vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

jeudi 15 novembre 2018

Bonne Fête Albert

Photo de Chalon

politique - chalon sur saone

Les élections locales en chalonnais

Vous êtes ici :

COMMUNIQUÉS

 

Arnaud Durix nommé secrétaire départemental des Républicains de Saône-et-Loire

Le bureau politique national des Républicains, qui s’est réuni ce jour a nommé Arnaud Durix Secrétaire départemental de la fédération de Saône-et-Loire.

Cette nomination, proposée par Gilles Platret, président de la fédération, en concertation avec Arnaud Danjean, Secrétaire départemental sortant, marque une étape supplémentaire dans la réorganisation du mouvement.

Pour Gilles Platret : « Arnaud Durix, grâce à son enracinement local et à sa parfaite connaissance du terrain remplit toutes les conditions pour mener à bien cette responsabilité essentielle dans l’organisation de notre mouvement. » .
 
- par LR71 - 13 nov 2018

Fiscalité diesel : pas d'écologie sans justice sociale

Le mouvement du 17 novembre est l’expression d’une colère nourrie par un sentiment d’injustice que nous entendons d'autant que les principaux pollueurs : aviation, transports routiers sont exonérés de taxes.

EELV n'appelle pas pour autant aux manifestations. En effet, la fiscalité écologique est un outil indispensable pour lutter contre le changement climatique, la pollution de l'air qui fait 48 000 décès/an et qui coûtent des milliards d'euros chaque année. La fiscalité carbone est utile et nécessaire à condition d’être juste : il n’y a pas d’écologie sans justice sociale, ni de justice sociale sans écologie. Notre écologie refuse d’opposer la menace de la fin du monde à la crainte de la fin du mois. Si elle doit inciter au changement de comportement, la fiscalité écologique doit être redonnée aux citoyens, notamment les plus modestes, pour se déplacer facilement et autrement qu'en voiture individuelle.


Le choix actuel du Gouvernement est socialement et écologiquement irresponsable. Seulement 19% de la fiscalité carbone seront fléchés sur la transition énergétique : ce sont les plus vulnérables qui ressentent le plus violemment la hausse du prix du carburant, et sans financement sur les transports non polluants, la fiscalité ne fera pas baisser les émissions de CO2.
Pour répondre à l’urgence sociale, climatique et sanitaire, Europe Écologie – Les Verts propose :
– l’utilisation de 100% des recettes de la fiscalité carbone pour la transition des déplacements, l'isolation des bâtiments et le développement des énergies renouvelables
– la fiscalisation du kérosène et du fioul lourd actuellement subventionnés par l’État
– l’accompagnement des plus fragiles par le doublement du chèque énergie, de la prime à la conversion automobile sur des véhicules propres et d'une prime mobilité ciblée sur les transports en commun et la voiture partagée.
– Un moratoire sur les nouveaux équipements routiers et l’étalement urbain.
– Stopper les investissements dans l’extraction des ressources fossiles.

 
- par EELV - 13 nov 2018

meeting départemental FO le 8 novembre 2018

Bonjour,

L’Union Départementale FO 71 organise un meeting le jeudi 8 novembre à 18H, salle 3, Maison des Syndicats concernant les élections des 3 versants de la fonction publique du 6 décembre.
Ce meeting sera présidé par Didier PORTE, Secrétaire Confédéral en présence de Didier BIRIG, Secrétaire fédéral de la branche Santé.


 Nous serons présents à la maison des syndicats dès 17H pour répondre à toutes vos questions.

Comptant sur votre présence,

Bien cordialement,

 MEETING 8 NOVEMBRE 2018.pdf [ 522.13 Ko ]
- par BUCAILLE François - 5 nov 2018

Fête de la Rose avec François Rebsamen et François Hollande - 23 novembre à partir de 18h30 jusqu'à 22h

Aux militants et sympathisants
Dijon, vendredi 2 novembre 2018


Cher.e Camarade,

La Fête de la Rose aura lieu

Vendredi 23 novembre à partir de 18h30 jusqu’à 22h.
Palais des Congrès, salle du Clos de Vougeot,
avec la participation de François Rebsamen et François Hollande.

Elle est précédée des Ateliers de la Fête de la Rose qui ont lieu tous les mercredis à compter du 10 octobre.

Sous la coordination de Léo Lachambre, les animateurs des ateliers ont à charge l’organisation réunions ouvertes aux citoyen.nes dans plusieurs lieux en Côte-d’Or afin de couvrir l’ensemble du territoire départemental.

Les conclusions de chaque atelier seront présentées par son animateur.trices au cours du repas républicain.

Les thématiques des ateliers retenues sont les suivantes :

Atelier 1 : Quel « capital » de départ pour les jeunes
Animatrice : Mélanie Balson

Atelier 2 : Logement et politique de la ville
Animateur : Thierry Falconnet

Atelier 3 : Nouveau modèle agricole pour une alimentation saine dans l’assiette
Animatrice : Marie-Jo Vuillaume

​Atelier 4 : 5ème risque - Mécanismes de solidarité intergénérationnelle, santé, dépendance, financement…
Animateur : Christophe Avena

Atelier 5 : Mobilités - Quelles mobilités pour quels usagers ?
Animateur : Dénia Hazhaz

Atelier 6 : Europe - Bilan, projection.
Animateur : Pierre Pribetich


Pour réserver : www.ps21.org


​Amitiés socialistes.
Michel Neugnot

 
- par PS - 5 nov 2018

Le collectif chalon solidarité Migrants sur la relaxe du délégué départemental du parti de France

 

Relaxe d'un militant identitaire : le collectif chalon solidarité Migrants appelle à un sursaut démocratique

Le collectif Chalon Solidarité Migrants exprime son indignation et son incompréhension devant la relaxe du délégué départemental du Parti de la France, ordonnée par le tribunal de Grande Instance de Dijon. Poursuivi pour avoir exposé une banderole avec des slogans incitant à la haine, le militant identitaire a été relaxé pour prescriptions des faits. On peut se demander pourquoi Benjamin Lematte n'a pas été jugé en comparution immédiate bien qu'il ait été pris sur le fait.

Alors que les nationalismes et la violence politique menacent la paix et nos démocraties en Europe et dans le monde, cette décision participe à la banalisation et à la bienveillance envers des propos indignes de nos valeurs et institutions républicaines.
L'ensemble des institutions garantes de notre démocratie doivent réagir.

Nous appelons à ne plus accepter l'inacceptable, à ne pas abdiquer devant la haine de celui qui est différent et la xénophobie.
Nous appelons à un sursaut démocratique pour stopper la propagande nauséabonde des identitaires et de l'extrême-droite au profit d'un discours et de politiques de fraternité et solidarité en faveur des personnes vulnérables que sont les demandeurs d'asile et les réfugiés.

Les défis de notre monde en transition nous obligent à penser les droits humains par une approche plus ouverte sur les autres et l'accueil des réfugiés dans la dignité est un des remparts pour sauver nos démocraties menacées. C'est pourquoi, nous demandons au Parquet à faire appel de la décision.

Le collectif Chalon Solidarité Migrants

 
- par Le Collectif Chalon Solidarité Migrants - 4 nov 2018

Rapport de M. EMORINE auprès de la Commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat

 

Le Sénat dénonce le caractère extraterritorial des sanctions américaines contre l’Iran

La commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat, présidée par M. Christian Cambon (LR-Val-de-Marne), soutient les initiatives de l’Union européenne pour protéger les entreprises européennes



Après le 4 novembre, les Etats-Unis appliqueront à nouveau l’ensemble de leur régime de sanctions contre l’Iran. Il s’agit d’une conséquence du retrait américain du Plan d’action global commun (JCPoA) annoncé par le Président Trump.


Le régime de sanction américain pénalise tous les acteurs économiques majeurs, car il s’applique de façon extraterritoriale à toute entité ou transaction qui aurait un lien même distant avec les Etats-Unis (« Americain nexus »). Le simple fait de libeller la transaction en dollar la fait entrer, du point de vue américain, dans le régime de sanctions.
En présentant son rapport à la commission des affaires étrangères et de la défense, le rapporteur Jean-Paul Emorine (LR-Saône-et-Loire) a rappelé que diplomatie et économie se mêlaient dans ce dossier, en déclarant « si l’économie est une arme diplomatique, il faut aussi regarder sans naïveté l’intérêt pour les entreprises américaines de sanctions qui ferment des marchés à leurs concurrentes européennes ».


La commission des affaires étrangères a également complété la proposition qui lui était soumise par la commission des affaires européennes en replaçant cette résolution dans le contexte plus général des négociations avec l’Iran. Il convient à ce titre de préparer les négociations de l’après-JCPoA. Pour cette période qui commencera en 2025, il faudra aussi que l’Iran engage la discussion sur le volet balistique et sur le volet régional.

 
- par Christine BERETTONI Collaboratrice parlementaire de Jean Paul EMORINE - 4 nov 2018

Lettre ouverte délinquance à Montceau de Lilian Noirot

Lettre ouverte délinquance Montceau Lilian Noirot

Lettre ouverte délinquance Montceau Lilian Noirot by vivre-a-chalon on Scribd

- par Lilian Noirot, Les Patriotes - 3 nov 2018

Pourquoi le 17 novembre est "une foire poujadiste" pour le NPA

Communiqué du NPA Justice sociale : ce n’est pas le 17 novembre que nous pourrons nous faire entendre !

Depuis une semaine, circulent largement des appels à « manifester » le samedi 17 novembre, à « bloquer des routes ou des ronds-points », ou à « mettre un gilet jaune sur son tableau de bord ». Ces appels ont été largement relayés par les médias et les réseaux sociaux, et trouvent un écho dans les milieux populaires.

Le ras-le-bol que ces appels expriment est compréhensible. La hausse des prix des carburants, notamment celui du diesel, fait effectivement beaucoup râler dans les milieux populaires, car elle est perçue comme une mesure de racket à l'égard de toutes celles et ceux qui n'ont souvent pas d'autre choix que d'utiliser leur voiture pour aller travailler ou circuler pour les besoins de la vie quotidienne. Tout cela traduit pour partie un mécontentement social contre un pouvoir fort justement perçu comme un « gouvernement des riches ».

Pour autant, cette mobilisation est problématique. D’abord parce qu’avant d’être l’expression d’un mécontentement populaire, cette mobilisation est surtout porteuse d’une vieille revendication du patronat routier, pour qui les profits se mesurent à l'aune des tonnes de carburant mises dans les cuves de ses camions qu'il répand en masse sur le réseau routier, en contradiction avec les mesures les plus élémentaires de préservation de l’environnement. De plus, à l’origine et en soutien à ces appels présentés comme « citoyens » et « apolitique », on retrouve la droite extrême et l’extrême droite à la manœuvre : vidéo virale d’un dénommé Franck Buhler, militant d’extrême droite (dont les vidéos ont totalisées des millions de vue sur internet), soutiens immédiats de Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, rejoint ensuite par les (très à droite) Jeunes Républicains, relais dans la « fachosphère »…

On ne s’y trompera donc pas. Tout comme les syndicats CGT et Solidaires, samedi 17 novembre, nous ne mêlerons pas nos colères aux manœuvres des patrons et aux récupérations de l’extrême droite qui n'est pas une alliée de circonstance mais reste notre ennemie mortelle. Oui, tout augmente sauf les salaires, et les classes populaires ont bien raison d’avoir ras-le-bol de l'augmentation du carburant et des prix en général, conséquence du décrochage de plus en plus important entre les salaires (ou les pensions) et l'inflation. Oui, Il faut prendre sur les profits des capitalistes pour augmenter nos salaires. Oui, nous avons besoin de transports en commun gratuits. Et oui, une nouvelle organisation sociale est nécessaire, où nous n'aurions pas à nous serrer la ceinture pour mettre 10 litres de plus dans le réservoir de notre véhicule pour aller bosser pour des salaires de misère…

Tout cela, il faudrait pouvoir le dire, touTEs ensemble, dans la rue, par la grève, en bloquant le pays. Mais nous ne pourrons pas le dire le samedi 17 novembre dans des actions ou des rassemblements prétendument « citoyens » aux allures de foire poujadiste, dans lesquels nous nous retrouverions au côté des ennemis les plus farouches du mouvement ouvrier.
 
- par NPA - 1 nov 2018

Saône et Loire : La France Insoumise réagit

Parmi les groupes d’action de Saône et Loire, les groupes de Montceau-les Mines, Le Creusot et Chalon-sur-Saône s’associent pour exprimer leur soutien à Jean-Luc Mélenchon.

Nous souhaitons revenir sur les évènements de la mi-octobre, maintenant que le brouhaha médiatique retombe, ce qui nous permet enfin d’être audibles.

En avant-propos, un petit retour sur les dates clés. Au début du mois d’octobre, les groupes d’action de la France Insoumise ont été invités par le mouvement à commencer de s’organiser pour les Européennes avec une première action simple, celle d’encourager les citoyens qui ne le sont pas encore, à s’inscrire sur les listes électorales.
Le lundi 15 Octobre le feu vert est officiellement donné à tous les groupes d’actions dans un communiqué interne à La France Insoumise intitulé « En route pour les Européennes ».
Mardi 16 octobre 2018 a eu lieu une opération de police d’une ampleur inédite dans notre pays. Elle visait le président d’un groupe parlementaire d’opposition, un mouvement politique, la France insoumise et un parti politique, le Parti de Gauche. Ce déploiement politico-médiatico-judiciaire a été organisé sur la base d’éléments fantaisistes. Il s’agit d’une part d’une dénonciation d’une élue d’extrême-droite, Sophie Montel, qui avouait elle-même qu’elle n’était pas sérieuse. Elle parlait en effet d’un « pied de nez ». Dans cette attaque, c’est d’abord la méthode qui choque.

« Nous avons été maltraités et insultés à jet continu pendant cinq jours sans trêve ni pause, jours et nuits dans tous les médias écrits, radios et télévisés. » JLM

Dix-sept perquisitions, 70 policiers… "Marianne" révèle les coulisses d'une opération aux moyens démesurés (lien web en dessous de cet article).

Il faut rappeler, et c’est très important que dans le but de prouver publiquement son honnêteté, Jean-Luc Mélenchon a demandé le 8 juin 2018 le réexamen de tous les comptes de campagne et s’étonne aujourd’hui à juste raison, je le cite : « Comment est-il possible que nous ayons fait en 12 mois moins de dépenses que Hamon en 3 mois et Macron en 8 mois ? Dans la mesure où les équipes des deux nous font la morale, il me semble que nous devons vérifier s’ils sont les mieux placés pour cette activité ».

Soulignons également un élément capital qui échappe à l’analyse de beaucoup trop de journalistes, c’est celui de la porosité entre la vie publique et la vie privée de ces hommes et femmes qui composent une partie du paysage politique français. Jean Luc Mélenchon a le droit comme tant d’autres à une vie privée et à ne pas être vilipendé voir infamé par les médias pendant des jours durant. Les nouveaux médias, et les nouveaux moyens de communication, ainsi que les réseaux sociaux poussent le raisonnement populaire à celui qu’il était au moyen-âge, soit le lynchage sur la place publique sans autre forme de procès.

Dans les saisies effectuées au siège de la France Insoumise figurent les listings des sympathisants du mouvement. Le gouvernement dispose désormais de tous les agendas et informations personnelles de nombreux cadres du mouvement. Il possède potentiellement tous les fichiers du mouvement « La France insoumise » ! Et tous ceux du Parti de gauche !
Comment se peut-il que de telles informations puissent être mises au regard public. Nous demandons que ces listings soient immédiatement rendus à ses propriétaires sans qu’aucun fichiers n’aient été ouverts ni copiés. Il existe un droit fondamental inscrit jusque dans notre constitution qui est le droit à l’anonymat. Il est purement inadmissible que des procédés judiciaires laissent entrouvrir la possibilité de diffusion de ces données personnelles.

Nos représentants du gouvernement, le premier ministre en tête se cache derrière des principes tel que celui de l’indépendance de la justice, ou celui de la bienséance lors des discussions parlementaire, comme si leur nomination ministérielle les rendait exempt de tout soupçon de collusion contre le premier mouvement de Gauche qu’est aujourd’hui la France Insoumise.

Rappelons par exemple les mots très justes et particulièrement définitifs de Fabrice Arfi lui-même, pas plus tard que le mois dernier, alors qu'on apprenait que les candidats procureurs de Paris passaient des oraux à Matignon et à l'Elysée : « Si les informations « le monde » sont exactes, il ne faudra plus jamais que les intéressés viennent nous parler de l’indépendance de la justice en France. Tweet Fabrice Arfi

Hasard du calendrier judiciaire ? Vous qui avez tout orchestré, vous nous prenez pour des naïfs et des imbéciles et vous semblez considérer que les français sont des idiots !

Evidemment que tout cela est politique. Le but n’est autre que notre destruction au profit « d’oppositions » plus accommodantes et plus confortables, plus maîtrisables. Quand on s’affiche comme n’étant ni de droite, ni de gauche, finalement comme c’était confortable l’époque où les partis de gauches et de droites pratiquaient la même politique tout en affichant des programmes différents. A peine au pouvoir, les élus et les nommés du mouvement En Marche sont déjà nostalgiques, à peine au pouvoir ils n’ont déjà dans les sondages plus que les faveurs de ceux qui les ont élus, à peine au pouvoir ils rééditent les recettes de leurs prédécesseurs, à peine au pouvoir ils risquent d’imploser dans leur petite bulle égoïste.

« Jean Luc ne fait pas partie des 99% des lâches de la politique, il réagit en combattant de la république »
Pierre-Gaël Laveder – FI Montceau-les-Mines (71)

Etant donné la violence de ces intrusions, comment ne pas comprendre que nos représentants ne se mettent pas en colère. Si les réactions de Jean-Luc Mélenchon et d’autres de nos camarades ont semblent-il choquées, vous ne leur enlèverez jamais la justesse du fond sur lequel ils basent cette colère. La colère reste légitime lorsqu’elle se dresse devant l’injustice et contre ce qui est et reste inacceptable. Avant de contester la forme regardez le fond de cette affaire et les méthodes utilisées, elles sont cent fois plus contestables qu’une petite bousculade.

« On peut apprécier ou non Jean-Luc Mélenchon. On peut apprécier ou non la France insoumise. Et je ne suis pas, loin de là, le plus “corporate” des députés FI. Mais le souci, pour moi, n’est plus là. Et avec un peu de gravité, je voudrais m’adresser simplement aux Républicains de ce pays : c’est la question démocratique qui est désormais posée. Et de cette épreuve, avec le peuple, avec les gens, je suis convaincu que nous sortirons plus forts. »
François Ruffin (Député FI)

Chaque mois, mille personnes cliquent qu’elles rejoignent le mouvement. Chaque semaine, deux à trois cent « évènements » sont annoncés par les groupes d’action de la France insoumise.
La mobilisation continue à gauche. Pour une politique de gauche ! Que vive la 6ème république !

A voir aussi :
https://lemediapresse.fr/actualites/perquisition-a-la-fi-francois-ruffin-evoque-un-profond-sentiment-dinjustice/
https://melenchon.fr/2018/10/21/une-persecution-mediatico-politique-detat/
http://disq.us/p/1wttd27
 
- par France Insoumise 71 - 30 oct 2018

Communiqué d'EELV Bourgogne consacré à la chasse.

Les français rejettent la chasse, les écologistes veulent réformer radicalement une pratique dangereuse pour l'homme et la nature

Les vacances scolaires sont des moments propices pour profiter de balades et pratiquer des activités sportives en forêt. Mais les vacances automnales et hivernales sont inévitablement contrariées par la chasse et les dangers auxquels on s'expose lors des sorties nature. Les récentes tragédies nous le rappellent ainsi que les 143 accidents de chasse dont 18 mortels pour la saison 2016/2017.

Alors que 1,7 % de la population pratique la chasse, 82 % des français demandent l'interdiction de chasser 2 fois par semaine, dont le dimanche, et durant les vacances scolaires (sondage IPSOS, octobre 2018*). Ces attentes traduisent un très large consensus qui traverse notre société : la chasse est dangereuse, cruelle et d'un autre âge. Pourtant, des positions politiques sont à contre-courant de la société. C'est le cas d'un député LREM qui préférerait interdire le VTT et de la commune d'Is-sur-Tille en Côte d'Or qui, en 2015, avait interdit les balades en forêt le dimanche. Il semble que face à cette situation intenable, le Maire soit recemment revenu sur cette décision.
De plus, personne n'est dupe quand le lobby de la chasse s'autoproclame premier écologiste de France. La biodiversité s'érode. Pourtant, la chasse est encore autorisée pendant les périodes de reproduction. Sans parler de la cruauté des pratiques comme le piégeage, et bien sûr l'acte de tuer à des fins de divertissement.

Une autre chasse s'impose* ! Le moment est arrivé en France d'adopter des mesures exigeantes afin de modifier fondamentalement le rapport de l'homme à l'animal et à la nature en général et de permettre au plus grand nombre de profiter en toute sécurité des espaces naturels.

Les écologistes proposent l'abandon du permis de tuer au profit d'un encadrement strict du permis de chasse qui repose entre autre sur la validation annuelle du permis de chasse conditionnée à un certificat médical d'aptitude, le dimanche sans chasse et l'interdiction des pratiques cruelles.

Claire Mallard et Christophe Boudet, co-secrétaires régionaux EELV Bourgogne.

*Télécharger le 4 pages EELV : pour une réforme radicale de la chasse
https://animal.eelv.fr/wp-content/blogs.dir/662/files/2018/10/POUR-UNE-REFORME-RADICALE-DE-LA-CHASSE.pdf

* Sondage IPSOS, les français rejettent la chasse
https://www.ipsos.com/fr-fr/les-francais-rejettent-massivement-la-chasse
 
- par EELV - 28 oct 2018

Le Breuil - Rencontre avec les agriculteurs sur les conséquences de la sécheresse

A l’invitation de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs de Saône-et-Loire, Marie Mercier s’est rendue le jeudi 25 octobre après-midi à une rencontre organisée sur l’exploitation de Pascal et Eric Guillemin au Breuil, en présence notamment de Joël Limouzin, membre du bureau de la FNSEA et président du Comité national de gestion des risques agricoles, et de ma collègue Josiane Corneloup, Député.


La rencontre avait pour objectif de débattre de la situation des agriculteurs touchés de plein fouet par la sécheresse et des mesures d’accompagnement à mettre en place.

La sécheresse impacte gravement le monde agricole depuis plus de trois mois. Elle est d’une rare ampleur. Les éleveurs, obligés d’utiliser leurs stocks de fourrage pour alimenter leurs animaux du fait d’un déficit de pousse d’herbe, subissent d’importantes pertes économiques. Les cultures de maïs et de soja, et plus récemment de colza sont dégradées avec des répercussions économiques qui viendront entacher l’année 2019.

De plus, un vrai manque de fourrages sur le marché laisse craindre une rupture d’alimentation des animaux avec des conséquences sur la reproduction ou la production laitière.



Les élus locaux sont mobilisés depuis l’été sur la question de la sécheresse. Les sénateurs de Saône-et-Loire sont intervenus à plusieurs reprises auprès du préfet du département – encore dernièrement par une lettre cosignée le 3 octobre – et du ministre de l’Agriculture. Le Conseil Régional a débloqué une aide d’urgence en lien avec les huit départements concernés. Le préfet de Saône-et-Loire, et ses services présents à la rencontre, ont engagé une démarche de reconnaissance en calamités agricoles, essentielle pour les agriculteurs.



Marie Mercier et ses collègues sénateurs ont pleinement conscience des différents niveaux d’intervention qui doivent répondre aux inquiétudes légitimes des agriculteurs, déjà très lourdement touchés par les nombreuses difficultés auxquelles ils doivent faire face. L’urgence est de les accompagner dans cet épisode de sécheresse, par des aides spécifiques et des mesures de dégrèvement propres aux aléas climatiques. Parallèlement, des réflexions à moyen et long termes doivent être conduites pour gérer, dans l’avenir et au regard du changement climatique, d’une part l’approvisionnement en fourrage et en paille et d’autre part les réserves en eau. De plus, au niveau européen, il faudrait veiller à faire que le malheur des uns ne serve pas les intérêts des autres ; la spéculation sur le fourrage en temps de crise interroge.

Cet épisode de sécheresse et l’aide que nous devons apporter à nos agriculteurs est une chose, il en est une autre de leur permettre de vivre enfin de leur métier, de leur passion de la terre, et d’engager les investissements nécessaires notamment pour répondre au changement climatique, par la mise en place de prix rémunérateurs pour leurs produits.

--
Marie Mercier
Sénateur de Saône-et-Loire
Membre de la Commission des Lois
Vice-Présidente de la Délégation à la Prospective
Conseillère municipale de Châtenoy-le-Royal

- par Marie Mercier Sénateur de Saône-et-Loire - 26 oct 2018

Groupe Convergence : « Liberté d'expression sous pression au Grand Chalon »

Communiqué de presse
Groupe Convergence
23 octobre 2018

« Liberté d’expression sous pression au Grand Chalon »

Jeudi dernier s’est déroulé un conseil communautaire au cours duquel 49 rapports ont été examinés.
L’ensemble des élus de notre groupe Convergence a pris acte ou a adopté 41 de ces 49 rapports.
Nous nous sommes abstenus sur seulement 7 rapports parmi lesquels le projet « Action Cœur de Ville ».
Et un seul rapport a fait l’objet du vote contre de plusieurs d’entre nous.

Ainsi, nous ne sommes pas dans une opposition systématique à la politique menée par le président de l’agglomération et sa majorité.
Nous savons adopter les mesures qui nous semblent correctes pour notre territoire et nos concitoyens.
Mais, lorsque les mesures proposées ne nous semblent pas pertinentes, lorsque nous avons des doutes ou lorsqu’il nous manque des éléments d’appréciation, nous sommes en droit de ne pas donner de blancs-seings. Nous pouvons nous abstenir ou voter contre.

Aussi, nous regrettons vivement les réactions virulentes du président d’agglomération Sébastien Martin, mécontent de nos votes lorsqu’ils n’allaient pas dans le sens voulu par lui.
Nous regrettons particulièrement sa remarque lorsque nous nous sommes abstenus sur le projet « Action cœur de Ville », menace à peine voilée : « on verra le jour où vous aurez des projets cœur de ville sur vos communes »…sous-entendant par là l’absence de soutien (financier) de l’agglomération.
Il nous semble de fait nécessaire de rappeler que l’engagement financier de l’agglomération sur le projet chalonnais « Action Cœur de Ville » s’élève à 15 millions d’euros, ce qui est une somme conséquente.
Que l’ensemble des élus communautaires est donc en droit d’avoir un avis sur ce projet.
Nous rappelons surtout qu’en démocratie, les élus ont le droit d’avoir des avis différents et de les faire connaître. Sans pression.
Notre liberté d’expression et nos votes ne s’achètent pas.
 
- par Groupe Convergence - 25 oct 2018

Cantines de Chalon : communiqué du groupe Chalon Autrement

En 2015, Gilles Platret a décidé de mettre fin aux menus de substitution dans les cantines scolaires chalonnaises de façon médiatique, politicienne et démagogique en utilisant un argument ultime et fallacieux, celui du fichage des familles.
La Cour Administrative d’Appel vient de supprimer cette décision inique. Nous nous en réjouissons pour les familles chalonnaises et espérons que ces menus seront réintroduits le plus rapidement possible dans les cantines scolaires.

Nous souhaitons également que le Maire de Chalon et son équipe œuvrent pour l’intérêt des enfants et s’attèlent à l’élaboration du Projet Educatif Local, qui n’existe plus actuellement sur notre commune, plutôt que de dépenser l’argent public dans un recours au Conseil d’Etat et au Conseil Constitutionnel pour mener leur combat d’arrière-garde.
 
- par Les élus du groupe Chalon Autrement - 25 oct 2018

La sécurité du quotidien dans nos villes et nos campagnes : le défi impossible ?

Communiqué

La sécurité du quotidien dans nos villes et nos campagnes : le défi impossible ?

"Dans notre département, en Saône-et-Loire, les récents événements qui ont vu la dégradation par le feu du centre social le Trait d'Union à Montceau-les-Mines, attestent bien du décalage profond qui existe encore entre les élus et l'Etat (en l'occurrence la justice). Et les propos de Marie-Claude Jarrot, contestant la décision du parquet de Chalon dans le cadre de l'affaire Jamal, sont venus confirmer l'incompréhension qui peut parfois exister entre un maire et un magistrat.

Cet exemple, somme toute assez banal, tant ce genre de différend est devenu courant, illustre parfaitement la situation dans laquelle se trouve notre pays face à l'absence d'une politique nationale claire en matière de sécurité publique.

Malheureusement, les conclusions des États généraux de la sécurité locale qui se sont tenus le 18 octobre dernier, confirment, si besoin en était, l'incroyable cacophonie qui règne toujours entre les différents acteurs de la sécurité dans notre pays. Force est en effet de constater, qu'entre rapports aux conclusions contradictoires, pourtant souvent élaborés par des parlementaires de la même majorité - LREM en l’occurrence -, et loupés méthodologiques - on consulte les acteurs de terrain après que le rapport a été publié -, tout est fait pour qu'aucune mesure concrète ne soit mise en œuvre et que chacun des protagonistes, élus locaux et État, continuent de tirer la couverture à soi pour savoir qui sera "le chef". Ce résultat, après des décennies de discussions, de tergiversations, de compromis bancals et de centaines de millions d'euros dépensés en pure perte, est tout simplement pitoyable.

Il atteste surtout de ce que ceux qui ont gouverné localement ou au plus haut niveau de l’État pendant toute cette période, n'ont jamais été en mesure de poser clairement les termes du problème. Ce préalable indispensable, qui repose sur la simple question de savoir quel modèle sécuritaire nous voulons pour notre pays, et pour répondre à quels enjeux, n'a ainsi jamais été défini. Une nouvelle chance s'est pourtant offerte, lorsqu'a été posée la question du "continuum" de sécurité. Et le rapport Fauvergue-Thourot propose, à cet égard, quelques pistes intéressantes.

Mais il faut aller beaucoup plus loin, et ne pas réduire cette problématique à des questions secondaires du genre, faut-il armer les policiers municipaux, les maires doivent-ils avoir accès au fichier relatif à la radicalisation ou encore, qui pourra ou ne pourra pas avoir accès aux fichiers de police. Ces questions, auxquelles certes il convient d'apporter des réponses, ne sont aucunement stratégiques dès lors qu'il s'agit de savoir comment nous devons nous organiser en France pour lutter contre le terrorisme, le grand banditisme, la délinquance de masse et le développement des réseaux mafieux dans nos quartiers. Et cela est plus urgent que jamais".

Par Olivier DAMIEN
Secrétaire départemental DLF 71
Commissaire divisionnaire Honoraire de la Police Nationale
Ancien secrétaire général du syndicat des commissaires de police

 
- par Olivier DAMIEN Secrétaire départemental DLF 71 - 24 oct 2018

Victoire judiciaire pour Benjamin LEMATTE et le Parti de la France !

Communiqué

Après deux années d'attente, de convocations dans divers commissariats de Police, d'une honteuse composition pénale catégoriquement refusée, et de plusieurs renvois prononcés par le Tribunal de Grande Instance de Dijon... J'ai le plaisir de vous annoncer que je suis totalement libre et acquitté.

En effet, suite à une banderole déposée sur un pont au dessus de la rocade de Dijon et comportant le slogan "Terroristes à mort, immigrés dehors !" en juillet 2016, faisant suite aux attentats islamistes de Nice, en compagnie de plusieurs militants Bourguignons, le procureur de la république n'a visiblement rien trouvé de plus intelligent pour combler sa "haine" des nationalistes que de lancer une procédure visant à nous condamner pour " Provocation à la discrimination en raison de l'origine de l'ethnie, la nation, la race ou la religion " .
Rien que ça...

Si certains militants ont malheureusement acceptés la composition pénale en versant 500 € pour éviter les poursuites judiciaires souhaitées par le procureur, je ne pouvais, moi même, me résoudre et me soumettre à cet accord et à cette décision totalement arbitraire.
J'ai donc pris la décision d'aller jusqu'au bout afin d'assumer mes actes, mes idées, nos slogans, et surtout, mon amour inconditionnel de la France et de mon peuple.

Ce n'était pas sans risque, tant la justice est intraitable avec les nationalistes.
Mais, grâce à une défense assurée avec talent et professionnalisme par mon avocate, Maitre Bonnat Chloé, l'espoir était permis.

Finalement, grâce à ses compétences, Maitre Bonnat à réussi à démontrer à la Présidente du Tribunal, que ce dossier était désormais prescrit.

Le T.G.I de Dijon a donc pris acte de cette prescription et m'a acquitté entièrement.

Aucune suite, pas de condamnation, et un casier judiciaire toujours vierge !
Belle victoire tant personnelle, que politique.

Je remercie à nouveau les personnes présentes durant toute cette mascarade (soutien moral et financier), mon avocate Maitre Bonnat, et les camarades nationalistes présents ce lundi au T.G.I de Dijon.

Malgré les persécutions, malgré la répression... Le combat continue !
Notre amour est plus fort. Il en sortira vainqueur.

Rejoignez-nous.

Benjamin LEMATTE

Délégué départemental du Parti de la France.
 
- par Communiqué du Parti de la France ( 71 ) - 24 oct 2018

Cantines : réaction de Vincent Chauvet (MODEM)

 

Réaction sur Twitter envoyé sur nos adressses :


La justice annule pour la deuxième fois la délibération de sur les menus de substitution ! Un camouflet pour le porte-parole national de et une satisfaction pour le dont le conseiller municipal avait été sanctionné pour s'être abstenu.

Maire et Premier Vice-Président / Co-fondateur

- par Vincent Chauvet - via Twitter - 24 oct 2018

Les interventions des élus du groupe Convergence lors du conseil communautaire du 18 octobre.


Marie Mercier à Genève avec L'Union Interparlementaire

L’Union Interparlementaire tient
sa 139ème Assemblée à Genève, du 14 au 18 octobre,
en présence du sénateur Marie Mercier


Le sénateur Marie Mercier est membre du Groupe français de l’Union interparlementaire (UIP), seule organisation mondiale composée de parlements nationaux, dont le siège est à Genève.

La dimension francophone y est forte : le français et l'anglais sont les deux langues officielles de l'UIP depuis sa création en 1889 par le français Frédéric Passy (1822-1912, député de la Seine, prix Nobel de la paix) et l'anglais William Randal Cremer (1828-1908, député élu à la Chambre des communes, prix Nobel de la paix).

Le travail mené en commun au sein de cette organisation a pour objectif de préserver la paix, d’impulser un changement démocratique positif par le dialogue politique et l’action concrète, et ce à travers quatre axes majeurs :

- favoriser les contacts, la coordination et l’échange d’expériences entre les Parlementaires et les Parlements de tous pays ;

- examiner les questions d’intérêt national et se prononcer à leur sujet en vue de susciter une action des Parlements et des Parlementaires ;

- contribuer à la défense et à la promotion des Droits de l’Homme, facteur essentiel de la démocratie parlementaire et du développement ;

- contribuer à une meilleure connaissance du fonctionnement des institutions représentatives ainsi qu’au renforcement et au développement de leurs moyens d’action.

L’UIP est actuellement composé de 178 parlements du monde représentés par près de 1 000 parlementaires, et de 12 membres associés. Sur les 7 milliards d’habitants de la planète, plus de 6,5 vivent dans des pays dont les parlements sont affiliés à l’UIP. Elle œuvre en étroite collaboration avec l’Organisation des Nations Unies et d’autres organisations partenaires dont elle partage les objectifs.



L’UIP tient actuellement sa 139ème Assemblée à Genève. Tous ses organes statutaires y sont réunis : le Conseil directeur, les Commissions permanentes, le Comité des droits de l'homme des parlementaires, le Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient, ainsi que le Forum des femmes parlementaires et le Forum des jeunes parlementaires de l’UIP.

Des débats importants y sont menés à la demande des parlements, dont un débat général autour du « rôle primordial des parlements dans la promotion de la paix et du développement à l’ère de l’innovation et du changement technologique ».

Ce mercredi 17 octobre, Marie Mercier, qui travaille au Sénat sur la question de la protection des mineurs victimes d’infractions sexuelles, participe à un échange sur le thème : « garantir que tous les enfants puissent jouir de leurs droits et grandir à l’abri de la violence ».


--
Marie Mercier
Sénateur de Saône-et-Loire
Membre de la Commission des Lois
Vice-Présidente de la Délégation à la Prospective
Conseillère municipale de Châtenoy-le-Royal

 
 
 
- par Marie Mercier - 17 oct 2018

Fédération LR 71 - Résultats Elections internes 2018

Suite aux Elections internes 2018 au sein du Mouvement « Les Républicains », les résultats pour :

- 1) le Président de la Fédération de Saône & Loire, ainsi que pour les Délégués de la Fédération au Conseil National

- 2) les Délégués de Circonscription avec les Membres élus au Comité pour chacune des 5 Circonscriptions du département de Saône & Loire (5 pages).

 

 

LR 71 - Résultats Elections Internes 2018 - Délégués de Circo. & Membres Du Comité Sur Les 5 Circonscriptio... by vivre-a-chalon on Scribd

- par LR 71 - 16 oct 2018

renouvellement équipe fédérale pour les Jeunes Socialistes

Communiqué de presse
Les Jeunes Socialistes de Saône-et-Loire en ordre de bataille pour les élections européennes

Les Jeunes Socialistes de Saône-et-Loire se sont réunis ce samedi 13 octobre en Assemblée générale au Creusot afin de définir la stratégie pour les prochains mois et de renouveler l’équipe fédérale.


Ainsi, Béranger Perrier remplace Simon Josserand au poste d’Animateur fédéral, Sarah Bêche conserve ses fonctions de Trésorière et Monjia Berguiga assurera désormais la tâche de Secrétaire générale. Notre nouvelle équipe entend poursuivre et approfondir le travail de reconstruction de la gauche engagé depuis plus d’un an et demi. Nous avons pris le temps de digérer la défaite de 2017, de faire notre autocritique mais maintenant nous ouvrons une nouvelle page.

 


Les Jeunes Socialistes de Saône-et-Loire seront pleinement investis dans la campagne européenne pour porter un projet de justice sociale, écologique et démocratique. Nous voulons donner un nouvel élan à l’Europe qui s’est enfermée dans ses certitudes libérales et son fonctionnement technocratique. Les élections de mai prochain ne doivent pas se résumer à un fade remake du second tour des présidentielles. Nous refusons ce duel opposant les libéraux qui ne veulent rien changer à l’Europe et les nationalistes qui proposent un repli identitaire mortifère.


Une alternative pro-européenne, crédible et ambitieuse existe. Nous défendons une Europe de gauche et résolument écologiste qui rompt avec le libéralisme brutal et ses dérives. Le défi environnemental nous oblige à modifier profondément notre modèle économique. Nos modes de production et de consommation actuels ne sont plus compatibles avec la nécessaire protection de la planète.
Le scrutin de 2019 est crucial pour l’avenir de l’Europe, nous appelons tous les jeunes à se saisir sans réserve de cet enjeu fondamental. Nous avons vocation à accueillir tous les jeunes qui ne se reconnaissent pas dans le modèle libéral proposé par Emmanuel Macron et qui rejettent les plans aventureux de Jean-Luc Mélenchon.

- par Jeunes Socialistes - 14 oct 2018

Projet de parc naturel en Bresse : s'engager pour le bien commun, pour un territoire vivant, pour répondre aux grands défis du siècle.


Bien vivre en Bresse, c'est préserver les richesses du territoire, améliorer la protection des milieux naturels, faire profiter tous les habitants des « biens communs » d'une région rurale dotée de nombreux atouts. Plusieurs études, menées notamment par les acteurs du Conseil de développement du Pays de la Bresse bourguignonne, mettent en valeur un fort potentiel qui s'appuie sur des milieux naturels riches, une biodiversité remarquable, des productions agricoles réputées, un tissu industriel et un important patrimoine historique, bâti, culturel.


La Bresse est cependant menacée par des détériorations multiples de ses écosystèmes et par une banalisation péri urbaine qui, sans projet fort, effaceraient immanquablement ces atouts.


Il est donc bien compréhensible que l'idée d'un parc naturel ait surgi à plusieurs reprises depuis trente ans, toujours soutenue par les écologistes et par tous ceux qui ont à cœur la défense des habitants, de leur santé, de leur vie économique, sociale, culturelle. Il faut dès aujourd'hui préparer de façon démocratique un projet qui réponde aux préoccupations de tous, il faut profiter de l'accord des quatre Présidents de communautés de communes de la Bresse bourguignonne pour réaliser ce projet qui serait un atout décisif pour une Bresse authentique, vivante, attractive, adaptée aux défis du siècle.

 

BRESSE EUROPE ECOLOGIE A Louhans le 11 octobre 2018
Cécile Entremont
Alain Cordier

- par Alain CORDIER - 11 oct 2018

Climat : il est encore temps de tourner le dos à l'irresponsabilité politique et de changer le cours de l'histoire

Alors que l'inaction des États, dont la France, nous conduit à une hausse des températures de + 3° avec des bouleversements dramatiques pour nos conditions de vie et l'équilibre des écosystèmes, le rapport du GIEC, publié le 8 octobre, donne un espoir.


Ce rapport, véritable bombe politique, dresse un constat clair : l'emballement climatique n'est en rien une fatalité mais il y a urgence à agir. La prise de conscience a eu lieu, maintenant c'est le temps du sursaut ! D'ailleurs, les marches mondiales pour le climat expriment cette attente forte des citoyens aspirant à une réorientation en profondeur des choix politiques.

Il ne reste que 10 à 20 ans au maximum pour éviter l'emballement climatique à condition d'agir tout de suite et avec détermination contre les lobbies des énergies fossiles et leurs relais politiques. Nous devons alors, comme le recommandent les scientifiques du GIEC , engager une transformation rapide et profonde de nos sociétés en mettant un terme à l'utilisation des énergies fossiles au profit de véritables politiques d'adaptation.

Ce rapport démontre également ce que les écologistes dénoncent depuis longtemps : la catastrophe climatique en cours est à la fois le produit de l’action humaine et le fruit de décisions politiques irresponsables qui ont soutenu la dérégulation du marché au détriment du vivant et de la santé.


L'écologie est la solution, l'inaction des responsables politiques une punition pour des millions d'êtres humains.
Cet attentisme des États pour satisfaire les 10% les plus riches de la population mondiale, à l'origine de quasiment la moitié des pollutions , condamne 50 % des plus pauvres à la faim, à des problème d’accès à l’eau de par sa raréfaction, à des morts dues à la pollution, à la pauvreté, à la dégradation de leurs conditions de vie.

La France et l’Europe ont pourtant les capacités d'agir en faveur d'une transition écologique de nos modes de vie pour être sous la barre des 1,5°C degrés de réchauffement : préservation des zones humides (lacs, rivières, mangroves...), des forêts, des sols agricoles, des milieux naturels, sécurisation des approvisionnements en eau et nourriture, principe du pollueur-payeur pour financer l'évolution des modes de production industriel et agricole… Ces solutions existent, elles demandent uniquement du courage politique.

Claire Mallard et Christophe Boudet, co-secrétaires EELV Bourgogne

 
 
- par EELV Bourgogne - 9 oct 2018

Le sénateur Marie Mercier interpelle la ministre des Solidarités et de la Santé sur deux questions majeures de santé publique

 

Notre système de santé pose aujourd’hui un certain nombre de questions, cruciales pour l’avenir. Il est notamment confronté aux défis du vieillissement de la population et de la progression des maladies chroniques, ainsi qu’à la problématique de l’accès aux soins du fait de la désertification médicale ou des difficultés financières des patients. Ces enjeux nécessitent une extrême vigilance et des réformes de fonctionnement. Ils imposent une réflexion éthique : la préservation de la santé publique doit se placer au cœur des politiques mises en place par le Gouvernement et ses administrations.

Ces jours-ci, deux sujets en particulier m’ont fait interpeler Madame la ministre des Solidarités et de la Santé.

Le premier concerne l’application de la loi sur la sécurité sociale en matière de remboursement de soins au regard des nombreux patients qui ne disposent plus de médecin généraliste référent. La loi conditionne le remboursement d’une consultation auprès d’un spécialiste à une instruction du médecin traitant. Cette réglementation devient donc inapplicable puisque de nombreux patients sont contraints aujourd’hui de prendre rendez-vous auprès d’un spécialiste sans aucun mot d’introduction, faute d’être suivis par un médecin référent. En Saône-et-Loire, ce serait le cas de 20 à 25 % des patients consultant un spécialiste.

Le deuxième sujet est la pénurie de médicaments qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Si le phénomène n’est pas nouveau et touche des traitements courants reconnus efficaces, il augmente néanmoins avec des conséquences dramatiques dès lors qu’il concerne des médicaments et des vaccins primordiaux. Au-delà de la hausse quantitative des pénuries, c’est bien la nature des produits manquants qui est préoccupante. Un constat que souligne le rapport d’information du Sénat du 27 septembre 2018, alarmant sur la perte d’indépendance sanitaire de la France. Ces tensions d’approvisionnements peuvent entraîner des pertes de chance pour les patients, notamment en oncologie. Face à la multiplication des pénuries, la question éthique se pose. La fragilité des chaînes de production de médicaments, pour beaucoup délocalisées hors de l’Union européenne, là où les coûts de production sont réduits et les exigences règlementaires sont moindres, et le décrochage de la France en la matière inquiètent à juste titre. Il revient au Gouvernement de replacer la préservation de la santé publique et l’indépendance sanitaire de notre pays au cœur des politiques publiques, en recréant les conditions d’une production pharmaceutique de proximité.


Sur ces deux sujets, la réponse de la ministre est attendue.


Source : Eudra GDMP - données du 30 juillet 2018

--
Marie Mercier
Sénateur de Saône-et-Loire
Membre de la Commission des Lois
Vice-Présidente de la Délégation à la Prospective
Conseillère municipale de Châtenoy-le-Royal

 
- par Marie Mercier Sénateur de Saône-et-Loire - 9 oct 2018

De la volonté politique pour une sortie programmée de tous les pesticides de synthèse



La sortie programmée des pesticides est un combat de longue date pour les écologistes. En effet, le monde entier sait que ces produits sont dangereux. Alors que ces armes de destruction massives sont partout dans l'air, l'eau, les sols et l'alimentation, les citoyens exigent l'interdiction de tous les pesticides de synthèse notamment en France qui est le premier utilisateur européen avec près de 100 000 tonnes de pesticides disséminés par an classés dangereux. C'est le sens de l'appel des coquelicots et des rassemblements du 5 octobre à Dijon, Semur-en-Auxois, Chalon-sur-Saône, Mâcon, Cluny, Besançon et partout en France. Au regard de l'absence de mesures protectrices de la loi Agriculture et Alimentation, adoptée le 2 octobre, la mobilisation est urgente : retour des pulvérisations aériennes, pas de protection pour les riverains et un fonds d'indemnisation des victimes conditionné à des études.

Avec l'expansion des maladies chroniques et le déclin de la biodiversité, écologistes, citoyens, plus personne n'est dupe. Les grands discours consacrés aux efforts de réduction ne passent pas. L'échec est évident : en 7 ans, l'utilisation des pesticides a progressé de 10% dont 12% entre 2016 et 2017 alors que les objectifs gouvernementaux depuis 2008 sont de réduire de 50% les pesticides d'ici 2025.

Forts de nos convictions, et déterminés à agir, les élus écologistes de Dijon Métropole se mobilisent pour protéger les habitants et le vivant.
Dès 2009, sous notre impulsion, Dijon Métropole s'est engagé pour un territoire visant le zéro-pesticides y compris les pesticides agricoles. Dans les faits, la transition des pratiques est en cours : charte des communes zéro-phyto pour l'entretien des espaces verts avant l'obligation légale, 30% de produits biologiques dans les cantines dijonnaises, certification à haute valeur environnementale sur le domaine de la Cras et de la Motte Giron avec à terme l'objectif de passer en bio, soutien à l'installation d'un maraîcher en conversion bio dans les serres municipales dijonnaises, biodynamie pour le vignoble du dijonnais... Protection également de la ressource en eau grâce à des diagnostics sur toutes les zones de captages des eaux de la métropole suivi de plans d’actions construits en lien avec les utilisateurs de l’eau (particuliers, agriculteurs, industriels, voies ferrées) visant à assurer la préservation de la qualité des captages. La métropole soutient, avec l’adoption d'un vœu, le maintien des ressources financières des agences de l'eau qui permettent aux collectivités d'investir en faveur de la transition écologique. Enfin, alors que 2/3 des résidus de pesticides sont présents dans notre alimentation, Dijon s'est déclaré "Ville sans perturbateurs endocriniens" pour relever un défi majeur de santé publique et de reconquête de la biodiversité.

Seule une volonté politique forte, qui résiste aux lobbies et concilie les discours et les actes en lien avec les acteurs associatifs et socio-professionnels, est en mesure d'engager la transition écologique de l'agriculture et de l'alimentation en promouvant des alternatives qui existent déjà comme l'agroécologie et l'agriculture biologique.


Les élus EELV de Dijon Métropole
- par Les élus EELV de Dijon Métropole - 5 oct 2018

Lettre de soutien à la liste des Amoureux de la France de Nicolas Dupont-Aignan

Le mercredi 3 octobre 2018

Lettre de soutien à la liste des Amoureux de la France de Nicolas Dupont-Aignan

Conseillers régionaux des quatre coins de la France, élus en 2015 sur des listes du Front National et
du Rassemblement Bleu Marine, nous militons depuis des années pour défendre la liberté de notre
nation. Alors qu’Emmanuel Macron veut engager notre pays dans la dernière étape de la
dépossession des Français et de leur destin, aucune personnalité des deux principaux partis
d’opposition, ni LR ni FN, n’a voulu porter la voix du peuple.


Aussi, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous avons appris la décision de Nicolas DupontAignan de mener une grande liste d’ouverture qui veut rassembler tout le camp national et
républicain pour gagner ces élections européennes.
Nous avons décidé de soutenir cette démarche au-delà de nos différents parcours politiques et
affiliations partisanes dans l’intérêt de la France.

En soutenant Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2017, Nicolas DupontAignan a montré son courage, son indépendance et surtout, sa conscience éminente de l’intérêt
supérieur de notre patrie.
Ce jour-là, il a acquis définitivement l’estime, la reconnaissance et la confiance de tous les Français et
les Françaises soucieux de défendre l’honneur de la France.
Aujourd’hui, chacun ressent bien que les élections européennes de 2019 seront décisives pour notre
avenir. Partir divisés serait le plus grand service que nous pourrions rendre à ceux qui veulent la
disparition de nos nations, et donc, ce serait la plus grande trahison.

Nous ne devons pas laisser faire cela ! Qui mieux que Nicolas Dupont-Aignan peut être le porteparole de ce rassemblement ?
Tout le monde est d’accord : ce rassemblement ne pourra se faire sans dialogue, sans recherche d’un
consensus et sans accord sur un projet partagé par toutes les composantes de notre grande famille
de pensée qu’est les amoureux de la France.
Il ne pourra se faire sans que chacun ait sa place respective au regard de sa force électorale. Cette
élémentaire justice est le préalable de notre engagement à le soutenir comme tête de liste de notre
camp rassemblé.

Il s’y est engagé. Nous pouvons lui faire confiance, son courage le démontre. Mais plus encore, nous
devons lui faire confiance, la raison nous l’impose.
En effet, pour la première fois de son histoire, le Parlement Européen peut avoir une majorité de
députés partageant nos valeurs et notre vision de l’Europe. Pour la première fois de son histoire, la
Commission Européenne peut être remise à sa véritable place : au service des peuples d’Europe.
Impossible alors de ne pas s’engager totalement dans cette bataille et impossible de ne pas la
gagner.Voilà pourquoi, sûrs de sa volonté de rassembler au-delà des impasses partisanes, de sa
détermination à défendre la France et de sa crédibilité à proposer une alternative au macronisme,
nous nous engageons aux côtés de Nicolas Dupont-Aignan. Nous appelons les leaders qui aiment la
France, en particulier Marine Le Pen, à entendre la volonté d’union qui vient de la base et la
légitimité des Amoureux de la France à l’incarner. Seule cette candidature de rassemblement peut
nous faire gagner.

Nous avons un rendez-vous avec l’histoire. Il ne faut pas le rater.
19 signataires élus sur des listes FN-RBM aux élections régionales de 2015

Conseillers régionaux des Hauts-de-France :
- Eric Dillies,
- Florence Italiani,
- André Murawski,
- Olivier Normand,
- Alexis Salmon.
Conseillers régionaux du Grand-Est :
- Laurence Burg
- Fabienne Cudel,
- Thierry Gourlot,
- Jordan Grosse-Cruciani,
- Hervé Hoff,
- Corinne Kaufmann,
- Baptiste Pierre,
- Grégory Stich,
- Brigitte Stiegler.
Conseillère régionale d’Occitanie :
- Marie-Dominique Bagur.
Conseillère régionale de Provence-Alpes-Côte-D’Azur :
- Valérie Laupies.
Conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté :
- Lilian Noirot.
Conseiller régional du Centre-Val-de-Loire :
- Alexandre Cuignache.
Conseillère régionale d’Île-de-France :
- Yasmine Benzelmat.

- par Lilian Noirot, Les Patriotes - 5 oct 2018



Rechercher dans cette rubrique  


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux musique



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle