vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

jeudi 15 novembre 2018

Bonne Fête Albert

Photo de Chalon

thema - chalon sur saone

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

Cette rubrique reçoit des contenus liés à la vie économique: chiffres, développement, nouvelles installations, nouveaux commerces, etc. 

Si vous êtes un acteur économique, n'hésitez pas à envoyer vos informations !

 
Publicité

 

 

INSEE BFC : Au 2e trimestre 2018, repli de l'emploi salarié dans le privé et le public


Insee Flash Bourgogne-Franche-Comté N° 68

Sommaire
Diminution de l’ensemble de l’emploi salarié régional
Recul dans les services non marchands, l’intérim, l’industrie, le commerce et la construction
Stabilité dans les services marchands hors interim
L’emploi se stabilise dans le Doubs et en Haute-Saône et baisse dans les autres départements

Pour en savoir plus :
https://www.insee.fr/fr/statistiques/3619814
 
Imprimer - - par Insee Flash Bourgogne-Franche-Comté N° 68

Semaine de la finance solidaire 2018 : 10 ans après la crise financière


Un grand mouvement citoyen pour construire la première banque éthique en France est en émergence. Une semaine après son lancement, le mouvement "Alors c'est quand la banque éthique ?" a déjà atteint plus de 12% de son objectif.

Semaine de la finance solidaire - 5 au 12 Novembre 2018
Pour l'environnement, on peut manger bio ou local, préférer les transports doux, trier ses déchets... et aussi : s'assurer que son argent sert une économie qui fait sens.

Lancée le 23 septembre dernier par la Nef, acteur de la finance solidaire depuis 30 ans, la
campagne de mobilisation “Alors c’est quand la banque éthique ?” a déjà atteint plus de 10 % de son
objectif en 3 jours .


LA SEMAINE DE LA FINANCE SOLIDAIRE 2018 (5 AU 12 NOV), UNE ÉDITION EMPREINTE D’URGENCE.


L’heure du bilan 10 ans après la crise financière
10 ans après la chute de Lehman Brother, force est de constater que le système bancaire international n’a pas n’a
pas tiré toutes les leçons de cette catastrophe. Rien n’a été mis en place, ou presque, pour prévenir ce type de crise,
pour limiter la spéculation et la vision court-termiste de la finance internationale.
Une finance au service de la planète : une urgence !
En parallèle, 2018 est l’année de la prise de conscience des enjeux dévastateurs de la crise écologique :
réchauffement climatique, catastrophes, disparition de la biodiversité.... la compréhension citoyenne des enjeux
sociétaux ne cesse de croître. Nombreux sont ceux qui font aujourd’hui évoluer leurs modes de vie, afin de soutenir
un modèle de société plus durable.
Mais si l’argent qu’ils confient à leur banque contribue à causer des dommages
écologiques et sociaux irrémédiables, ces engagements quotidiens perdent de leur sens.


LA CAMPAGNE : ALORS, C’EST QUAND LA BANQUE ÉTHIQUE ... ?
C’est l’histoire d’une question, que beaucoup de citoyens se posent, tandis que d’autres n’y pensent même pas...
La banque éthique est déjà là, accessible à tous
En recherche d’un mode de vie plus durable, nombre de citoyens n’ont pas conscience que leur argent est un levier
de la transition écologique et sociale, que cela peut être “un pas à faire” de leur côté. Ils n’ont pas encore pensé à
rejoindre une “banque éthique”, ils ne savent peut être pas que cela existe ou peut exister.
Les français ont 5000 milliards d’euros sur leurs comptes épargne, c’est 9 fois plus que sur leurs comptes
courants.
C’est avec ces économies que les banques investissent : choisir où va cet argent a donc un impact
colossal.
Choisir une banque éthique, c’est d’abord choisir de changer d’épargne !
Avec la Nef, c’est déjà possible :
elle propose depuis 30 ans des produits d’épargne, et depuis 3 ans un livret
accessible à partir de 10€.


Deux mois pour faire bouger les lignes et construire la banque éthique de demain
Si la Nef rend déjà possible le fait d’épargner de manière éthique,
il reste néanmoins des freins structurels à lever pour
proposer au grand public un compte courant
et répondre au souhait des particuliers de s’assurer que tout leur argent
(épargne + compte courant avec moyens de paiement) sert une économie durable. Aujourd’hui,
pour lever ces freins, la coopérative doit grandir, changer d’échelle.
Aucun progrès ne se réalise sans un mouvement citoyen qui le porte.
C’est pourquoi la Nef lance une grande campagne de mobilisation citoyenne
pour la construction d’une banque éthique
en France via le lancement de la plateforme :
PourLaBanqueEthique.com.


L’objectif : 10 000 nouveaux épargnants solidaires d’ici le 15 décembre 2018.
La condition nécessaire pour peser et
montrer aux autorités bancaires que la Nef n’est pas une initiative isolée, mais qu’elle porte les aspirations de dizaines
de milliers de citoyens à disposer enfin, en France, d’une banque éthique.
“Il n’y a pas de place en France pour des petites banques, nous avions deux choix : soit se résigner et rester à un projet
confidentiel de gestionnaire d’épargne solidaire, soit relever le défi et devenir plus grand. Et c’est notre choix car nous
savons que des milliers de citoyens attendent une banque éthique pouvant offrir tous les services du quotidien.”
Léo Miranda, Directeur de l’innovation à la Nef .


La Nef propose ainsi à ces citoyens de la rejoindre, en ouvrant simplement un
livret d’épargne solidaire Nef.
10 minutes pour faire entendre sa voix
Le livret Nef est disponible via une plateforme de souscription en ligne :
https://www.pourlabanqueethique.com/section/souscription
> Accessible à partir de 10 € placés
> Sans risque : l’épargne est garantie
> Sans frais : pas de frais d’ouverture, de fermeture et de gestion
> Taux d’intérêt : 0.10 %
>
Partage d’intérêts possible : possibilité de faire don de tout ou partie de ses intérêts à l’une des 13 associations
partenaires de la Nef
“Rien n’arrête une idée dont le temps est venu” Victor Hugo.
Un appel à mobilisation des ONG et acteurs de la Transition pour une banque éthique, transparente et citoyenne a été
lancé.
Les acteurs de la transition ont massivement rejoint les 40 000 sociétaires de la Nef pour parler d’une seule voix.

On ne peut plus attendre !
Parmi les premiers signataires : Biocoop, Emmaüs, Enercoop, Energie Partagée, France Nature Environnement, Finansol,
Les Amis de la Terre, le Mouvement des Entrepreneurs Sociaux, Mobicoop, Nature&Progrès, Terre de Liens, Zero Waste
France.

Retrouvez la liste complète sur le site :
PourLaBanqueEthique.com

 
Imprimer - - par NEF

Surtaxes gouvernementales sur le carburant : la CPME réclame un moratoire

L’envolée des prix à la pompe pèse sur l’activité économique. De nombreux professionnels commencent à en sentir durement l’impact.

« Si la transition énergétique doit être encouragée, accorde Jean VIENT – Président CPME 71-, la fiscalité écologique ne saurait être punitive et servir, encore une fois, de prétexte à une augmentation des prélèvements obligatoires. C’est pourtant ce qui est en train de se passer.

Alors que les taxes (TVA et TICPE) totalisent déjà près de 60% du prix à la pompe, rappelle-t-il, l’augmentation des cours du pétrole ne peut être rendue responsable de l’envolée des prix. Il faut donc impérativement cesser la spirale infernale actuelle qui, si elle conduit à remplir les caisses de l’Etat, risque d’appauvrir les Français et de fragiliser nos entreprises ».

« Pour changer les comportements et financer des mesures incitatives, rappelle Jean VIENT, le gouvernement a esquissé en 2018 et 2019 une trajectoire d’augmentation des taxes de 14,6c/l sur le gazole et de 7,9c/l sur l’essence.

Celles-ci s’avèrent aujourd’hui économiquement insoutenables.

Il convient donc de mettre en place un moratoire pour stopper l’application de ces surtaxes ».
 
Imprimer - - par CPME 71

Journée de la robotique à l'IUT de Chalon-sur-Saône, entretien avec Damien Paillot

A l’occasion de la 4ème édition des journées de la robotique à l’IUT de Chalon-sur-Saône, nous avons rencontré Damien Paillot, un des organisateurs de l’évènement.


Estelle et Julie : Bonjour Damien Paillot. Parlez-nous de cet évènement, en quoi consiste-t-il, quel est son but ?

DP : Le principe de cet évènement est d’accueillir des scolaires (primaire, collège, lycée) pour leur présenter la thématique de la robotique au sens large. Cela va donc du drone au véhicule autonome, en passant par la robotique industrielle, de service et de loisir, en incluant également les casques de réalité virtuelle et augmentée.
Le but est de présenter aux jeunes ce qui peut se faire d’un point de vue scientifique et technique et par la même occasion leur présenter l’IUT.
Les journées sont organisées autour de deux temps : tout d’abord il y a une courte conférence d’environ trente minutes, puis les élèves vont passer d’ateliers en ateliers. Lors de ces ateliers, ils vont participer, programmer, jouer et se servir des différents périphériques qui sont présentés.

EJ : Cet évènement en est à sa 4ème édition, qui a eu l’idée de lancer cet évènement ?
DP : L’idée n’est pas de nous à la base. Nous avons été contactés par une structure de Mâcon qui souhaitait organiser la semaine de la robotique. À l’époque, une de ses journées se déroulait à Chalon-sur-Saône. Les années suivantes les gens se sont désengagés de cette manifestation, mais nous avons décidé de continuer à faire ces journées de la robotique à notre sauce.

EJ : Lors de ces journées, vous accueillez un public assez large, qui s’étend des industriels aux élèves de primaire, ainsi adaptez-vous l’évènement afin qu’il soit accessible à tous ?
DP : Oui, il y a une adaptation à faire entre les primaires, les collégiens, les lycéens et les industriels. Les ateliers restent les mêmes, mais la manière d’aborder le sujet et de l’expliquer varie selon le public visé.
Quels que soient les groupes présents sur les stands, l’idée générale est de faire rencontrer des exposants, qui peuvent être des industriels, comme par exemple des éditeurs de logiciels qui voudraient rencontrer des clients et des prospects sur Chalon-sur-Saône.

EJ : Cet évènement peut-il aussi servir de tremplin aux élèves ?
DP : Oui, c’est pour cela qu’on essaye de les motiver et qu’on les pousse à participer. Il y a deux intérêts : tout d’abord ils vont avoir un message pédagogique à diffuser auprès des jeunes, ce qui est un vrai apprentissage, dans le sens où il va falloir passer du temps à expliquer et montrer, pour finalement s’apercevoir qu’avoir un groupe de 10-12 élèves et le garder intéressé pour leur faire passer un message est très compliqué.
Il y a également des industriels qui viennent, et c’est pour les étudiants la possibilité de discuter, de s’intéresser à ce qu’ils font et potentiellement trouver un stage ou une alternance.

EJ : Ces exposants sont-ils plutôt ponctuels ou bien reviennent-ils exposer chaque année ?
DP : Certains sont déjà présents depuis plusieurs années, tandis que d’autres viennent s’ajouter au fur et à mesure aux éditions. Nous n’avons pas forcément beaucoup de contacts, mais ce sont malgré tout des points de départ pour de la négociation. Par exemple l’entreprise Framatome est venue l’année précédente en tant que visiteur et cette année elle participe en tant qu’exposant.

EJ : Les entreprises ont plutôt tendance à venir vers vous ou bien c’est à vous d’aller les démarcher ?
DP : Il faut aller les démarcher. Nous possédons notre propre réseau d’entreprises locales, avec lesquelles nous travaillons dans le cadre des formations à l’IUT, mais nous nous appuyons également sur l’aide du Grand Chalon et de Nicéphore Cité.
Notre budget étant assez faible, nous devons faire beaucoup appel au bénévolat, ce qui peut être assez peu motivant pour les industriels.

EJ : Pour finir, quel est votre avis personnel sur ces journées de la robotique ?
DP : Ces journées de vulgarisation scientifique sont l’opportunité d’attirer de nouveaux élèves dans des filières qui sont en pénurie d’étudiants. En effet les formations peuvent avoir des dénominations assez peu parlantes pour les jeunes, et ces journées permettent de montrer ce qu’on y fait réellement.
Entre projets de circulation de voiture autonome et robotique de spectacles, les organisateurs ne manquent pas d’idées pour les éditions futures de cet évènement, qui a encore de beaux jours devant lui et de belles promesses à venir.

 

Imprimer - - par Julie et Estelle, étudiantes en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône

Quelques échos visuels de la journée de la robotique de l'IUT de Chalon...

Une très belle journée pour les curieux, les futurs scientifiques, les futurs étudiants de l'IUT...

 

Imprimer - - par Julie et Estelle, étudiantes en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône

Autre regard sur la journée de la Robotique de l'IUT de Chalon-sur-Saône...

De découvertes en découvertes... avec toujours une hésitation entre méfiance, fascination et compréhension...

 

Imprimer - - par Harmony, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône

CPME71 : Semaine du logement du 15 au 20 octobre 2018

Pour renforcer l’attractivité des PME, la CPME organise en partenariat avec Action Logement la Semaine du Logement du 15 au 20 octobre 2018. A travers nos 13 régions, c’est une semaine de sensibilisation aux dispositifs d’aide au logement des salariés.

Face à l’accroissement des dépenses de logement dans le budget des ménages, la question du logement des salariés est devenue au fil des ans un véritable enjeu pour les entreprises.

« Perçu comme un facteur complémentaire d’attractivité et de performance par certaines PME, explique Jean VIENT – pdt CPME 71, l’accompagnement des salariés en matière d’aides au logement est aujourd’hui pleinement intégré dans leur stratégie de politique sociale/stratégie RH. Généraliser cette prise de conscience auprès de toutes les petites et moyennes entreprises est notre ambition. »

Afin de sensibiliser les chefs d’entreprise à ce défi, la CPME nationale et ses 13 unions régionales organisent en partenariat avec Action Logement, du 15 au 20 octobre, la Semaine du Logement.

« Louer, acheter, faire des travaux, déménager, surmonter des difficultés, poursuit Jean VIENT, sont autant d’étapes clés du parcours professionnel et résidentiel des salariés. Action Logement (ex-1% Logement) offre un large panel d’aides et de services qu’il s’agit de promouvoir auprès des salariés et de leurs dirigeants. »

Parallèlement, la mobilité professionnelle constitue un enjeu actuel majeur et les salariés ont besoin de facilités pour s’adapter au mieux aux exigences du marché de l’emploi. Action Logement peut y contribuer notamment à travers le parc de près d’un million de logements dont elle dispose, au bénéfice des salariés.

« Des actions de sensibilisation, d’information et des rencontres sont organisées notamment à l’occasion des Bistrots-PME du vendredi midi (Kyriad Montchanin le 19 octobre), précise Damien-M Giraud – secrétaire Général.

L’objectif : présenter aux chefs d’entreprise les solutions afin de leur permettre d’attirer les compétences nécessaires pour faciliter l’intégration de leurs collaborateurs et les fidéliser. »
 
Imprimer - - par CPME 71

Robots modulaires : Le prix Galilé 360° remis par Olivier DASSAULT et Eric Michoux

Le prix Galilé 360° a été remis à Samuel PEREZ par Olivier DASSAULT, Député de l’Oise, Président de Génération Entreprise - Entrepreneurs Associés (GEEA) et Président d’honneur du prix Galilé 360°, et Eric MICHOUX, Maire d’Epervans, Président délégué à l’économie du Grand Chalon, Président du groupe Galilé et Président-Fondateur de Galilé 360°.



Grâce à cette victoire face à 15 fnalistes, Samuel PEREZ se voit attribuer un prêt d’honneur de 25 000 €, un bureau privatif au sein de l’incubateur G360 à Chalon-sur-Saône ou au sein d’une des entreprises du Groupe.
Ils sera accompagné dans son projet MAHARAL par trois mentors, professionnels en activité : Jean-Claude Boyer,
Directeur général du Groupe Galilé, Philippe Mougel (Directeur des Technologies et de l’Innovation Galilé) et
Baptiste Michoux (Directeur du pôle Manutention Galilé).

MAHARAL : ÊTRE LA 1ère ENTREPRISE AU MONDE À PROPOSER DES
ROBOTS MODULAIRES COMPLÈTEMENT TRANSFORMABLES

« Nous souhaitons montrer la force du concept robotique modulaire dans un
1er marché cible : l’entreposage logistique e-commerce.
Ce marché connaît des mutations structurelles avec 3 grandes tendances :
- l’augmentation du volume de livraison avec le boom du e-commerce
- la diminution des temps de livraison porté par des acteurs comme Amazon
- le rapprochement des entrepôts du centre-ville où le m2 logistique coûte cher.
Nous proposons ainsi des contenants mobiles automatiquement les uns
par rapport aux autres, en 3D, destinés aux entrepôts logistiques.
Notre offre se décline en 2 éléments : les contenants hardware mobiles et
l’interface software permettant de contrôler et réarranger les contenants par
rapports aux autres en fonction des commandes passées à notre client ».

LES TROIS AUTRES PROJETS NOMINÉS :
2ème NIRYO : pour une démocratisation des robots collaboratifs, en les
rendant accessibles en termes de prix et de simplicité d’utilisation pour
l’éducation et les professionnels.
3ème CMPHY : développement de capteurs miniaturisés et intégrables de
type électromagnétiques et ultrasons pour le contrôle et monitoring de
structure.
SKYZEN (PRIX FARMAN COUP DE COEUR) : un service en ligne de suivi de navigabilité et de support à la maintenance aéronautique.

LE CONCOURS GALILÉ 360° FAIT RIMER IDÉE AVEC EMPLOI
Grâce à cette 3ème édition, tous les candidats vont bénéfcier d’une mise en avant plus forte auprès des médias, d’un accompagnement industriel opérationnel et business par un ou plusieurs des mentors Galilé 360° pendant un an, d’un accompagnement si nécessaire à la réalisation de leur POC (Proof Of Concept, ou prototype, ou méthode d’industrialisation de leur prototype, selon le degré d’avancement du projet), d’un hébergement, pendant un an, au sein de l’incubateur G360 qui sera inauguré à Chalon-sur-Saône, ou au sein des entreprises du groupe, et enfn, une enveloppe fnancière sous forme de prêt d’honneur pour aider au fnancement du ou des premiers emplois, pour un montant global de 50 K€. Pour tous, la possibilité d’adhérer à la communauté Galilé 360° de porteurs de projet pour l’industrie du futur, de contribuer au dynamisme de l’industrie française, et de développer de nombreux contacts business, qui pour certains ont déjà démarré dès la fn de leur présentation aux mentors...



LE GROUPE GALILÉ
Créé et dirigé par Eric Michoux, son PDG, Galilé est un groupe industriel indépendant soutenant le «produire français». Présent à l’international (Inde, Chine, USA, Europe...), et représentant 19 entreprises et 500 collaborateurs.
Galilé affche un chiffre d’affaires 2017 de 86 M€ et prévoit de nouvelles acquisitions à court terme.

 
Imprimer - - par MA

Bistrot PME : Consultation citoyenne sur l'Europe le 12/10

Bistrot-PME : des rendez-vous mensuels, aux 4 coins du département.



L’occasion de rencontrer les nouveaux adhérents, pourquoi pas des acteurs économiques locaux pour un moment d’échanges et de convivialité.

 

Le 12 octobre rendez-vous à partir de 11h dans les salons du Saint-Georges - 32, avenue Jean Jaurès - Chalon

Rencontre avec Anne Sander (députée au Parlement Européen)  dans le cadre des consultations citoyennes

 


Rendez-vous dès 12h autour d’un déjeuner convivial pour évoquer les sujets d’actualité.
A 14h, le café est prit et chacun retourne travailler !

Le 1er vendredi du mois : Bassin Charollais-Brionnais

Le 2ème vendredi du mois : Bassin Mâconnais

Le 3ème vendredi du mois : Bassin dit "minier"

Le dernier vendredi du mois : Bassin Louhannais

Il est convenu que, lorsque le mois comporte 5 vendredis,

un Bistrot-Pme de plus grande envergure est alors organisé pour le bassin chalonnais.

 

En savoir plus : http://www.cpme-71.fr/m-442-cpme-bistrots-pme.html

 
Imprimer - - par CPME 71

Foire de Chalon : Retrouvez nos articles






Rechercher dans cette rubrique  


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux musique



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle