vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

lundi 22 octobre 2018

Bonne Fête Élodie

Photo de Chalon

thema - chalon sur saone

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

BANDES DESSINÉES... Plus de 650 articles (octobre 2018)

La BD est en force sur vivre-a-chalon.com

BD...

En partenariat avec des étudiants de l'IUT (Licence TAIS) et Michel BONNET cette rubrique s'intéresse  au "neuvième art" en général mais, et, c'est la raison d'être de notre média,  également aux acteurs chalonnais et aux initiatives locales dans le droit fil du projet "Chalon en bulles" dont Michel Bonnet fut l'initiateur et l'animateur il y a quelques années.

Avec son équipe il ira à votre rencontre... mais n'hésitez pas à faire le premier pas si vous partagez cette passion pour les bulles !

 

Des textes, des photos, des interviews audion des vidéos...
Bonne promenade !


 
Publicité.
 
 

Sarah suivra-t-elle Guillaume sur les planches ?

Les étudiants de l’IUT de Chalon, en licence professionnelle des activités de l’image et du son, ont été invités à réaliser des portraits de Chalonnais. C’est lors de la fête de quartier du centre ville qu’ils ont commencé à travailler et, ici, Sarah vous présente Guillaume !



« Les fêtes de quartier sont toujours de bons moments conviviaux à partager avec ses amis ou sa famille. Et quand chaleur et bonne humeur s’y mêlent, il n’est pas rare de faire de belles rencontres. C’est en parcourant les stands du square Chabas en ce bel après-midi du samedi 28 septembre que nous sommes allés à la rencontre de Monsieur Guillaume Écuiller, président de la troupe de théâtre “les répliques à tout”.

Étonné fut le mot parfait pour définir l’expression qui a pu se lire sur nos visages lorsque cet homme bien bâti nous avoua qu’il était depuis son enfance un grand timide. Voulant se détacher de ce handicap il se tourne vers le théâtre, ce qui est devenu depuis 3 ans une véritable passion.

Plonger dans la peau d’un personnage devient un véritable plaisir pour lui, libérant son stress il se voit devenir une autre personne, il se voit partager des émotions qu’il ne soupçonnait pas avant. Elles peuvent être tristes ou rigolotes mais à chaque fois il garde cet objectif de partager des émotions.

Malgré son poste qui lui confère de grandes responsabilités, il ne manque pas de s’impliquer corps et âme lorsqu’il est sur scène.

Mais comment sont organisées les représentations ?

Le choix des représentations est fait à partir d’un répertoire libre, dans des livres qui sont choisis par lui. Les répétitions se font tous les mercredis pendant 2 heures. Et il faut 1 an de la préparation à la réalisation d’un spectacle, en moyenne.

Si vous êtes intéressés il y a encore des places disponibles pour leur prochain spectacle.

Alors qu’attendez-vous ? Vous pourriez être la prochaine étoile à briller sur scène, non ? »

Imprimer - - par Sarah, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 21 oct 2018

Alexis Robin et le vin dans la romanité...

Les amphores de Pompéi est une bande dessinée assez classique, scénarisée par Eric Corbeyran et dessinée par Alexis Robin. Elle appartient à la collection Vinifera qui se donne comme objectif de raconter l’histoire du vin des origines à nos jours… Cet épisode se déroule juste avant et pendant le drame volcanique de Pompéi en 79 après Jésus Christ…

 

Il y a dans cette histoire et album qui peut être lu complètement indépendamment des autres de la collection, trois niveaux de lecture différents et qui ne perturbent en rien la lecture de l’un ou l’autre… On peut, pour commencer, découvrir l’usage du vin à Rome. La boisson semble répandue et appréciée, les buveurs réguliers font bien la différence entre les vins, surtout entre les très bons et très mauvais. Certaines soirées à Pompéi, lieu de villégiature de la bourgeoisie romaine, semblent particulièrement bien arrosées et on se damnerait presque pour avoir le meilleur vin pour recevoir…

 

Il y a, par ailleurs, l’histoire de la vigne et de la vinification. On découvre que le métier de conseil en œnologie est presque en place car une femme distille ses conseils pour améliorer la qualité du vin. Elle propose au propriétaire de changer ses habitudes, de faire vieillir son vin d’une autre façon… et il semblerait bien que cette méthode existe encore dans certaines régions comme le Jura… Alors, pour asseoir ces informations légèrement présentes dans l’histoire, on trouve en fin d’album, un cahier historique signé Antoine Lebègue, journaliste expert du vin…

 

Enfin, parce que notre scénariste Eric Corbeyran reste fidèle à lui-même, il y a une intrigue sinon policière, du moins avec un petit suspense et un délit à venger… Donc, il y a une mort mystérieuse, un domaine à gérer, à vendre, à déserter ou hériter, enfin, il y a un vol de vin et une agression violente… Bon, l’affaire n’est pas trop approfondie, en un seul ouvrage on ne peut pas multiplier à l’infini les fausses pistes, mais on peut dire quand même que la construction tient la route et que l’issue n’était pas si évidente…

 

Pour clore le tout cet album est bien dessiné par Alexis Robin qui sera encore toute la journée à l’Antre des bulles dans le cadre de la Paulée de Chalon-sur-Saône… Donc, occasion de déguster des vins de la Côte chalonnaise, de s’instruire sur le vin dans l’Antiquité romaine et de repartir avec un beau dessin d’Alexis Robin dans votre « Les amphores de Pompéi » ! 

Imprimer - - par Bonnet Michel - 21 oct 2018

Alexis Robin à l'Antre des bulles !

Si j’ai bonne mémoire, il y a dix-huit ans sortait un album dans une collection que j’appréciais énormément. Cette collection, Tohu Bohu, se proposait d’offrir aux auteurs, et donc aussi aux lecteurs, des espaces de liberté pour raconter des histoires plus longues, plus personnelles, qui n’entraient pas dans des collections classiques…

 

En clair, à la suite de l’Association, ce label des Humanoïdes associés continuait d’expérimenter ce qu’aujourd’hui tout le monde appelle le roman graphique… C’est dans cette collection que certains ont pu découvrir des auteurs qui ont tracé depuis leur petit bonhomme de chemin. Ils n’étaient pas toujours débutants mais travaillaient avec plus de liberté, de façon plus personnelle… C’est ainsi que j’ai lu Iwan Lepingle, Philippe Riche, Wazem, Aubin, Cornette, Catel, Grisseaux, Lylian, Dupuy et Berberian… Il y avait dans ces auteurs un certain Alexis Robin qui aujourd’hui dédicace encore à L’Antre des bulles dans le cadre de la Paulée, à Chalon-sur-Saône…

 

 

Je me souviens bien de son ouvrage, Si j’ai bonne mémoire, même s’il n’est pas simple à classer. C’est l’histoire d’un peintre qui connait un relatif succès, Julien. Un jour, il est traversé par ce qu’il pense être un souvenir, le visage d’une femme. Ce souvenir devient rapidement une toile et c’est là que l’ouvrage devient ce que l’on pourrait nommer un drame psychologique, un thriller intérieur, une affaire presque policière et quelque peu sentimentale… Oui, tout cela à la fois !

 

Il faut dire que le pauvre Julien qui ne sait rien de cette femme – il n’a que le souvenir du visage ou presque – va mettre du temps à la retrouver. Il lui faudra pour cela négliger sa compagne, oublier sa peinture et boire moult canons de rouge ! Pour retrouver son amour ou supposé tel, il va se mettre en danger et franchir la ligne rouge qu’il n’aurait jamais imaginé franchir avant une telle situation…

 

Je ne vais pas vous en dire plus car certains pourront encore trouver le livre ici ou là, en bibliothèque ou boutiques d’occasion… Cette exploration de la mémoire, de l’humanité, des relations entre homme et femme, va aller jusqu’à la folie, la jalousie et la violence… C’est fort et bien construit.

 

C’est aussi une première bande dessinée et l’auteur, Alexis Robin qui a alors moins de trente ans, n’a pas encore un style parfait, une narration graphique fluide… Mais je ne suis pas loin de penser que pour un coup d’essai ce n’était pas si éloigné d’un coup de maître !

 

Alors, bien sûr, le travail d’Alexis Robin s’est poursuivi et on a pu retrouver sa signature dans la série Borderline – comme scénariste – ou dans un ouvrage comme La poussière du plomb – comme dessinateur. Il est dans l’actualité avec l’album Les amphores de Pompéi, un ouvrage de la collection Vinifera, dont l’objectif est de raconter l’histoire du vin à travers de belles histoires scénarisées par Eric Corbeyran devenu le grand maitre de la bande dessinée viticole…

 

Je reviendrai vous parler de cet album et de cette collection, mais je voulais, au moment où Alexis Robin est à Chalon-sur-Saône en dédicace, rendre hommage à cette collection Tohu Bohu et cet ouvrage, Si j’ai bonne mémoire, car les œuvres de jeunesse en disent beaucoup sur les auteurs, même en bande dessinée ! 

Imprimer - - par Bonnet Michel - 21 oct 2018

La rentrée BD 2018 et avalanche d'ouvrages de qualité

J’avoue ma perplexité face aux sorties des nouveautés en bandes dessinées depuis quelques mois… Les nouveautés sont très nombreuses, parfois de grande qualité et je me demande comment les auteurs vont bien pouvoir tirer leur épingle du jeu… Et je ne parle pas des jeunes auteurs qui doivent batailler avec autant de concurrence !

 

Tous les jours ou presque, je découvre des albums, des séries, des auteurs que j’aurais bien envie de défendre immédiatement… et dans le même temps, des séries prennent fin mais nous ont tenu en haleine durant de longues années comme Les pirates de Barataria, Le chant des Stryges, Sasmira pour n’en citer que quelques unes…


Le centenaire de la fin de la Grande guerre a poussé des éditeurs dans des albums, des séries ou des coups éditoriaux – que je peux comprendre – mais qui parfois ont donné naissance à de véritables œuvres de qualité comme la série 14-18 de Corbeyran et Le Roux que j’apprécie beaucoup…



Alors, comment garder la tête froide, comment privilégier la qualité, l’émotion et le bonheur de lire dans cette affluence d’albums ? C’est difficile, angoissant presque, et c’est avec beaucoup de prudence que j’avance et continue de vous inviter à la lecture de la bande dessinée… Je tente de prendre du recul, de relire avant d’écrire ou enregistrer mes chroniques et je vous présente mes excuses par anticipation si un travail de qualité m’a échappé. Je ne réclame pas l’indulgence mais la compréhension… Trop, c’est trop !

 


J’espère, malgré tout, que vous trouverez chez moi quelques belles idées de lectures, que vous aurez envie d’aller à la rencontre d’auteurs que j’aime bien comme Zelba le 10 novembre à Chalon-sur-Saône… Et si vous trouviez un petit trésor inconnu, une histoire dont je n’aurais jamais parlé et qui m’aurait échappé, dites-le moi car j’adore découvrir et je n’ai aucune honte à le faire même quelques mois ou années après la sortie en librairie… La qualité n’est pas liée au marché, au commerce et à la présence en librairie !

Enfin, que les auteurs et éditeurs ne m’en veuillent pas trop, j’ai beau faire des efforts, je ne peux pas tout présenter, je n’ai qu’une émission par semaine – 25 minutes sur RCF en Bourgogne – et je n’ai qu’une chronique par semaine – Déclic Toul et RCF Jérico Metz – donc, je sélectionne avec mes goûts, mes expériences de lectures et mes rencontres…

 


Heureusement, sur le site www.vivre-a-chalon.com je suis un peu moins limité mais malgré tout je ne pourrai jamais tout présenter. Qu’on se le dise, qu’on en soit bien conscient !

Ceci étant, très bonne lecture à tous et belle journée !

 
 
Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 20 oct 2018

Pour les nostalgiques des Gordinis...

La bande dessinée a l’avantage sur d’autres supports d’avoir un texte enrichi de dessins, d’images. Donc, quand une collection ou un auteur fait revivre une voiture, une marque, un constructeur, en même temps que tous les éléments historiques on a des éléments strictement visuels et c’est ce qui fait la richesse de cet album Gordini, le sorcier bien aimé, qui vient de sortir…

 

D’une façon générale, je ne suis pas un fan absolu des séries automobiles et je ne peux pas dire que j’ai été bercé dans mon enfance par la série Michel Vaillant. En fait, dans ma mémoire, je n’avais qu’un seul volume de la série de Jean Graton, Route de nuit, une histoire sortie en 1962 et qui n’est que la quatrième de la série qui en compte 70 ! En plus ce n’est pas une histoire centrée sur la course automobile mais sur le travail des routiers… Tout cela pour dire que l’album Gordini ne m’a pas attiré pour l’aspect course mais tout simplement parce que lorsque j’étais jeune, une Renault Gordini, c’était une référence absolue ! Mais je ne savais pas du tout qui avait été Amédée Gordini !

 

Ce récit commence en 1967, du côté du Mans, quand un jeune garçon demande à Gordini un autographe. Le célèbre motoriste va alors nous raconter sa vie, une vie qui est un véritable roman, roman d’amour avec le moteur, la carrosserie, la voiture de course et la perfection…

 

Le dessin d’Olivier Wozniak est précis, lumineux et dans une forme de classicisme et de ligne claire adaptée à l’automobile. Alors qu’il s’agit bien d’une biographie historique et rigoureuse, le scénariste Olivier Wozniak nous entraine dans une véritable aventure et on finit par oublier cet aspect rigoureux tandis que Gordini devient un véritable héros d’aventure automobile et c’est d’ailleurs bien ainsi qu’il était perçu par ses contemporains qui l’aimaient beaucoup. En France, son pays d’adoption, il était un héros grandissime. Ses compétences sont reconnues, tant comme motoriste, que comme chef d’écurie ou comme recruteur de pilotes. On peut noter qu’il détecta avant beaucoup la classe de Fangio ou de Trintignant…

 

Cette bande dessinée évoque aussi le drame du Mans du 11 juin 1955. Les jeunes ne s’en souviennent plus, mais ce jour-là un accident de course provoque la mort de 84 personnes sans compter les 120 blessés. Le plus grand drame de la course automobile mondiale…

 

Voici donc une très belle bande dessinée pour les grands amateurs de voitures mais aussi pour les autres sans oublier qu’une planche cartonnée en fin d’album vous permettra de garder une Renault 8 Gordini, voiture que beaucoup ont encore en tête… mais cette fois-ci elle sera sur votre présentoir de collection dans le salon… Magique, non ?

 

Dans cette collection chez Glénat, j’avais beaucoup apprécié aussi le volume Les grandes victoires Porsche… et si la voiture doit disparaître pour sauver la planète, il y aura au moins des BD pour en garder la mémoire…

 

Bonne lecture à tous !

Imprimer - - par Bonnet Michel - 20 oct 2018

Brocéliande, François Gomès et Paul Frichet, et Saint-Malo, bien sûr !

La série Brocéliande – déjà 6 albums parus sur 7 annoncés – est une série qui met à l’honneur la fameuse forêt de Brocéliande, le Petit Peuple si cher à Pierre Dubois et les légendes de Bretagne… Le concept est assez simple, les albums sont indépendants et chacun raconte un conte se déroulant dans un lieu de Brocéliande, un lieu magique car dans cette forêt, tout est magique, enchanté et imprévisible, bien sûr !

 

Alors, chacun va découvrir ou redécouvrir un lieu et je pense que plus personne ne verra la forêt de Brocéliande de la même façon… J’ai aimé chacun de ces contes – car il n’y a pas trop d’autre nom pour qualifier ces albums – même si j’ai comme tout un chacun des petites préférences… J’aime les Korrigans et cela aurait pu me pousser vers l’album qui évoque Merlin l’Enchanteur et la fontaine de Barenton… mais quand on me parle de Brocéliande, c’est immédiatement le Val sans retour qui me monte à la mémoire et donc c’est bien l’album scénarisé par Stéphane Betbeder et dessiné par Paul Frichet qui tient la corde pour le moment…

 

Le Val sans retour… Vous savez, ce fameux lieu où la fée Morgane enferme les amants infidèles, où leurs âmes errent pour l’éternité dans d’atroces souffrances… Alors, entrons dans notre conte spécifique…

 

Tout commence par un amoureux transi qui n’arrive pas à obtenir la main de sa bien-aimée et une partie de soule entre villageois de la région de Paimpont… Il faut dire que si notre amoureux remporte la partie, s’il est vainqueur de l’illustre Franchin le favori et champion en titre, alors il touchera la prime qui lui permettra de prendre son amoureuse avec lui… Comme quoi, la vie est simple !

 

Enfin, presque car notre jeune homme n’est pas très fort et il va être obligé de demander l’aide d’une sorcière qui avec ses envoutements pourrait bien lui offrir la victoire… Ah, si la vie était aussi simple…

 

Il faut dire que la sorcière est un peu particulière car, elle, elle est… attendez, je crois que je suis en train de tout vous raconter et ce n’est pas le but de cette chronique, je devais juste vous donner envie de découvrir la série, Brocéliande, voire de lire cet album, Le val sans retour !

 

J’avoue que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ces six albums, car à chaque fois une belle histoire, des personnages assez magiques, des petits êtres surprenants et pas toujours sympathiques – mais qui vous a dit que les nains devraient être aimables, agréables et doux ? – et une narration graphique envoutante qui nous plonge dans les mystères de cette forêt que ce soit en compagnie de Paul Frichet, Bertrand Benoît, François Gomès ou Djief… A chaque fois cela fonctionne bien !

 

Il faudrait aussi, pour être très complet, saluer la qualité des couleurs de cette série. Elles donnent un ton narratif indiscutable et, pourtant, elles ne sont pas le fruit d’un seul travail. Donc, coup de chapeau à Elodie Jacquemoire, Piky Hamilton et Axel Gonzalbo…

 Enfin, mes amis scénaristes ne seraient pas très contents si je ne les citais pas tous. Donc, en plus de Stéphane Betbeder, on trouve aussi Nicolas Jarry, Sylvain Coudurié et Olivier Peru… Que du beau monde dans ce genre fantaisie bretonne !

 

Lors du festival Quai des bulles de Saint-Malo, nous avons eu le plaisir de rencontrer Paul Frichet et François Gomès… mais nous n’avons pas croisé de Korrigans !

 

Donc, je ne peux que vous souhaiter bonne lecture, bon voyage au cœur de la forêt de Brocéliande et soyez prudent avec les Korrigans… On ne sait jamais !

 
 
 
Imprimer - - par Bonnet Michel - 19 oct 2018





Rechercher dans cette rubrique  


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux musique



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle