Qui dit quoi ? Qui parle sur vivre-a-chalon.com ?

 

 
Publicité.
 

Le billet de V@C : Patrimoine pour... demain

Le Patrimoine en Fête est indéniablement devenu l'un des rendez-vous phares de la rentrée. Cela illustre une curiosité très saine pour partir à la découverte de ce qui fait pour l'essentiel partie de nos communs. De ce que nous partageons.

 


 

Cet intérêt populaire montre notre attachement à ce qui nous a précédé, à ce qui a été conservé, transmis, partagé. Sans y percevoir une trop grande part de nostalgie devant des grandeurs passées et aujourd'hui tant espérées, on peut quand même se demander si une fête faisant l'inventaire des possibles, des projets, de tout ce qui pourrait intéresser tout le monde demain connaîtrait un tel succès ? Si, en prenant alors de fait le temps de réfléchir un peu ensemble à toutes ces potentialités et à leurs conséquences on ne pourrait pas construire ensemble quelque chose qui nous ressemble plus, à l'heure où l'incompréhension et le fatalisme occupent tant d'esprits.

Parce que si hier c'était bien, demain peut-être encore bien mieux pour tout le monde et non pour trop peu. Pour cela il faudra prendre du temps pour réfléchir en évitant les confortables pantoufles de certains... patrimoines !

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 15 sept 2017

Le billet de V@C : C'est le chemin qui compte

La rentrée... Nous y voilà donc. Presque...

Rentrer cela signifie qu'on était dehors, qu'on revient à l'intérieur de quelque chose. Cela signifie, pour la plupart d'entre nous, qu'on va reprendre des chemins bien balisés même si certains se sont promis d'en sortir le plus souvent possible. A moins aussi que cela ne réconforte de retrouver proches, habitudes et...  servitudes !

 
Photo by MJ Tangonan on Unsplash
Photo by MJ Tangonan on Unsplash

 

Rentrer cela signifie aussi qu'on était parti. Qu'on avait eu cette chance. Ou qu'on est juste sorti de sa coquille pour changer de décor ou d'usages. Ou pour dépenser enfin ce qu'on a transpiré longtemps, donc qu'on revient pour à nouveau gagner de quoi repartir un peu ? Ou parce que c'est un pur plaisir de retrouver un quotidien à apprivoiser, des lendemains à faire chanter, des heures à partager avec famille et amis et des secondes à savourer...

On est parti. On a changé. On revient et on repart... pour une année !

Mais qu'importe la destination. C'est le chemin qui compte. Et celui qu'on a pris cet été. Et celui qu'on reprend en rentrant. Si on rentre...

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 1 sept 2017

Le billet de V@C : Temps libre

La chaleur est de retour. Nous sommes en plein été. L'heure est venue de s'offrir du bon temps. De briser les chaines qui font mal, de rompre les amarres qui trop étreignent. De nous laisser voguer vers de nouveaux horizons à savourer en mode excursion, guinguette ou... simplement sieste ! Car les bords de Saône nous font aussi du pied !

Mais puisque on parle de s'offrir du bon temps faut-il aussi considérer comme des engins du diable, smartphone, tablette, "Heil phone" et autres objets ou "services" connectés, qui nous prennent de plus en plus de temps en nous éloignant aussi de tant d'instants partageables. Doivent-ils nous accompagner ? Ou bien faut-il sortir les grands maux et parler de période propice pour se... désintoxiquer ?


Photo Matthew Henry - Unsplash

 Car  67% des personnes interrogées possédant un téléphone portable avouent regarder leur smartphone pour vérifier si elles n'ont pas de messages, appels ou textos même quand aucun signal n'a retenti. Une maladie spécifique a même été inventée pour définir ce phénomène : la nomophobie

Là où certains verront un moyen de renforcer des liens distants, d'autres sauront reconnaître bien des addictions : au jeu, aux news, aux discussions de comptoirs péremptoires, aux like, au dernier tweet... à la sonnerie qui vous siffle comme une injonction impolie à cesser séance tenante tout ce que vous, vous êtes en train de vivre...

Autour de nous nous sommes cernés. Nous les voyons de plus en plus ces symptômes de destruction sociale, en réunion, au restaurant, dans la rue. Même jusque sur le canapé du salon ? Pourtant beaucoup semblent fort satisfaits, il faut aussi en convenir. Même si beaucoup ne sont plus là, qu'en pointillé. Plus dans le même temps. Le même tempo. Dans la même mesure.

Partitions...

Imprimer - - par @La rédaction - 9 juil 2017

Le billet de V@C : Question de bière

Quand il fait chaud il fait chaud. On a envie de l'eau, vie de l'eau, oh.... chantait CharlElie Couture sans transpirer. Le besoin et la nécessité de s'hydrater c'est aussi ce que rappellent les autorités publiques face à la période caniculaire que nous traversons... 

 


Photo Patrice Josserand

 

 Quelques conseils clés utiles en cas de fortes chaleurs :
- Buvez régulièrement de l’eau (pas de la bière) sans attendre d’avoir soif ;
- Rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avants bras) plusieurs fois par jour. Avec de la bière c'est gâcher...
- Mangez en quantité suffisante et ne buvez pas d’alcool ; Puisque on vous le dit !
- Evitez de sortir aux heures les plus chaudes et passez plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché...) ; Tiens on ne parle pas de bars....
- Evitez les efforts physiques ; évidemment...
- Maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ; Pas seulement la cave.
- Pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et, dès que nécessaire, osez demander de l’aide. Pour éviter la mise en bière c'est mieux.

 

UN NUMÉRO UTILE : 0 800 06 66 66

Portez vous bien surtout.
Merci de nous lire,
Imprimer - - par @La rédaction - 23 juin 2017

Le billet de V@C : Fenêtre de tir ?

C'est maintenant donc. Il y a une fenêtre de tir qui n'a jamais existé. La majorité absolue aux législatives en France... Rêvons un peu... ? Même si "L'obéissance est notre problème" disait Howard Zinn (1922-2010)...  

Avec une majorité absolue au parlement rien ne peut plus empêcher un véritable séisme populaire politique. Ces nouveaux députés qu'on nous vend très souvent sans passé vont enfin pouvoir envoyer un signe fort de désobéissance d'innovation. Aux 15% qui les ont élus peut-être mais surtout à la majorité qui s'est abstenu de voter, même contre cette fois. Un signe aux "gens" comme pourrait dire l'insoumis officiel. À toute la nation surtout. Celle qui ne croit définitivement plus aux promesses et... à la probité. Et par-delà, envoyer aussi un signe à l'Europe. Car le mal est profond sur le vieux continent.

 


Source : Yoann Ferret‏ @yoannferret

 

Alors, sans opposition, cette nouvelle majorité écrasante, ce nouveau parti encore sans taches - quoique- , ce si jeune Président plein de sève et aux neurones surbioniques vont enfin pouvoir agir. Montrer qu'il est temps d'en finir avec trop d'injustices ! Temps de changer d'époque, de moeurs. De maîtres aussi ? Désobéir aux marchés ? On peut rêver ? C'est possible ?

Et plutôt que d'ajouter des remèdes homéopathiques, genre dose de proportionnelle, choisir de casser ce vieux moule et bien le montrer !

En terminer par exemple avec les dorures, le faste et le coût du cadre du pouvoir qu'il conviendrait de remiser dans les musées. Apprendre aux élus à prendre le métro comme dans les pays scandinaves, cesser d'employer des proches et surtout fictivement, encadrer les retraites et parachutes dorées indécents, limiter et légiférer sur les écarts abyssaux de salaires, cesser les aides à toujours la même presse papier, instituer une transparence absolue des revenus et patrimoines des représentants publics - c'est eux qui veulent être publics - , interdire ou mieux controler les lobbys en donnant l'argent au collectif, favoriser les actions de groupes, et aussi faire pression sur l'Europe pour, en montrant l'exemple, infléchir ses pratiques et en faire ce pour pour quoi elle a été acceptée et conçue, etc.

Mais on s'égare c'est évident. On s'égare...

Avec une telle majorité beaucoup parient plutôt qu'on risque fort d'avoir beaucoup à perdre de ce si beau modèle social protecteur et solidaire qu'on nous envie de par le monde. Beaucoup le pensent et le disent.

Espérons nous tromper ! Rêvons au moins jusqu'à lundi !

Imprimer - - par @La rédaction - 16 juin 2017

Le billet de V@C : Info ou com ?

Ces informations sont elles arrivées jusqu'à vous cette semaine ?

  • Sur-médiatisation : "Trump "anéanti" par la poignée de main de Macron : la presse compte les points".
  • Le Monde : "Pour sauver le glyphosate, la firme Monsanto a entrepris de nuire par tous les moyens à l’agence des Nations unies contre le cancer."
  • Mediapart : "Les documents Malta Files montrent que Renault, PSA et Auchan ont économisé 141 millions d'euros d'impôts en localisant leurs activités d'assurance à Malte, asséchant d'autant les recettes fiscales de la France. Une pratique légale, mais d'autant plus choquante que Renault et PSA ont l'État à leur capital."
  • Libération : "Sale temps pour les bénéficiaires du RSA. 45000 des 115000 allocataires du revenu de solidarité active du département du Nord sont menacés de le voir raboté. Leur faute ? Avoir omis de s’inscrire à Pôle Emploi."

 

 

  • vivre-a-chalon : tout sur les législatives en Saône-et-Loire et.... un week-end de Pentecôte chargé en tentations des plus alléchantes : Montgolfiades, BaLLades, Europopcorn, Asian Expo, Nationale 6,  concerts, expos, sorties... L'embarras du choix !

Si vous nous suivez sur Facebook vous savez déjà tout.

Merci de nous lire. Et de nous suivre ?

Imprimer - - par @La rédaction - 2 juin 2017

Le billet de V@C : Mensonges fardés

Les contrastes sont de plus en plus évidents. Grands écarts même. Des évidences pour beaucoup d'entre nous, et ce que l'on appelait avant des scandales - mais le scandale n'existe plus depuis longtemps - sont visibles aux yeux de tous. Toutes ces différences. De richesse, d'éducation, d'avenir, de possibilités... On en parle ? Pas trop....

Pourtant internet aide en relayant bon nombre d'informations sur ces sujets dont ne s'emparent pas nos pouvoirs publics et les médias pourtant - on se trompe ? - censés nous protéger et alerter. Il en est ainsi de la nourriture - on nous vend du poison comme on en parle cette semaine sur V@C (ici ), la terre est empoisonnée d'indigestes traitements, l'élevage est survitaminé et surmédicalisé au détriment du respect de la vie et surtout... de la mort des animaux. Et il en est ainsi des idées. Des envies. Des pensées. Pollution. Mensonges fardés.

Alors le monde des "vrais" médias - entendons ceux qui participent aux pouvoirs politique ou économique - se gausse actuellement de lutter activement contre les "fake news", ces fausses informations censées générer des prises de position trop partisanes, alors qu'il y a fort à parier aussi que cette lutte, sous couvert de se protéger d'un complotisme souvent assez simple - même si il est entendu dans les urnes -, risque surtout de limiter très largement le pouvoir des lanceurs d'alerte et, de fait, notre liberté d'expression.

Merci de nous lire, 

Imprimer - - par @La rédaction - 13 mai 2017

Le billet de V@C : Le sens des mots

Liberté, identité, populisme....Vous avez regardé "La Grande Librairie" hier soir ? C'était un délice. Un moment de plénitude avec une discussion autour du sens des mots du pouvoir. Qu'on était loin de l'hystérie ambiante.

 

De Philippe Claudel à Marie Darrieussecq en passant par Boris Cyrulnik ou Patrick Boucheron les auteurs et professionnels du langage invités ont rivalisés de politesse, de justesse et d'érudition. Comme cela fait du bien !

Comme il est agréable d'écouter des gens qui construisent ensemble calmement. Qui éclairent. Qui nous rendent plus instruits en stimulant aussi nos neurones bien meurtris par une avalanche d'"éléments de langage", d'injonctions et de propagande...

Pourtant vos recherches sur Google le montrent : en cherchant nombreux les "infos" délivrés par les sondages devins pour l'élection présidentielle vous montrez bien plus que de la simple curiosité. De la lumière ? Sans doute l'aveu d'une indécision, d'un trouble, peut-être aussi pour près d'un quart d'entre nous une envie légitimée de s'affranchir de responsabilités et d'injonctions sans trop de risques ? Risque : un mot absent de la campagne électorale ont noté hier les invités de la Grande Librairie...

Rendez-vous donc dimanche soir. Chacun sait ce qu'il a à faire. Et ceux qui auront eu la chance d'avoir vu (ou de voir le replay) l'émission de Phillipe Bunuel sauront où et comment s'éclairer !

Merci de nous lire, 

Imprimer - - par @La rédaction - 5 mai 2017

Le billet de V@C : Vers l'hystérie ?

Élections présidentielles 2017, deuxième... Moteur !

Ouh la la... l'atmosphère devient chaude ! Irrespirable quelquefois tellement semblent nombreux les énervés COMPULSIFS, les hystériques REVANCHARDS et les donneurs de leçons patentés pourtant le plus souvent ANNIHILÉS dans les urnes et DÉTESTÉS pour leur mépris. Mais arrêtons de CRIER !

 

 
Art installation at the IFM (Institut Français de la Mode)

Pourtant les noms d'oiseaux, des traîtres toujours, pleuvent. Les insultes graveleuses hier à Nice. De nombreux appels à mobilisation sont reliés ou raillés. Et l'hystérie, la honte et la peur semblent l'emporter sur l'enthousiasme. Sur l'envie. On semble contre surtout. Pas pour.

Les médias sont eux-mêmes fortement impactés. Audrey Pulvar a été suspendue de l'antenne de Cnews. Pierre-Emmanuel Barré a quitté France Inter. Battu, Jean-Luc Mélenchon est traîné dans la boue pour ne pas donner (sic) de consigne de vote.
Et nous-mêmes la semaine dernière, pour avoir évoqué ici l'importance du premier parti de France, les abstentionnistes, nous avons reçu des mots durs, accusé d'en faire la promotion alors que nous ne faisions que pointer le profond malaise... qui allait exploser. 

Qu'on ne se méprenne pas; nous nous contentons de pointer ce qui nous semble pertinent de mettre en débat dans l'actualité ou ce qui nous semble intéressant de discuter, de partager. Le vote est l'affaire de chacun et donner (donner !!!) des consignes de vote nous semble même quelque peu méprisant pour les citoyens que nous sommes censés être. Abstentionnistes compris !

Mais on ne peut ni ne doit se voiler la face : le malaise est profond. Nous ne sommes plus en 2002 et le fait de partager des informations, des idées... et des mensonges en kit à la vitesse du clic change énormément la donne.

Il va être sans doute vital pour chacun, même nanti, de s'intéresser vraiment à tous ces gens qui se sentent oubliés ou floués. Parlons social ? Parlons partage ? Osons l'amour ? 

Merci de nous lire, 

Imprimer - - par @La rédaction - 28 avr 2017

Le billet de V@C : L'Indifférence

Elections présidentielles 2017, premiere... Moteur !

Les médias ne parlent plus guère de l'abstention. De ceux qui abandonnent un terrain jugé pipé. Qui n'y croient plus. Qui aussi de plus en plus nombreux ne veulent plus cautionner un "système" qui se nourrit d'eux. On insiste maintenant sur les 35% qui n'auraient pas encore choisi.


Et au total, cela fait beaucoup, beaucoup de monde qui ne sait plus quoi croire... La distance est énorme entre une échéance qu'on voudrait démocratiquement collégiale - on y croit, on y croit, c'est très bien comme ça - et un ressenti répulsif de plus en plus prégnant. Comme un doute. La fin d'une histoire ? L'attente de l'étincelle. Un ç
avapétisme... Ou bien pire encore : l'indiférence.

 


Photo Patrice Josserand

Alors dans cette ambiance plombée, au sens premier du terme même, on se regarde, on se surveille aussi. Et même si on fait la sourde oreille, on reste en éveil.

Parce que Trump, Poutine et maintenant Erdogan. Et les anglais qui quittent un navire Europe construit pour tuer la guerre. Et tous ces ambitieux du gouvernail qui voudraient, sabre au clair, notre aval en amont. Et cette extrême droite dont on sait d'où elle vient.

Alors c'est sûr qu'on est pas serein d'entendre haines et ambitions qui se déchainent. Alors on a pas trop confiance et sans ce doute on reste un peu à distance.

Pourtant c'est vrai qu'ils se réunissent, qu'ils voudraient qu'on s'unissent, qu'on tisse ensemble une nouvelle histoire, pleine de fils à tirer, de récits à inventer et à conter. Du nouveau ! Du nouveau ?

Mais, aujourd'hui, on peut zapper, on peut surfer et comparer. On peut changer d'histoire. On peut changer de miroir. On peut cesser de croire. On peut même cesser de s'intéresser. Droit à l'indifférence...

Elections présidentielles 2017 première. Coupez ?

A suivre...

 
Imprimer - - par @La rédaction - 20 avr 2017





Rechercher dans cette rubrique  


 

LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle