vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

mardi 24 avril 2018

Bonne Fête Fidèle

Photo de Chalon

thema - chalon sur saone

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

Cette rubrique reçoit des contenus liés à la vie économique: chiffres, développement, nouvelles installations, nouveaux commerces, etc. 

Si vous êtes un acteur économique, n'hésitez pas à envoyer vos informations !

 
Publicité

 

 

La CPME applaudit l'annonce de la suppression du forfait social dans les PME

Le Président de la République a annoncé la suppression du forfait social sur l'intéressement dans les PME au 1er janvier 2019.

« Cette demande, formulée par la notre Organisation à l'occasion de la Présidentielle, rappelle Jean Vient - président de la CPME 71 - est une excellente nouvelle tant pour les entreprises que pour les salariés français. Le forfait social qui, sauf exceptions, pesait à hauteur de 20% des sommes distribuées venait s'ajouter à la CSG et à la CRDS et conduisait à prélever près de 30% des sommes distribuées ! »

« La suppression du forfait social incitera donc nos chefs d'entreprise de PME à mettre en place des accords d'intéressement, se réjouit-il, formidable outil de motivation, d'implication et de fidélisation des salariés.

Quant aux grincheux qui craignent que cela se fasse au détriment des augmentations de salaires ou des primes individuelles, ils oublient que l'intéressement est une formule collective. »

« Par ailleurs, précise Jean Vient, la fin du forfait social dans les PME signe également ce qui constituait un exemple emblématique de cette instabilité législative qu'ont en horreur les chefs d'entreprise. En effet, souligne-t-il, le forfait social mis en place en 2009 à un taux de 2%, est passé à 4% en 2010 puis à 6% en 2011, avant d'atteindre 8% au 1er janvier puis 20% au 1er juillet de cette même année 2012 ! »
 
Imprimer - - par CPME 71

3ème Edition du concours d'innovation Galilé 360° 1ère rencontre Porteurs / Mentors

 

Ce vendredi 30 Mars 2018, de 8h30 à 13h30, s’est déroulée la première rencontre entre porteurs de projets et Mentors.

Lors de cette audition, 4 jeunes entrepreneurs se sont livrés à l’épreuve du pitch face aux mentors. Ces derniers ont écouté, analysé et prodigué quelques premiers conseils aux porteurs :

Jean Abrial (Rhône-Alpes), diplômé ingénieur ISEN Toulon, avec son projet Skyzen, une application qui permet le suivi de l’entretien d’aéronefs et apportera un service supplémentaire dans le domaine du vol de plaisance.

Philippe JEHANNO (Loire-Atlantique) avec son projet CODEMA à vocation écologique. L’idée est de compresser le volume des déchets tant pour le particulier que pour l’entreprise afin de palier à l’envolée du coût du ramassage des déchets.

Myriam Marcetteau (PARIS) docteur en musicologie a présenté Akoustic-Arts, enceinte de son directionnel. Le principe simple mais révolutionnaire, le son n’est audible que dans un faisceau directionnel précis.

La séance de pitch s’est clôturée par la présentation du projet le POD, espace immersif. Un cube d’un volume de 9m3, permettant la projection de contenu à 280° ou 360° et l’immersion de ses utilisateurs. Octave Arveiller (Gironde) diplômé de HEC Montréal BAA en Entrepreneuriat, a présenté les avantages de ce procédé qui permet une expérience multi-utilisateur d’immersion virtuelle.

Après les présentations un buffet déjeunatoire a clôturé la journée permettant aux porteurs et mentors de continuer leurs échanges.

La prochaine rencontre aura lieu fin avril, puis un 3ème fin mai, pour une remise des trophées en automne, par Eric Michoux, Président du groupe Galilé et fondateur de Galilé 360°, sous le haut parrainage de Monsieur Olivier Dassault président d’honneur du concours.


Porteurs de projets : inscriptions en ligne sur www.galile360.fr jusqu’au 21 Mai.
Informations : pilotage360@galile.fr

 
Imprimer - - par Galile 360

BFC : Les petites et moyennes entreprises réalisent 17 % des exportations

Les très petites entreprises de Bourgogne-Franche-Comté : un maillon clé de l’économie
Guillaume Volmers, Benoît Leseur, Insee

Plus de la moitié des entreprises régionales de Bourgogne-Franche-Comté sont de très petites entreprises qui comptent moins de 10 salariés. Les TPE s’adressent à un marché de proximité. Dans la région comme en France de province, elles exercent principalement leur activité dans le secteur de la construction et dans celui du commerce de détail. Ces entreprises contribuent de manière significative à l’économie locale ; elles réalisent 29 % de la valeur ajoutée des entreprises régionales.

Une TPE sur deux emploie des salariés, notamment dans l’industrie agroalimentaire et l’hébergement-restauration. Leurs 79 500 salariés représentent plus du quart des salariés des entreprises régionales. Installées sur l’ensemble du territoire, elles maintiennent l’emploi dans des zones moins urbanisées.

Les TPE employeuses sont en moyenne plus rentables que les petites PME et celles qui réalisent plus de 750 000 € de chiffre d’affaires ont de bonnes capacités à honorer leurs engagements financiers.

Source : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3359428
 
Imprimer - - par INSEE BFC

Pour une orientation choisie et une meilleure représentation des métiers


Ce jeudi 29 mars en Bourgogne-Franche-Comté, des professionnels de tous les secteurs de l’économie ouvrent les portes de leur entreprise pour échanger avec collégiens et lycéens sur leur métier et leur parcours. Pour des milliers de jeunes, ces rencontres de terrain marquent une première étape vers un projet d’orientation réaliste et choisi, conjuguant épanouissement et emploi.

 


Claudine Schellino, fondatrice de la JNDJ : « En tissant des liens entre les mondes éducation et entreprise, nous pouvons déclencher une dynamique vertueuse pour accompagner sereinement nos jeunes vers l’emploi. Les rencontres de terrain entre professionnels et jeunes sont essentielles pour renforcer l'attractivité des métiers souvent méconnus, et briser les clichés et les mythes autour de certaines professions et secteurs d’activité.

Depuis 7 ans, la JNDJ invite toutes les entreprises à se mobiliser pour s’ouvrir à la jeunesse, et offre à ces rencontres un cadre d’organisation et une visibilité régionale et nationale.
Grâce à tous ces échanges avec les professionnels, des milliers de jeunes découvrent chaque année la formidable diversité des métiers et des savoir-faire de nos régions. »

ENGIE COFELY à Chalon sur Saône (71)
Dans les coulisses d’une chaufferie biomasse

Visites de la centrale biomasse aux côtés de techniciens spécialisés. Conférence pour initier les jeunes aux enjeux de la transition énergétique. Rencontres et échanges avec les collaborateurs (ingénieur bureau d’étude, assistante commerciale, technicien d’exploitation).

Pour une orientation choisie et une meilleure représentation des métiers
Aujourd’hui en France, plus d’1 jeune sur 5 (20,7 %) est en situation de chômage, une proportion plus de deux fois supérieure à la moyenne nationale.

Pour briser cette logique, la JNDJ fédère les initiatives des entreprises à travers toute la France et dans toutes les régions pour permettre aux jeunes de découvrir la richesse des métiers et des parcours qui existent sur leur territoire.

Ces découvertes de terrain, au contact des professionnels, est incontournable pour construire un projet d’orientation choisi et réaliste, qui s’appuie sur une vision éclairée des métiers, sans cliché ni préjugé.

Alors que le gouvernement entreprend actuellement les réformes de l’apprentissage, de l’orientation et de la voie professionnelle, la 7ème JNDJ intervient comme une réponse concrète et immédiate à ces enjeux.

http://jndj.org/
 
Imprimer - - par JNDJ

Saint Cosme : Ouverture demain soir de la pizzeria «La Cosmédie» avec un cadre spécifique

 

A deux pas de l'Espace des Arts et du conservatoire de musique, au cœur du quartier Saint Cosme, la nouvelle Pizzeria « La Cosmédie » se distingue.


UN LONG PARCOURS DANS LA RESTAURATION
Tout d'abord, côté cuisine, les pizzas à consommer ou à emporter sont confectionnées par Joseph Truglia. Le nouveau maître des lieux, possède un long parcours dans la restauration, avec des établissements qui ont acquis une réputation certaine. « Le prieuré » tout d'abord à Saint Sernin du Bois, puis « La Cocotte » au Creusot et « Djopizz » à Saint Léger sur Dheune. Cet épicurien de la pizza a été initié par Joséphine Iacono du Creusot qui n'est autre que la maman d'un restaurateur Beaunois, Alberto Iacono qui dirige « l' »Amarone », lui aussi spécialisé dans la cuisine Italienne. « Ce seront de vraies pizzas qui seront confectionnés » lance Joseph Truglia...


UN CADRE TRES ORIGINAL AVEC DES TABLEAUX D'UN PEINTRE RUSSE
Ensuite, le cadre spacieux, d'une capacité d'une trentaine de places est très original. Les murs sont ornés de reproduction de tableaux représentant un univers féerique avec des couleurs un peu folles . Ce sont des petits et grands tableaux, reproduits d'après les œuvres du peintre Russe , Eugène Ivanov . Joseph Truglia fait partager ses passions artistiques tout comme il devrait faire partager ses passions musicales en suscitant une certaine atmosphère.

 

 

CREATION DE DEUX EMPLOIS
Ce nouvel établissement remplace le restaurant « Le Cherche midi » transféré dans un autre secteur. Deux emplois ont été crées afin de répondre à la future clientèle qui pourra découvrir ce nouvel établissement dès vendredi soir, au 13, Grande Rue Saint Cosme.


A retenir aussi les tarifs, ils varient entre 10 et 25 euros.
L'établissement ouvrira ses portes, vendredi à 19 H. Il est fermé les samedi midi, dimanche et lundi soir.


Contact : 03 85 49 66 21.

Imprimer - - par Daniel DERIOT

Formation professionnelle : des avancées mais beaucoup de flou pour le Medef 71

Communiqué

Le MEDEF a pris connaissance avec intérêt des annonces de la ministre du Travail sur la réforme à venir de la formation professionnelle.

Pour Laurent Letourneaux, président du MEDEF71 : « Nous devons impérativement cultiver l’employabilité des salariés et l’agilité de nos entreprises car 50 % des métiers vont disparaître ou se reconfigurer d’ici 2030. La réforme proposée par le gouvernement répond en partie à ce double défi. Mais il est regrettable qu’il confonde ambition et bouleversement, Big Bang et nationalisation. L’urgence reste d’améliorer le fonctionnement du système aux bénéfices des entreprises et des salariés plutôt que de tout bouleverser. »

L’essentiel des points négociés dans le cadre de l’accord conclu il y a 10 jours entre les partenaires sociaux sont présents : simplification de l’accès aux formations, création d’un CPF de transition, renforcement du conseil en évolution professionnelle, simplification du plan de formation, innovation pédagogique… Les améliorations proprosées sont pertinentes.

Pour autant, le MEDEF s’inquiète de bouleversements annoncés sans concertation qui changent la perception de la formation professionnelle pour les entreprises et les salariés.

1. La formation professionnelle concerne principalement les entreprises et les salariés car il s’agit d’un élément de compétitivité pour les unes, et d’employabilité à long terme pour les autres. Or les annonces de ce jour démontrent une volonté de « nationalisation » du système en donnant à des acteurs publics un rôle central (Urssaf, Caisse des dépôts et consignation, nouvelle agence d’Etat France Compétence). C’est un contresens. A cet égard, le MEDEF s’inquiète que la collecte des fonds de la formation soit confiée à l’Urssaf : alors que depuis des années le MEDEF se mobilise pour convaincre que la formation professionnelle doit être un investissement, le message envoyé est que cela reste une « taxe » pour les entreprises.

2. Le dialogue entre le salarié et l’entreprise, dans une démarche de « co-construction » doit être au cœur de la réforme. Pour cela, encore faut-il que le système le favorise. Le choix revendiqué par le gouvernement d’une individualisation totale des droits des salariés et de leur évaluation en Euros, va rendre plus difficile cette co-construction pourtant indispensable. C’est une erreur majeure.

3. La simplification du système de la formation professionnelle est recherchée par tous les acteurs. Le MEDEF est dans cette dynamique depuis des années puisqu’il avait été à l’origine de la réforme de 2014 qui a permis de faire évoluer radicalement le système. L’introduction d’un nouvel acteur public au périmètre mal défini, qui aura un rôle de « régulation de la qualité et des prix des formations » (agence France compétences), en parallèle « d’opérateurs de compétences » qui seront chargés du financement (des CFA et des plans de formation des PME et TPE) et de l’anticipation des évolutions des métiers, le tout grâce à des fonds collectés par l’Urssaf, laisse un peu sceptique sur la simplification qui en résultera. A cet égard, le MEDEF relève que la nouvelle agence d’Etat ne semble orientée que vers la régulation et le contrôle alors qu’elle devrait s’inscrire dans une dynamique d’entrainement, de prospective et de montée en qualité de l’ensemble du système. Autant d’éléments pourtant très attendus par les acteurs.

4. Enfin, le MEDEF attendait que l’Etat précise les réformes qu’il comptait mener dans la formation des demandeurs d’emplois. Depuis plusieurs années, la France est avant dernière dans l’évaluation OCDE de l’efficience du système de formation des demandeurs d’emplois. C’est là qu’un Big Bang est indispensable : accélération de l’entrée en formation, évaluation de la qualité des formations, adéquation des formations aux demandes des entreprises, suivi des demandeurs d’emploi… L’ampleur de la tâche est immense. L’Etat a tous les moyens de la mener à bien. Il est donc très inquiétant que ce sujet ne soit abordé que sous l’angle d’une nouvelle taxe prise sur les entreprises pour financer un plan de formation encore mal défini. Le précédent gouvernement, avec son plan 500 000 formations, avait déjà commis cette erreur. Il faut éviter que cela se reproduise.
 
Imprimer - - par Medef71

Création d'un nouveau rendez-vous économique à Montceau-les-Mines !

Afin de mettre en lumière l’attractivité de son territoire et contribuer à son dynamisme économique, la ville de Montceau-les-Mines lance un nouvel événement, MontceauEco, dont la première édition aura lieu les 25, 26 et 27 mai 2018 à l’Embarcadère.



Destiné à valoriser les atouts commerciaux, techniques, technologiques et industriels locaux, à apporter une meilleure connaissance du marché de l’entreprise locale et à favoriser les rencontres, source de nouvelles collaborations, ce grand rendez-vous se déclinera autour de plusieurs temps forts :

Un salon économique grand public
Du vendredi 25 au dimanche 27 mai
Trois jours d’exposition durant lesquels les acteurs économiques du bassin minier, entrepreneurs, industriels, producteurs, artisans, commerçants… seront réunis pour présenter leurs produits, services, savoir-faire et innovations. Un événement grand public, riche d’informations, d’animations et de découvertes.

Une soirée dédiée à l’innovation et aux savoir-faire
Vendredi 25 mai
Une cérémonie de remise de trophées viendra récompenser six lauréats, entreprises, collectivités ou associations, pour leurs innovations et leur savoir-faire. Ponctuée d’une table ronde sur les enjeux du développement économique, cette soirée se terminera par un temps d’échange et de convivialité autour d’un cocktail festif.

Une soirée dédiée à l'artisanat
Samedi 26 mai
Secteur clé de l’économie et acteur incontournable de la vie locale, l’artisanat sera mis à l’honneur le temps d’une soirée entièrement dédiée à ses métiers et à son apprentissage. Portraits, témoignages et démonstrations viendront mettre en lumière quelques artisans et jeunes entrepreneurs ou apprentis du bassin montcellien.
www.montceaueco.fr

Informations pratiques
Lieu : L’Embarcadère – Place des Droits de l’Homme – 71300 Montceau-les-Mines
Entrée gratuite

Organisation / Contact
JBC Organisation – Pauline DESCHAMPS – 03 85 21 38 65 – contact@jbc-organisation.com

 
Imprimer - - par JBC

Le numérique c'est aussi des supports de communication abordables pour tous

Vous le savez, sur vivre-a-chalon et notamment ces dernières années dans notre revue de web nous abordons très souvent ce qui a trait à la révolution numérique, à la dématérialisation des échanges et aux indéniables facilités qui en sont les conséquences.

 

 

Nous même, journal dématérialisé sur internet avons aussi profité de cette réappropriation par tout un chacun de savoir-faire souvent appanage de seuls professionnels... par exemple de la chaîne d'imprimerie.


 

Qui a déjà eu à communiquer pour un événement ou pour proposer à ses clients des supports d’information de qualité en grand nombre le sait bien : les nouveaux supports numériques immatériaux incontournables que sont devenus internet et les réseaux sociaux n’y suffisent pas. On ne peut que difficilement faire l’économie de supports papiers : et désormais c’est aussi avec internet qu’il faut compter maintenant. Commander ses impressions en ligne présente en effet de nombreux avantages : grande variétés de supports, d’idées, prix indéniablement intéressants, rapidité et possibilité de pouvoir vous-même aussi simuler vos projets, aussi bien concrètement qu’économiquement.

 

 

Vous pouvez en ligne préparer tous vos supports pour vos tarifs, brochures et catalogues publicitaire, carte de visite, faire part, flyer, affiches en de nombreux formats dont vous maîtriserez la nomenclature par exemple ou d’autres supports de promotion comme des bâches, du plastique, des supports magnétiques, du tissus ou… des T-shirts !
.
On peut aussi maintenant grâce à la baisse des tarifs impressionnante faire imprimer des banderoles, des kakemonos, des stands entiers et l’ensemble de la panoplie des objets et produits dérivés qui peuvent accompagner l’organisation d’un événement : tours de cous, serviettes, sets de table, sacs, etc. Et les supports pour présenter votre communication sont tout aussi variés : papiers de différents grammages , recyclables ou pas, panneaux à ventouses, ruban adhésif, bracelets, toute la PLV possible et imaginable est maintenant très simplement à portée d’un simple clic !

vivre-a-chalon avec son I-mag, pendant papier de votre site internet favori, l’a déjà largement expérimenté il y a plusieurs années.


Par exemple, www.limprimeriegenerale.com dont les locaux se trouvent en Rhône Alpes est un site qui vous propose des services d’impression en ligne pour vos différents supports à usage personnel ou publicitaire. Ils proposent, en plus d’un catalogue impresssionant de possibilités, un véritable site de création des maquettes personnalisées en ligne. Et c’est très simple. La plateforme d’imprimerie met à la disposition des novices en matière de création graphique un logiciel en ligne qui leur permet de créer des maquettes de toutes sortes à partir de odèles comme de vrais professionnels. Et en plus d’avoir une idée du fini et du rendu de vos créations très simplement c’est rapide et à des tarifs fort attrayant…


 

On le sait : le choix des supports de communication est primordial. Ainsi profiter de ces différents moyens de faire la promotion de ses activités est devenu posssible aujourd’hui grâce aux énormes économies d’échelle rendues possibles par l’augmentation des volumes qui sont traités sur des unités décentralisés. En plus cela donne des idées et il paraît même que de nombreux imprimeurs traditionnels eux-mêmes y ont recours…

Article sponsorisé

Imprimer - - par P.O

Accord national interprofessionnel pour l'accompagnement des évolutions professionnelles, l'investissement dans les compétences et le développement de l'alternance.

 

 

Les partenaires sociaux ont finalisé, le 22 février 2018 en début d’après-midi, un projet d’accord national interprofessionnel "pour l’accompagnement des évolutions professionnelles, l’investissement dans les compétences et le développement de l’alternance" .


Projet Ani Formation 2018-457665 by vivre-a-chalon

 
Imprimer - - par Medef 71

Renouvellement du dispositif Transentreprise entre BP, CCI et CMA

La Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté, 1ère banque des entreprises,
a renouvelé son partenariat avec la CCI Bourgogne Franche-Comté
et la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat de Bourgogne Franche-Comté,
mardi 13 février, au site central de Quetigny,
dans le cadre du dispositif TRANSENTREPRISE.

Le dispositif Transentreprise, géré par la CCI Bourgogne Franche-Comté et la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat de BFC a pour objectif de faciliter la transmission/reprise des entreprises du commerce, de l’hôtellerie, de l’artisanat, des services et de l’industrie. Depuis son déploiement sur le territoire bourguignon, il a permis la publication de 7 239 annonces de cessions, l’identification de 4 769 repreneurs et a facilité la cession de 2 729 entreprises.
La Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté, partenaire bancaire de ce dispositif depuis 2011, intègre une démarche collective pour favoriser la reprise d’entreprises et un réseau de proximité réunissant les conseillers en transmission/reprise des CCI et CMA et les professionnels notaires, agents immobiliers et experts-comptables…

L’ancrage régional de la BPBFC renforce sa connaissance réelle de la vie économique locale. Aux côtés des acteurs locaux de l’économie et engagée dans la réussite du territoire sur lequel elle est implantée, elle renouvelle son partenariat avec ce dispositif.


À propos de TRANSENTREPRISE
● Un réseau consulaire de proximité qui rassemble :
- 190 conseillers techniques dans les Chambres de Commerce et d’Industrie et Chambres de Métiers et de l’Artisanat,
- 3 200 professionnels notaires, agents immobiliers et experts-comptables,

● Un réseau participatif dans lequel les niveaux locaux et régionaux partagent expériences et savoir-faire.

● Un réseau évolutif qui développe régulièrement de nouveaux outils de conseils à l’attention des cédants et des repreneurs mais également des outils à destination des conseillers pour les aider dans leur métier d’accompagnant.

● Un site portail www.transentreprise.com, diffusant près de 8 000 offres et enregistrant 50 000 connexions par mois.

 

 


À propos de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté
Avec 1 850 collaborateurs, c’est un des premiers employeurs de la région. Élue 1ère banque des PME en 2017 et partenaire majeur de la vie économique locale, son organisation à taille humaine et largement décentralisée facilite une grande réactivité de décisions pour accompagner les projets de ses clients, toutes clientèles confondues : particuliers, professionnels ou entreprises.

 
Imprimer - - par Banque Populaire BFC





Rechercher dans cette rubrique  


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE



PROPOSEZ VOS INFOS

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle