Cinéma | vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

jeudi 19 juillet 2018

Bonne Fête Arsène

Photo de Chalon

entre nous - chalon sur saone

Entre-nous : cinéma

Vous êtes ici :

 

Le film « Jusqu'à la garde », tourné en partie à Chalon et Demigny, projeté hier soir à Demigny

 

IL y avait foule mardi soir, à la salle Guimet, pour la projection du film « Jusqu'à la Garde », tourné en juillet 2016. Certains figurants se sont reconnus...les spectateurs ont reconnu aussi la gare routière et le quartier des Près Saint Jean de Chalon mais aussi cette même salle dans laquelle a été tournée une soirée anniversaire. Un tournage d'une semaine, encore bien présente dans bien des mémoires de habitants de Demigny et des environs.


AVEC LE SOUTIEN DU CONSEIL REGIONAL
C'est donc le film « Jusqu'à la garde » qui a été projeté mardi soir à la salle Guimet, à deux pas de la mairie de Demigny. Une séance mensuelle organisée par la M.J.C de Demigny en coopération avec la Fédération des M.J.C de Côte d'Or et la commune. « Une soirée spécifique » a indiqué Marc Chambonnier, le président de la M.J.C. A ces côtés se trouvaient Gaëlle Laurent, du bureau d'accueil des troupes et Christophe Gomez, assistant chargé des castings. En 2016, celui qui travaille aux côtés d'Evelyne Hamard- Manet, directrice des casting a reçu entre 3 et 400 personnes lors des auditions pour en retenir 65 qui ont donc figurés dans ce film.


ET DES RETOMBÉES POUR LA REGION
« La région Bourgogne Franche comté a investi 160 000 euros » a précisé Gaëlle Laurent en complétant « les retombées sont positives, 270 000 euros. C'est aussi du travail pour des techniciens, une présence forte de figurants du secteur, sans oublier des entreprises qui ont travaillé pour ce film »...
« Cette année, la région a déjà aidé 3 films sur 5 en prévision et deux téléfilms. Nous avons d'autres projets » a confié Gaëlle Laurent.


8 HEURES DE TOURNAGE...POUR 3 MINUTES RETENUES
Les figurants tout comme les habitants de Demigny conservent d'excellents souvenirs de ce tournage. « Nous étions tous mobilisés. Les locaux des écoles réquisitionnés » s'est remémoré Maurice Naigeon, maire de la commune. « Pour 8 Heures de tournage, c'est 3 minutes de retenues » a remarqué une habitante de Chaudenay, alors qu'une résidente de Demigny a souligné « Je ne regarde plus un film, de la même manière.Comme d'autres, j'ai découvert, l'envers du décor »...*


Christophe Gomez, a noté, « le tournage a duré un mois dans la région et une semaine à Paris. Le film est sorti lundi en Espagne. Il est programmé depuis février dernier et a déjà eu plus de 400 000entrées...


Nos photos : Hier soir, Salle Guimet, affluence... Gaëlle Laurent, responsable du bureau troupes et Christophe Gomez, assistant chargé des castings-Marc Chambonnier, président de la M.J.C de Demigny

Imprimer - - par Daniel Deriot - 18 avr 2018

Atelier de conversation à Demigny le 26 mars

 La MJCDemigny et les tourneurs de l’UDMJC21 vous proposent

« AteLier de conversation »
Documentaire Autrichien Français de Bernhard Braunstein (1h10).

Suivie d’un moment d’échange avec l’association  PEL’MEL.

 

 

 

Dans la Bibliothèque du Centre Pompidou à Paris, des personnes venant des quatre coins du monde se rencontrent chaque semaine, dans l‘Atelier de conversation pour parler français. Les réfugiés de guerre côtoient les hommes d‘affaire, les étudiants insouciants croisent les victimes de persécutions politiques. Malgré leurs différences, ils partagent un objectif commun : apprendre la langue pour pouvoir (sur) vivre à l‘étranger.

http://pel-mel-chalon.asso.fr/images/logo_pelmel_2.jpgUn brassage rappelant l’importance de l’écoute dans l’appréhension de l’autre, passionnant.

L’Association PEL’MEL a été créée par des bénévoles sensibilisés aux difficultés d’insertion et d’autonomie liées à l’illettrisme.                   .



C’est à  
Demigny le lundi 26 Mars.

à 20h30, salle Guimet (place du 11 novembre).


Tarifs : 5€
50,  4€50 pour les moins de 18 ans

Imprimer - - par M.J.C. DEMIGNY - 22 mars 2018

CINEMA : j'ai vu pour vous « LADY BIRD » ...


Christine « Lady Bird » : se bat désespérément pour ne pas ressembler à sa mère, aimante mais butée et au fort caractère, qui travaille sans relâche en tant qu’infirmière pour garder sa famille à flot après que le père de Lady Bird a perdu son emploi. 

Voilà … le décor est planté …

Le pitch : « Elle a 17 ans, des mèches rougeâtres, un plâtre rose au bras droit. Son nom est Lady Bird. Elle renie « Christine » … pas assez « star » … qui fait plouc et l’empêcherait de se distinguer de ses parents « minables » à ses yeux  et faire partie intégrante du milieu artistique …

Elle rêve !!

Mais pas que !!

Elle y croit !!

A vrai dire, c’est sa vie entière qui, depuis peu, Lady Bird trouve d’une effroyable banalité.

Même si sa mère s’obstine à l’appeler bêtement Christine, sous prétexte que c’est son vrai prénom, pourtant d’une effroyable banalité, elle croit en elle et l’aime plus que tout …

Et la soutient à distance.

Mais maladroitement …

Lady Bird ne rêve que de tumulte et d’évasion …

Elle sera servie grâce à ses rencontres : à commencer par la meilleure copine ou les petits amoureux, travaillés par leurs propres rêves- le premier n’ose pas s’avouer gay, le second se prend pour un poète beatnik-, avec l’arrogante naïveté de la jeunesse.

Un joli film, contemporain et américain à souhait par sa texture … en version originale … émouvant et qui donne à réfléchir sur l’avenir de la jeunesse de ce pays …

Qui se libère malgré la pression de la religion …

Christiane Chapé

-----------------------------------

Infos pratiques :

* Le Printemps du Cinéma 19ème édition : durant 3 jours exceptionnels, les dimanche 18, lundi 19 et mardi 20 mars 2018, le cinéma est au tarif unique de 4 € dans toute la France, pour tous les films et à toutes les séances.
Imprimer - - par christiane chapé - 11 mars 2018

CINEMA : j'ai vu pour vous « LA CH'TITE FAMILLE » ... de Dany Boon ...


Bon, d’emblée je ne serais pas allée voir ce film … seule …

Je ne suis pas une intellectuelle pédante, pour dire cela, ni une cinéphile avertie, bien que passionnée du grand écran, mais je préfère les films qui me font réfléchir, m’émeuvent, me cultivent où me transportent dans le terroir, le vécu … où l

 

es causes à défendre.

J’ai souvent ce réflexe -ou ces à-priori- lorsqu’il s’agit de films/comédie à  « gros box-office » …

Mais je me suis faite entraîner … et je ne le regrette pas … vraiment.

Bien sûr, il s’agit d’une comédie, avec Dany Boon, de surcroît, cela ne faisait aucun doute sur le genre …

Mais, je dirais avec un petit plus qui m’a émue …
Mais …
Je suis tellement sensible !!

Le résumé, voir le synopsis ou le pitch -cela dépend où l’on habite- !  : « « Valentin D. et Constance Brandt, un couple d’architectes designers en vogue préparent le vernissage de leur rétrospective au Palais de Tokyo. Mais ce que personne ne sait, c’est que pour s’intégrer au monde du design et du luxe parisien, Valentin a menti sur ses origines prolétaires et ch'tis. Alors, quand sa mère, son frère, sa belle-sœur et leur petites fille débarquent par surprise au Palais de Tokyo, le jour du vernissage, la rencontre des deux mondes est fracassante. D’autant plus que Valentin, suite à un accident, va perdre la mémoire et se retrouver vingt ans en arrière, plus ch’ti que jamais ! » »

Voilà, et pour le choc thermique de deux mondes -le vrai- et -le superficiel- … c’est réussi … et néanmoins explosif.

Cette comédie, dit-t’on et lit-t’ont, ça et là, est le film le plus personnel de Dany Boon.

Je veux bien le croire vu qu’il a pris le contre-pied de son histoire personnelle ... sauf que ce Valentin D. - lire dans le texte le « D » comme Duquesne-  un nom bien du ch’nord- horreur, malheur ... et qu’il a fait croire à toute la presse parisienne qu’il est orphelin … reniant ses origines ch’ti … et son frère, et son père, et le mobile-home entouré d’un jardin potager aux légumes traités au fuel !!! … et surtout sa mère -interprétée par Line Renaud- magnifique en ch’tiote mère … qui adore ses deux ch’gamins !!!

Et ne ch’tait pas choisir ...

Partagée … qu’ elle est …

Mais pas dans son coeur …

L'ensemble de ce film est sympathique et divertissant.

Je vous le recommande si vous avez du vague à l’âme … Il remet les sans-dessous, dessus !!

Sans prétention ...


Article : Christiane Chapé
Imprimer - - par christiane chapé - 11 mars 2018

CHALON : cinéma : j'ai vu pour vous « NORMANDIE NUE » ..i


« NORMANDIE NUE » est un film de Philippe le Guay qui a réalisé des films a succès, beaux, introspectifs et qui font réfléchir  : « Les femmes du 6è étage », « Alceste à bicyclette », « Le coût de la vie », « Du jour au lendemain » …


 

«NORMANDIE NUE » se situe en Normandie -bien sur-, dans le petit village de Mêle-sur-Sarthe, aux paysages bucoliques et reposants, touché de plein fouet par la crise agricole : le prix du lait, des céréales, de la vache folle et de la viande qui ne permet plus aux agriculteurs de vivre décemment, sans compter l’installation d’un super-marché à proximité.

Georges Balbuzard, dit Babu, le maire du village, interprété par François Cluzet, n’est pas du genre à se laisser abattre et décide de tout tenter pour sauver son village … et ses agriculteurs.

Le hasard veut que Blake Newman, grand photographe conceptuel qui déshabille des foules entières pour en faire des tableaux, vendus à prix d’or, soit de passage dans la région et veuille à tout prix photographier les habitants dans le champ Follet.

Champ objet d’une discorde ancestrale ...

Et pas un autre … car il l’a pris en photo à l’aube sous le brouillard … et que nul autre pourrait faire l’affaire.

Balbuzard y voit l’occasion de sauver son village et de faire parler de lui, en France … et dans le monde entier … !!! pour mettre l’accent sur la misère des agriculteurs ...

Seulement voilà, aucun normand n’est d’accord pour se mettre à nu …

Ou presque …

A force de tergiversations et l’abandon du projet par le photographe américain … un p’tit gars du village, fils d’un photographe ayant subi la crise « Kodak », qui les ont mis « sur la paille », décide de faire la photo ...

Tous à poil annonce le « Balbu » qui joue le jeu …

Un joli film … pas un grand film à mon humble avis … mais un film aux merveilleux paysages qui dépaysent, avec un fond réel de misère agricole, interprété par un François Cluzet toujours juste et engagé.

A voir un jour de « baisse de tension » pour retrouver la pêche et relativiser sa vie.

Un film qui fait « du bien ».


Article et photos : Christiane Chapé

 
Imprimer - - par christiane chapé - 29 jan 2018

Suppression de projections au Cinéma AXEL ce jour

En raison d'un problème technique, les séances ci dessous ne pourront être assurées ce mercredi :

- 13h45 : L'ECOLE BUISSONNIERE

- 16h10 : JALOUSE

- 18h20 : AU REVOIR LA-HAUT

- 20h45 : AU REVOIR LA-HAUT



Vous pouvez trouver les horaires des séances à jour sur notre site internet 

 

 
Imprimer - - par Cinémas de Chalon - 22 nov 2017

Cinéma : « Docs en Balade » : dans les environs de Chagny, ce dimanche à Rully

Ce dimanche, deux nouvelles projections de documentaires se dérouleront à Rully, cet après midi,à la salle des fêtes dans le cadre du cycle « Docs en Balade ».

 

 

Organisé par l'association « Ciné-Marey » de Chagny, ce nouveau cycle évoque différents thèmes liés à notre environnement, à la vie d'une forêt, au travail, à la société en questions ou encore à la famille dans tous ses états. « Ce cycle se déroule avec le soutien du conseil général, le concours de partenaires privés et publics et la fédération dé départementale des foyers ruraux.


23 PROJECTIONS- 13 JOURS-7 COMMUNES
« Cette année, en 13 jours, nous assurons pas moins de 23 projections dans 7 communes du bassin de vie de Chagny » a indiqué Patrick Bernard, président de l'association organisatrice, en précisant « nous nous rendons aussi à l’hôpital de Chagny pour assurer une projection et une animation »....Poursuivant, M.Bernard relève, « nous suscitons des débats, à l'issue des projections, comme ce dimanche avec des professionnels du monde forestier, avec un visiteur de prison, lundi soir à Chaudenay ou encore avec des réalisateurs comme vendredi avec Amélie Brunet ou d'autres invités comme Bernard Teper, du Réseau Éducation Populaire ( R.E.P ), lors de la projection de « La sociaPe » à Rully,le vendredi 17 Novembre prochain. Le cycle s’achèvera dans deux semaines, le dimanche 19 Novembre, à la poterie de Sampigny les maranges, avec la projection de deux documentaires et une animation avec le groupe « Trio Vocal ».


COUP D'ENVOI : VENDREDI EN PRESENCE D'AMELIE BRUNET, REALISATRICE
Les deux premières projections ce sont déroulées, vendredi soir, à Corpeaux, à la salle Robert Chambard, du nom de l'ancien maire de cette localité. Amélie Brunet, réalisatrice du documentaire, co-réalisé avec Philippe Goma, en 2010, « Des noirs et des hommes » était présence et a participé au débat. « Le montage d'un film, d'un documentaire est une deuxième écriture à partir des nombreuses images enregistrées » a précisé la jeune réalisatrice.
. Le documentaire évoque à partir de nombreux témoignages la situation de celles et ceux confrontés mais aussi de part leurs engagements contribuent à écrire l'histoire au quotidien.


Dans l'assistance avaient pris place, Claudette Brunet-Lechenault et Jean Christophe Descieux, conseillers départementaux ; Kader Atteye, maire de Morey et l'avocate maconnaise, Catherine N'Diaye. Cette dernière, a évoqué les difficultés rencontrées lors de ses études ou encore dans le cadre de ses engagements professionnels et électifs. au cours du débat animé par Alain Le Leuxhe, vice président de l'association.


CE DIMANCHE A 15 H : SALLE DES FETES DE RULLY : projection « La cabale des oursins de Luc Moullet ( 17 minutes) et le film « Chaux, une forêt en mouvement » de Philippe Macchioni

LE PROGRAMME DE CES PROCHAINS JOURS

A CHAUDENAY : LUNDI 6 NOVEMBRE A 20 H SALLE DES FETES
Diffusion du film « Je ne suis pas féministe mais... » de Sylvie et Florence Tissot-52 minutes.
Histoire récente et histoires du féminisme par une sociologue convaincue et convaincante. Une réflexion éclairante, passionnante.
Projection dui film « Les résidentes » de Hélène Trigueros ( 52 minutes) : Des portraits de détenues dans une prison pour femmes, pas si loin de chez nous. Une approche sensible.Les résidentes, un documentaire qui nous donne un autre regard sur les personnes incarcérées, nous amenant à percevoir toute leur humanité. On partage leur cheminement (regrets, interrogations sur leur geste, sur leur avenir...) et on mesure toute l'importance du soutien de l'entourage. Un documentaire humain et sensible".
Gérard Dorier, visiteur à la prison de Varennes, participera au débat.



A FONTAINES : MARDI 7 NOVEMBRE A 20 H- SALLE SAINT HILAIRE
Diffusion du film de Carole Roussopoulos ( 34 minutes ) : présentation : Des femmes s’organisent pour vivre et survivre dans le monde des ostréiculteurs. Un certain  dépaysement…en France.
Diffusion du film "La gueule du loup" de Jérôme SEGUR (80 mn) : Quand on est berger, est-il possible de comprendre et d’accepter les loups ?
Des points de vue pour ouvrir le débat avec Walter Lavolet, berger.
Les communes partenaires : Corpeaux, Rully, Ebaty, Fontaines, Sampigny les Maranges, Chaudenay, Remigny et Chagny. Entrée libre.


Nos photos : Vendredi, lors des deux premières projections à Corpeaux

 
 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 5 nov 2017

Ciné : j'ai vu pour vous « AU REVOIR, LA-HAUT » d'Albert Dupontel ...


Albert Dupontel, je l’ai découvert dans le film « BERNIE » en 1996 … et d’emblée, j’ai adoré.

Bernie, c’est l’histoire extraordinaire et déjantée d’un orphelin jeté à la poubelle à sa naissance. Il s’invente des parents modèles, et dans son délire fantasque, décide de les protéger d’un complot mafieux imaginaire.

Et … au détour d’une prise … décide de « bétonner la gueule » de celui qui l’a abandonné avec une grosse pelle de chantier !!!

« Je m'appelle Bernie Noël et j'aime bien les hyènes. Elle vous protègent. Si y'avait du danger. « Et ben moi ... je suis ami avec une hyène ».

Alors la évidement ! Ca situe le personnage et comment ne pas aimer le cinéaste original et dérangeant, Dupontel.

Décalé, tendre, drôle, malheureux, dérangeant, joyeux, impulsif à souhait … et touchant.

Et … c’est ce que j’ai retrouvé dans « AU REVOIR, LA-HAUT » mais puissance mille avec une douce et touchante poésie au cœur d’un sujet grave : le retour de la guerre 14/18 avec ses gueules cassées, ses tricheries, sa rudesse et ses petites magouilles.

Albert Dupontel a mis en scène le livre de Pierre Lemaître au titre éponyme, à sa façon, mais avec l’assentiment de l’auteur … lequel, au cours des interviews lues et écoutées ça et là, a adoré la version du cinéaste.

L’histoire : au sortir de la guerre de 1914/1918, deux soldats, Albert et Edouard, ayant rejoint le front pour des raisons différentes et connu l’horreur des tranchées, se retrouvent liés l’un à l’autre dans « le civil » …

L’un, dessinateur de génie, engagé volontaire parce que son père n’accepte pas son homosexualité, l’autre modeste comptable et frondeur, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts.

Dans la France des années folles, l’entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire.

Au-delà de l’arnaque, qui va rapporter beaucoup d’argent aux protagonistes … quoique … les relations amicales et affectueuses, s’installent entre les rescapés d’une guerre horrible et de leur entourage …

Des relations sincères, solides … à la vie … à la mort … et tellement poétiques avec le jeu de l’ami « gueule cassée » qui cache son malheur sous des masques divers et originaux … pudeur oblige … plus beaux les uns que les autres …

Et … sous le masque … sans masque …

La guerre, le retour, la vie après la guerre … et le repentir du père … admiratif de son fils …

Jamais trop tard.


Christiane Chapé
 
 
Imprimer - - par christiane chapé - 4 nov 2017

J'ai vu et revu pour vous le film « Billy Eliott », film culte... au petit prénom de mon « 4'pats » ...


Billy Eliott, vu par moi :

- Papa, j’veux danser …
- Ca va pas mon gamin, dans notre famille, il n’y a pas de « fifille« .
Tu seras mineur comme tout le monde et basta !!
Ton grand-père était mineur, ton frère descend tous les matins, tôt, dans les wagonnets et moi, je brave le grisou tous les jours que Dieu fait, pour t’assurer une bonne éducation, depuis que ta mère est morte.
Je te paie des cours de boxe, dans l’espoir inavoué, que ça te sortira du charbon et des ennuis financiers … mais en attendant tu n’as pas le choix.
Travailles bien à l’école et tu seras mineur, mon enfant.
Peut-être « chef mineur », qui sait ?
Et toi … tu veux danser !!
Ingrat, sale gosse.
Je me saigne pas aux quatre veines pour que tu finisses sur une scène vêtu de rose.
Ca va pas, non ?
Les mineurs c’est le noir qui leur va le mieux.
- Papa, j’aime pas la boxe.
J’veux danser.
- Il mate les filles à l’autre bout du gymnase et en secret, il va à la danse.
Et il a du talent.
Et son professeur le pousse à poursuivre dans cette voie et à tenter d’entrer dans une école de danse renommée où il pourra se perfectionner.
Mais ….
Il va falloir révéler la vérité à son père qui a, par ailleurs, d’autres soucis.
La mine est menacée de fermeture par le gouvernement de Miss Maguy et les grèves sévissent dans toute l’Angleterre.
Et …
Par amour pour son rejeton et par une ouverture d’esprit guidée par son étoile, il ne fera pas grève pour payer le rêve de son fils.
Il accepte de le voir tenter d'avoir un avenir meilleur par la danse, malgré ses préjugés.
Et ….
Billy réussit alors l'examen d'entrée dans la grande école de danse.
Et se produit, un jour, sur une scène mythique, en Etoile, dans « le lac des cygnes ».
Et …
Le gros mineur musclé, aux ongles noircis par le charbon, avait revêtu son plus bel atour et s’était assis au premier rang …. larme à l’œil et cœur débordant d’amour.

- Vas-y mon Billy, tu seras un homme …. mon fils.


La Chris.
Le 12 juin 2017
 
Imprimer - - par christiane chapé - 12 juin 2017

J'ai vu pour vous "Toni Erdmann" ... film touchant et profond

"""Toni Erdmann est un film allemand réalisé par Maren Ade, sorti en 2016. Le film est en sélection officielle au Festival de Cannes 2016 où il reçoit le prix de la critique internationale. Wikipédia

Date de sortie : 17 août 2016 (France)
Réalisatrice : Maren Ade
Scénario : Maren Ade
Directeur de la photographie : Patrick Orth
Producteurs : Maren Ade, Jonas Dornbach, Janine Jackowski, Michel Merkt ..."""

Outre le fait que ce film ait obtenu un prix prestigieux ... qu'il mérite bien au-delà ... certes ... c'est la nouvelle rencontre et la nouvelle vie d'un père inquiet pour sa fille qui évolue dans le monde des affaires .... et qu'il ne sent pas -comme un père où une mère- seuls qui sentent ces "choses" concernant leurs enfants .... pas heureuse dans sa vie ...

Elle est devenue au fil des jours, et des semaines et des années ... une femme d'affaire importante, indispensable ... s'oubliant ... ne vivant que pour sa réussite professionnelle ... au point d'en subir les humiliations quotidiennes de ses supérieurs ...

Qu'elle n'accepte pas tout à fait : maux de tête, alcool pour oublier ... et paraître ... avec orgueil, peut-être, mais surtout par obligation d'être au TOP ...

Son père, un peu lourdaud et dérangeant, s'intègre dans la vie bien rangée de sa fille, pour la faire rire et pour lui communiquer qu'une autre vie ... la joyeuse, la rigolote, la loufoque ... existe ... Et qu'elle n'a pas à se soumettre et à se conformer à la vie dite ... LA VRAIE ... Celle qui la soumet à la dictature de la réussite ...

Les rapports père/fille sont tendus, honteux, rejetés ... jusqu'au jour où la fifille réalise qu'elle perd son temps, son identité, son argent, sa vie ... Et qu'elle passe à côté de l'essentiel ... l'AMOUR ...

Ce film d'une metteuse en scène allemande ... en sous-titré et sur une durée de plus de deux heures ... est un régal ...

A voir absolument ...

Christiane Chapé
 
Imprimer - - par christiane chapé - 8 sept 2016

CHALON cinéma : AG de la Bobine le lundi 13 octobre prochain

L'assemblée générale de la Bobine, association chalonnaise pour le cinéma, aura lieu le lundi 13 octobre prochain, à 19 h 30.

Celle-ci se tiendra au sein de la petite salle Marcel Sembat, place Mathias, à Chalon-sur-Saône.

L'ordre du jour retenu est le suivant :
- ouverture ;
- rapport d'activité 2013 / 2014 ;
- rapport financier 2013 / 2014 ;
- budget prévisionnel 2014 / 2015 ;
- projets saison 2014 / 2015 ;
- questions diverses et débat général ;
- renouvellement du CA

A l'issue de l'assemblée, un buffet sera proposé à tous les membres de l'association présents.
 
Imprimer - - par Samuel Bon - 8 oct 2014

Cinéma à Chalon : J'ai vu pour vous "Les Etoiles contraires"


Conseillée et un peu -beaucoup- poussée par ma petite-fille de 14 ans qui vient de terminer le livre de l'auteur américain John Green, « Les étoiles contraires », je suis allée, avec sa maman, donc ma fille …. en clair nous sommes allées toutes les trois au cinéma voir le film au titre éponyme, extrait dudit livre.


Vous savez nous dit-elle, c'est un film pour jeunes adultes mais je suis certaine que cela va vous plaire … c'est genre « un drame » mais pas larmoyant du tout.
Tu parles Charles !!! mais on verra plus bas ….
En route pour les « 5 nef».


Ce film de 2 heures que l'on ne voit pas passer … vraiment, nous raconte l'histoire de deux ados atteints de cancer. Elle, Hazel Grace Lancaster, la narratrice est âgée de 16 ans et vit comme elle peut grâce à un traitement expérimental et à un groupe de soutien. Au cours de ces séances, elle rencontre Augustus Waters, d'un an son aîné, atteint d'ostéosarcome. Lorsqu'ils se rencontrent, il est en rémission.
Nos deux ados passionnés de littérature et notamment du bouquin de Peter Van Houten narrant la vie d'une jeune fille atteinte, elle aussi, d'un cancer, qui se termine au milieu d'une phrase …


Nos deux jeunes, devenus amoureux fous l'un de l'autre, rêvent de rencontrer l'auteur de cet ouvrage afin de connaître le sort des personnages du livre de Peter. Ils décident de partir pour Amsterdam où habite l'auteur … mais leur situation physique ne leur permet pas de prendre l'avion pour se rendre en Europe.


Après de longues tractations et un traitement idoine, les parents d'Hazel lui apprennent qu'elle va finalement pouvoir se rendre à Amsterdam car son docteur juge son état stable. Folle de joie elle envoie un texto à Augustus pour qu'il l'accompagne à Amsterdam.


Lorsqu'ils entrent dans la maison de Peter Van Houten, qu'elle n'est pas leur déception lorsque celui-ci se comporte avec eux comme un ours alcoolisé, désabusé et détestant tout le monde. Il refuse de répondre aux questions de nos deux jeunes fans quant à l'avenir des héros de son bouquin, les traitant comme deux freluquets, idiots et ignorants.
En colère, surtout Hazel qui avait tout misé sur son génie d'écrivain, ils quittent en trombe la maison de ce mal élevé et se retrouvent, plus soudés que jamais, dans une chambre d'hôtel d'Amsterdam pour se donner, malgré les difficultés de leur déficiences physiques, l'un à l'autre.


De retour à Indianapolis, Hazel apprend que l'état de son amoureux se dégrade … et bien qu'il lui ait demandé ainsi qu'à son ami Isaac d'imaginer un hommage funèbre … drôle de préférence, Augustus meurt huit jours après ses pré-funérailles.
Le jour de l'enterrement d'Augustus, Peter Van Houten est présent … et demande pardon à Hazel pour son comportement à Amsterdam, qu'elle n'accepte pas … En fait, il a perdu sa fille Anna, héroïne de son livre, atteinte, elle aussi, d'un cancer et tellement bouleversé et haineux contre la terre entière, il a maltraité nos deux amoureux et s'est réfugié dans des paradis artificiels ….Une façon comme une autre d'oublier la réalité.

Larmoyant ce film : je dirais : non, mais touchant et bouleversant, je dirais : oui.
N'empêche que nous nous sommes retrouvées, toutes les trois, dans la rue … les yeux rouges et la goutte au nez !!! Ne possédant qu'un kleenex pour trois !!!

Merci à ma petite-fille d'avoir voulu partager avec moi, sa mamy et sa maman -ma fille- … son amour de la littérature et du cinéma … En fait nous sommes faites toutes les trois du même bois : celui de la sensibilité et des arts ….
Je suis très heureuse que ma petite-fille aime lire et dévore des bouquins.
La lecture c'est l'avasion.

Christiane Chapé

« Nos étoiles contraires », de l'auteur américain John Green, édité en janvier 2012 par Dutton Books.
Film: réalisateur : Josh Boone avec Shailene Woodley dans le rôle de Hazel et Ansel Elgort dans le rôle d'Augustus.

 
Imprimer - - par christiane chapé - 26 août 2014

Ciné sous les étoiles à CHALON : MADAGASCAR 3 - 20/08/14

Madagascar 3

Mercredi 20 août / / 21h30
Parcours de santé de Bellevue

Dessin animé -durée : 1h33

De retour d’Afrique, où leur dernière aventure les avait menés, Alex et ses fidèles amis Marty, Gloria et Melman aspirent désormais à rentrer chez eux, à New York, et à retrouver le cadre familier du zoo de Central park. Autant dire qu’ils sont prêts à tout pour y parvenir ! alors que King Julian, Maurice et les pingouins se joignent à eux, leur nouvelle expédition rocambolesque les conduit en Europe où ils trouvent la couverture idéale : un cirque ambulant dont ils deviennent les héros - façon Madagascar bien sûr !

En cas de mauvais temps, la séance sera projetée dans la salle Marcel Sembat
 
Imprimer - - par MA - 19 août 2014

GRAND CHALON : 6ème édition du « Ciné sous les étoiles », les films...

Au programme de la 6e édition de l’opération « Un ciné sous les étoiles », un échantillon des succès cinématographiques de l’année passée vous est proposé. Humour, tendresse et aventure, il y en aura pour tous les goûts et pour tous les âges !
Rendez-vous du 1er au 25 août pour la projection en plein air de 6 films, sur un écran de 12 x 8 m entre 21h30 et 22h dans les quartiers de la ville de Chalon-sur-Saône. Munis de vos coussins, couvertures, fauteuils, transats, venez assister à ces séances gratuites et ouvertes à tous. Profiter d’un moment convivial et divertissant pendant le mois d’août. En première partie de ces projections, des activités sont proposées par les maisons de quartier et le service Jeunesse de la Ville de Chalon-sur-Saône.

« Viens et joue ! »
Avis à tous les passionnés de jeux en bois, de jeux de cirque et de sport en général, les animateurs du Service Jeunesse de la ville de Chalon-sur-Saône seront présents sur les sites de projection, de 19h30 à 21h30 pour des animations de proximité pour petits et grands.

Les séances en plein air
- Vendredi 1er Août à 22h - Bout du lac des Près Saint-Jean (côté Lycée H.de Chardonnet) (attention séance initialement prévue et annoncée à la Presqu'île)- « Moi moche et méchant 2 »

- Lundi 4 Août à 22h - Rue Henri Bergson (Aubépins) – « Populaire »

- Lundi 11 Août à 22h - Plaine De Jeux (Plateau) – « Camille redouble »

- Lundi 18 Août à 21h30 - Stade Leo Lagrange (côté rue Pierre de Coubertin)- « Boule et Bill »

- Mercredi 20 Août à 21h30 - Parcours de santé (Bellevue) – « Madagascar 3 »

- Lundi 25 Août à 21h30 - Bastion Bas (Centre Ville) – « De l’autre côté du périph »
 
Imprimer - - par Communication Grand Chalon - 18 août 2014

L' EQUIPE DU FILM "HASTA MANANA" à Chalon au cinéma Axel (vidéo)

A l’occasion de leur tournée nationale l’équipe du film sera à Chalon le 31 JUILLET à 19h30 au cinéma Axel.


Une rencontre placée sous le signe de l’humour, et de la sincérité avec la présence des réalisateurs et d’un comédien. Un film et une équipe de jeunes talents à découvrir en famille...

Le film sera à l'affiche du Cinéma Axel à partir du 30 juillet.

HASTA MAÑANA

Un film de Olivier VIDAL et Sébastien MAGGIANI
Avec Amir BEN ABDELMOUMEN, Anoine GAUTRON, Mehdi NEBBOU, Delphine DEPARDIEU

Sortie le 30 juillet 2014

Synopsis
Orphelin depuis son plus jeune âge, Léo grandit au foyer des Cigales. Fragile, il s’est réfugié dans l’écriture et rêve d’être lu par son idole de toujours, le réalisateur Claude Lelouch. Il passe ses journées avec Nino, jeune adolescent de 12 ans qui réside lui aussi au foyer. Ils sont inséparables, comme deux frères. Mais un jour Nino disparaît avec la nouvelle que Léo vient de terminer. Il n’a laissé qu’un mot expliquant les raisons de sa fugue : trouver Claude Lelouch et lui apporter l’histoire…Au fil de son périple, Nino envoie des lettres à Léo, lui contant l’évolution de son aventure. Mais Léo commence à se douter que les raisons de la fugue de son ami sont d’une autre nature…

 
Imprimer - - par MA - 17 juil 2014

TOURNUS : Cinéphiles et gastronomes s'allient

La Commune de Tournus, à la recherche d’une augmentation de la fréquentation de son cinéma « La Palette », et certains restaurateurs tournusiens, à la recherche d’une offre de restauration attractive, ont convenu d’un partenariat, bénéfique aux cinéphiles et aux gastronomes ! Aller au cinéma La Palette donne droit à des réductions chez les restaurateurs partenaires !

Ce partenariat sera officialisé et présenté, en présence de Monsieur le Maire et des restaurateurs partenaires, le mercredi 12 février prochain, à 15 h 30, au Cinéma La Palette.
 
Imprimer - - par @Communiqué - 5 fév 2014

CHALON cinéma : DJANGO - Festival Cinéma Télérama à l'Axel

1858, dans le sud des Etats-Unis, un certain Dr Schultz, chasseur de primes, "enrôle" un esclave nommé Django pour une de ses missions. Django, lui, ne souhaite qu'une seule chose retrouver sa femme. Les deux hommes se font la promesse de s'aider mutuellement...

 

 


Depuis le temps que Tarantino flirte avec le western à travers ses films, cette fois-ci il y plonge complètement. Tous les codes du genre sont là, l'ambiance, les musiques, les personnages, les décors grandioses et la violence... Une violence visuellement exacerbée mais qui grâce à une forme d'auto-dérision devient à la fois spectacle et propos. En effet, la violence infligée aux personnages noirs est toujours vive et brutale tandis que celle qui se retourne contre les personnages blancs est souvent prétexte à la dérision. Une réflexion sur l'esclavage et ses dérives ainsi que sur l'escalade de la vengeance teinte ce film de vrai-faux héros solitaire.
Le choix musical est toujours surprenant voire dérangeant mais toujours vivifiant. On sent toujours cette fougue maîtrisée du passionné de cinéma qui se fait plaisir et offre du plaisir aux spectateurs. Une recette qui fonctionne une nouvelle fois, osée et assumée. Chapeau cowboy!

3 € avec le pass Télérama
Séances : Vendredi 17 à 13h45 - Lundi 20 à 18h00 - Mardi 21 à 16h35

 
Imprimer - - par F@bien - 17 jan 2014

CHALON cinéma : Snowpiercer - Festival Cinéma Télérama à l'Axel

Afin de lutter contre le réchauffement climatique, des scientifiques mettent au point un produit permettant de refroidir l'atmosphère. Employée de manière massive cette fameuse innovation trop efficace plonge le monde dans une nouvelle ère glacière... Une portion de survivants sont forcés de vivre enfermés dans un train à vive allure contrôlé par un mystérieux et tyrannique ingénieur...

 

 


Une véritable claque ! J'étais un peu sur la réserve avant de voir ce film. J'étais en effet septique sur le choix du casting et sur les "bénéfices" d'une collaboration hollywoodienne... Mais au contraire Bong Joon Ho tisse de main de maître une toile subtile et rusée autour de cette super production. Deux aspects se détachent en premier lieu : L'ambiance tout d'abord, oppressante limite claustrophobante, violente et haletante. L'atmosphère est sublimée par les décors soignés et la musique lancinante, chaque séquence apporte son lot de surprises visuelles et scénaristiques. Car c'est dans un second temps que l'on découvre la finesse de l'écriture. De la métaphore du train dans lequel chacun doit être à sa place pour que l'humanité fonctionne, de la "voie" sud-coréenne incarnée par l'excellent Song Kang-Ho par rapport à celle choisie par les États-Unis... Une subtile réflexion sur le pouvoir et les choix politiques "forcés" pour maintenir l'équilibre.

Un spectacle grandiose et subtil à voir en VO et sur grand écran !

3 € avec le pass Télérama
Séances : Vendredi 17 à 16h15 - Samedi 18 à 18h30 - Mardi 21 à 20h00

 


Lire sur V@C :

BD et Film, Le transperceneige

 

Imprimer - - par F@bien - 17 jan 2014

J'ai vu pour vous : LES GARCONS ET GUILLAUME .... A TABLE !!!

Synopsis d'Allociné : """Le premier souvenir que j’ai de ma mère c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : "Les garçons et Guillaume, à table !" et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en me disant : "Je t’embrasse ma chérie" ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus."""

 

 


Guillaume GALLIENNE, à la voix et aux mimiques particulières est un artiste, un véritable artiste touche-à-tout doué : acteur de théâtre, acteur au cinéma, metteur en scène, pensionnaire de la Comédie Française, conteur sur France Inter ....
Et ... Molière 2010 de la révélation théâtrale masculine.


Avant de tourner le film "de sa vie" et "de sa mère", il a joué sa pièce "Les Garçons et Guillaume ... à table", seul sur scène dans le style stand-up. Un succès.
Pour notre bonheur, il a eu l'idée de faire de cette histoire vécue, un film à l'humour féroce baignant dans l'auto-dérision.
Longtemps caché derrière l'étiquette de "fillotte" que lui a collée sa mère, il en a fait un film drôle, grinçant et totalement détaché de son enfance, sans rancune.


L'humour est plus fort que tous les préjugés.
Je me suis bien amusée, j'ai été touchée aussi et confirmée dans l'idée que "l'habit ne fait pas le moine" !!!
A consommer sans modération.

 
Imprimer - - par chapé christiane - 7 jan 2014

QUELQUES HEURES DE PRINTEMPS ..... alors que l'automne s'annonce

Ce film sorti sur nos écrans en septembre 2012 et diffusé récemment dans nos petites lucarnes, parle d'un sujet qui divise : l'euthanasie, soit la fin de vie assistée.


Elle n'a pas encore droit de cité en France mais permet d'y recourir dans quelques pays limitrophes.
C'est le choix d'Yvette, atteinte d'un cancer, qu'elle cache avec pudeur et délicatesse à son voyou de fils, Alain, 48 ans, fraîchement sorti de prison et n'ayant pas d'autre choix que de retourner vivre chez elle.


La cohabitation, muette de mots est néanmoins explosive.
Elle lui cache sa maladie et surtout qu'elle décide de s'offrir les services d'un suicide assisté dans une clinique suisse...


Entre ce vieux garçon fraîchement sorti de prison et cette maman au caractère impossible, va se nouer une relation d'amour du dernier moment ....
Hélène Vincent, totalement habitée par son personnage et Vincent Lindon, offrant une prestation formidable de rugosité, nous transportent, sans voyeurisme, en toute délicatesse, émotion et douceur, vers leurs choix, de vie ou de mort.

A noter que ce film a été tourné en partie à Chalon sur Saône ....

 
Imprimer - - par chapé christiane - 12 oct 2013

CINÉMA : Un jeune auteur-réalisateur bourguignon à l'honneur

Christophe Gand Un jeune auteur-réalisateur bourguignon à l’honneur



A l’occasion des Rencontres cinématographiques de Dijon*, la Région Bourgogne a demandé à Jeanne Labrune(1), auteure-réalisatrice et membre de l’ARP, de parrainer un jeune réalisateur bourguignon de son choix. Objectif : mettre à l’honneur ce réalisateur, valoriser la filière régionale du cinéma et donner ses chances à un talent local en émergence.
Le nom du gagnant a été dévoilé, lundi 7 octobre, à l’occasion de la traditionnelle présentation des Rencontres aux cuisines ducales, Cour de Bar à Dijon.

Parmi les trois jeunes réalisateurs bourguignons en lice(2), le choix de la cinéaste s’est porté sur Christophe Gand. « A 26 ans, il maîtrise déjà le récit, sait gérer le silence et le son. Son travail de la lumière est remarquable. Je rends hommage à cet artiste accompli qui a su créer à 21 ans une société « Parfum de films » mais aussi une compagnie de théâtre», explique Jeanne Labrune.

La cinéaste présentera ce jeune talent lors de la cérémonie de parrainage, vendredi 25 octobre à 17 heures en salle des séances du conseil régional (17 bd de la Trémouille à Dijon). La projection d’un court métrage de l’heureux élu clôturera la soirée.

* Organisée par l’ARP en partenariat avec la Ville de Dijon et le conseil régional, la 8e édition des rencontres cinématographiques de Dijon se déroule du 24 au 26 octobre prochain.

___________________________________________________

(1) Jeanne Labrune est passée maître dans l’art de la comédie de moeurs ou « fantaisie » selon ses termes. D’Isabelle Huppert à Jean-Pierre Darroussin, de Sandrine Kiberlain à Mathieu Amalric, les plus grands acteurs français s’entrechoquent dans ses films aux répliques acides.

(2) en lice :
- Christophe GAND, né en 1987, auteur-réalisateur des courts métrages : La monnaie s’il vous plaît (2012), Piangero (2011) et Peintre en résidence (2010).
- Tibo PINSARD, né en 1976, auteur-réalisateur des courts métrages : Le dernier voyage d’Emile (2012) - L’île (2008),
- Damien MONTARON, né en 1985, auteur-réalisateur des courts métrages : Outsiplou (2011) - Almaritsu (2009).

 
Imprimer - - par Communiqué Conseil régional de Bourgogne - 8 oct 2013

CHALON : Le nouveau Multiplex : Clap Départ...

9 salles
Ouverture fin 2013
Imprimer - - par MA - 10 juin 2013

CHALON - Le lauréat du Festival "L'ici et l'ailleurs" est... (vidéos)

 

La Remise de la Plume d'Or du 9° Festival en Bresse Bourguignonne s'est déroulé dimanche en soirée au Château départemental de Pierre de Bresse.

 
Le film qui a remporté la Plume d'Or lors du Festival du documentaire en Bresse Bourguignonne est Ladies' Turn (trailer mobiCINE).
 
En présence de la documentariste, c'est  "Ladies Turn"  d'Hélène Harder qui a remporté cette "victoire" parmi les invités suivants :

Bruno Le Jean : Lauréat « Plume d'or 2012 »

Mathieu Vadepied

Jérôme le Maire

Sylvie Blum

Hélène Trigueros

Edouard Bergeon

Jean-François Delassus

Olivier Sarrazin

 "Ladies'Turn" est le défi d'un tournoi de foot féminin au Sénégal, sur les terrains de quartier. Un film militant qui n'a pas laissé insensible les membres du Jury

 

 

Présidente du Jury :
Jeanne Mascolo de Filippis
: Réalisatrice

Professionnels :

Jeanne Mascolo de Filippis : Réalisatrice

Louis Bastin : Documentariste les ateliers du réel

Violaine Labrusse : Documentariste

Eric Simard : Réalisateur/Scénariste

Pablo Feix : Plasticien

Représentants du public

Annabelle Simon

Annette Renard

Annick Bouchard

Janine Rimet

Jean-Marie Roy

Ce festival a été  très enrichissant puisqu' il a permis de découvrir des documentaires de bonne qualité et ceci souvent en présence du réalisateur.
L'accueil en Bresse, aussi bien à Chalon a été qui plus est très convivial. 
 
A faire impérativement pour les amoureux de l'image et rendez vous au prochain printemps.

 




Et si c'était au tour des filles de jouer ? Au pays du foot roi, un tournoi de football féminin s'organise pour la première fois en 2009 dans les quartiers de quatre régions du Sénégal, grâce à l'association Ladies' Turn.

Malgré l'engagement bénévole et passionné de Seyni, ancienne capitaine de l'équipe nationale, et de ceux et celles qui se battent à ses côtés pour donner l'occasion aux joueuses de montrer leur talent, le terrain reste loin d'être gagné. En 2011, bravant encore tabous et préjugés, les filles investissent de nouveau les terrains de quartier et jouent devant un public de plus en plus nombreux venus les voir. Mais laissera-t-on jouer la partie comme elles le veulent jusqu'au bout?

 

En savoir plus : http://www.ladiesturn.org/LadiesTurn_Francais/LadiesTurn.html

 
Imprimer - - par Mina Jaillard & La Rédaction - 24 mars 2013

CHALON - Quelle définition pour le documentaire de création : cinéma du réel ?

Dans le cadre de L’ICI ET L’AILLEURS, 9e Festival de documentaires en Bresse Bourguignonne, Nicéphore Cité, en partenariat avec les Films de la Guyotte et les Ateliers du Réel, organise une journée de Rencontres professionnelles : Quelle définition pour le documentaire de création : cinéma du réel ? le Vendredi 22 mars 2013 à Nicéphore Cité, Chalon-sur-Saône

Entrée gratuite / inscription obligatoire


Quelle est la frontière entre le cinéma de fiction et le cinéma du réel, notamment du point de vue de l’image et des Chefs opérateurs. La réalité ne dépasse-t-elle pas la fiction ?
Des documentaristes, invités du festival l’ici et l’ailleurs, vous donneront leurs points de vue sur cette question.
Cette journée d’informations gratuite est à destination des professionnels et étudiants dans les domaines de l’audiovisuel.

EN PRESENCE DE :


Mathieu VADEPIED :
Documentariste, Directeur artistique et Directeur de la photographie du film "Intouchables".
Il a été nominé pour ce film, mais aussi, 10 ans avant, pour "Sur mes Lèvres" à la cérémonie
des Césars.
Son film "Folles humanités" est en compétition lors du festival.

Jean-Luc COHEN :
Cinéaste indépendant. Il est co-fondateur de la société Tact production et des Ateliers du Réel,
association de cinéma documentaire.

Jérôme LE MAIRE :
Documentariste.
Son long métrage de fiction "Le Grand’Tour" a été sélectionné au Festival de Cannes.
Son film "le thé ou l’électricité" est en compétition lors du festival de Cannes.

AU PROGRAMME :
CONFERENCES // RETOURS D’EXPÉRIENCES
> Chef opérateur de fiction et documentariste, comment articuler les deux métiers aux rythmes
si différents ?
> L'image de fiction et de documentaire.
> Les outils et les moyens pour la réalisation d’un documentaire, de l’écriture à la production.
> Définir les contours d'une école idéale du documentaire.
Programme complet & formulaire d’inscription : http://bit.ly/LibYir

 
Imprimer - - par Nicephore cité - 21 mars 2013

CHALON ECA : Vrais javelots, vraie sécurité

Depuis septembre, les poussins apprennent à courir, sauter, lancer. Pour cela, ils sont encadrés par Valérie, Malika, Simon, Christophe, Bruno et Patrick : 1 Brevet d’état, 3 entraîneurs fédéraux, deux étudiants STAPS.

 

 

 

Depuis septembre, pour les lancers en fonction de leur âge et pour la sécurité ils se sont familiarisés avec des disques, des javelots, des marteaux… En mousse.

 

 

 

Mais mercredi, ils et elles ont pu faire du javelot « comme les grands ». De vrais javelots, donc de vrais dangers c’est pourquoi pour un groupe de 11 jeunes il y avait les 6 éducateurs.

 


 

Ils ont donc pu entrevoir vers quoi leur apprentissage « en mousse » les dirigeait. Vous pourrez voir à travers les photos toute la concentration de ces futurs athlètes.

 

 

 

Mais, si par moments ils seront encore mis en situation de « grands », ils vont continuer à découvrir l’athlétisme par entrainements adaptés à leur âge et des animations qui leur permettront de rencontrer d’autres clubs sous forme jouée, en équipe.

 

 

Un long chemin de découvertes les mènera par une progression de leurs capacités vers l’envie de se surpasser.

 


L’ensemble du reportage photo « 130320 vrais javelots » sur: https://picasaweb.google.com/lh/myphotos

 

Imprimer - - par Patrick Rochette - 21 mars 2013



Rechercher dans cette rubrique  


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux musique



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle