vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

vendredi 14 décembre 2018

Bonne Fête Odile

Photo de Chalon

thema - chalon sur saone

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

BANDES DESSINÉES... Plus de 650 articles (octobre 2018)

La BD est en force sur vivre-a-chalon.com

BD...

En partenariat avec des étudiants de l'IUT (Licence TAIS) et Michel BONNET cette rubrique s'intéresse  au "neuvième art" en général mais, et, c'est la raison d'être de notre média,  également aux acteurs chalonnais et aux initiatives locales dans le droit fil du projet "Chalon en bulles" dont Michel Bonnet fut l'initiateur et l'animateur il y a quelques années.

Avec son équipe il ira à votre rencontre... mais n'hésitez pas à faire le premier pas si vous partagez cette passion pour les bulles !

 

Des textes, des photos, des interviews audion des vidéos...
Bonne promenade !


 
Publicité.
 
 

Antigone, chef d'oeuvre adapté en bédé par Régis Penet

Il m’arrive souvent, emporté par mon élan et soutenu par mes souvenirs d’études littéraires classiques, d’affirmer un peu rapidement que rien n’a été inventé en termes d’histoires à raconter aux humains depuis la tragédie grecque… C’est certainement un peu excessif mais, à y regarder d’un peu plus près, il s’agit probablement d’une sentence portant une grande part de vérité !

 

Antigone


On ne peut pas prouver une telle affirmation qui relève plus du postulat que du théorème. Aussi, je ne vais pas chercher à en démontrer le bien-fondé mais à montrer comment Régis Penet, auteur de bandes dessinées, a mis en application cela. En effet, puisque la tragédie antique porte en elle l’alfa et l’oméga de la destinée humaine, n’hésitons pas à s’approprier cette tragédie pour la faire revivre aujourd’hui… Et c’est ainsi que l’album Antigone arriva sur ma table de nuit…

Bon, avouons que Régis Penet n’a pas commencé son travail avec la tragédie grecque puisqu’il commit avant son Antigone un Lorenzaccio qui a été apprécié par de nombreux lecteurs et critiques. Mais, Antigone étant pour moi un chef d’œuvre, j’avais une grande impatience de découvrir ce que Régis Penet allait pouvoir en faire…

Antigone, un grand chef d’œuvre ? Mais de quelle Antigone parlons-nous ? Oui, Antigone est un personnage de drame par excellence et je me réfère, au départ, aux deux pièces de Sophocle. Mais ce drame d’Antigone est si puissant que de très nombreux auteurs se sont approprié le personnage pour la faire revivre et mourir… Lors de mes études, j’ai dû étudier la version de Sophocle mais aussi celles de Brecht, Cocteau, Anouilh… Depuis, j’en ai même découvert d’autres. J’ai eu le plaisir de pouvoir côtoyer Antigone au spectacle, au théâtre et dans la rue… et c’est donc bien un personnage connu que j’ai vu apparaitre sous les pinceaux de Régis Penet.

Je dis bien pinceaux car la bande dessinée de Régis Penet est une œuvre avant tout esthétique. Chaque case pourrait être un tableau dans un musée. Attention, cela ne signifie pas que le scénario serait d’une faiblesse incroyable. Loin de là. Régis Penet est bien un auteur complet qui dans son Antigone assume le texte, le dessin et la mise en couleur… Il est donc responsable de son adaptation, de sa mise en scène, du casting des acteurs, des costumes, de la scénographie… Oui, il fait revivre à lui tout seul Antigone dans toute sa splendeur, ses excès, son courage, son obstination… et cela jusqu’à sa mort !

J’ai beaucoup aimé cet album. J’y ai retrouvé à la fois l’Antigone de mes premières lectures mais aussi une Antigone moderne qui nous parle de l’humanité aujourd’hui, de l’exercice du pouvoir, de la fidélité, de la foi, de la vie, de la mort…

Il s’agit bien d’un album profond, grave et tragique. La narration graphique est dans la stricte lignée de la tragédie antique revisitée au XVII° siècle et au bout de trois pages on n’oublie le livre pour se retrouver au théâtre… Une merveille !

Signalons aussi un très bon dossier sur la tragédie grecque, sur Antigone et sur la réflexion philosophique portée par ce drame par Jean-François Gautier avec des illustrations de Régis Penet.

Le tout fait un bel ouvrage à offrir à tous les passionnés de Littérature avec un grand L. oui, je sais que certains tiqueront un peu, mais entre la tragédie au théâtre et une bande dessinée, la distance peut être parfois très faible…
Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 12 déc 2018

Une idée de cadeau : Dodo et c'est pour les plus jeunes...

Oui, souvent, on l’a bien compris, la bande dessinée n’est pas pour les plus jeunes. D’une part, sa lecture n’est finalement pas si aisée que cela puisqu’il s’agit bien d’un genre narratif hybride qui mêle image et texte, ce qui donc laisse souvent l’enfant en difficulté mais d’autre part, les thèmes proposés ne sont pas toujours accessibles aux jeunes lecteurs. Aussi, quand à Montreuil, lors du salon du livre et de la presse jeunesse, j’ai rencontré une autrice jeunesse proposant des albums de bande dessinée pour les petits, j’ai sauté sur l’occasion… Enfin, une bédé de plus pour les plus jeunes…

 


L’album « Dodo » de Dorothée de Monfreid est sorti en 2014 à l’Ecole des Loisirs, et on peut le lire à des enfants très tôt puisque je l’ai lu à un petit garçon de 18 mois ce week-end… Comme il est bien destiné aux petits, il est cartonné… Comme il s’agit bien d’une bande dessinée, les personnages parlent avec des bulles… Comme le thème doit être adapté aux lecteurs, ce sera la sieste à la garderie, la crèche ou la maternelle… Enfin, comme il ne s’agit pas d’un documentaire pour les parents, ce sera une véritable fiction et les enfants de cette structure petite enfance seront des animaux…

Oui, il s’agit donc bien d’une bande dessinée pour les plus jeunes lecteurs et quand j’ai fait découvrir ce livre à mon petit-fils, il a été conquis dès le départ. Pas de phase d’adaptation, immédiatement le grand plongeon dans ce dortoir collectif…

Popov ronfle et les autres, du coup, ne dorment pas… Le lecteur est obligé de faire le ronflement et cela participe bien sûr à l’immersion de l’enfant dans le monde magique de l’histoire lue à haute voix… On ne le dit pas assez, mais il faut lire à haute voix ! Beaucoup plus que ce que l’on fait généralement dans les familles et à l’école… Je dis bien « à l’école » car c’est en plongeant dans cet univers incroyable des histoires que le jeune – à tous les âges en fait – va réaliser que lire est une chance incroyable qui ouvre sur un bonheur réel et profond…

Dans notre histoire, la question qui reste posée, c’est ce que vont bien pouvoir faire Micha, Jane, Pedro, Omar, Zaza, Nono et Kaki pendant que Popov ronfle tout ce qu’il peut ? Il semblerait que Micha sache un peut raconter les histoires même s’il ne sait pas encore lire… Sa mémoire fonctionne, il raconte en s’appuyant sur les dessins et en se souvenant de ce que les adultes lui ont raconté… Alors, il peut lire lui-même une histoire aux autres…

C’est cela aussi la magie de lecture à voix haute : faire naitre une vocation de lecteur à voix haute aux autres… D’auditeur passif, Micha peut devenir lecteur pour les autres… Il devient populaire : « Tu me lis une histoire ? »

Tous les autres du dortoir vont se retrouver dans le lit de Micha pour une lecture qui se terminera par une sieste collective profonde… « Il était une fois… » et les ronflements seront généralisés dans le dortoir ce qui finira par réveiller Popov qui se croira un instant seul avant de réaliser que tous les autres dorment autour de Micha le lecteur qui s’est endormi le livre à la main…

 


Un livre que j’ai beaucoup apprécié et qui me semble participer à la bonne compréhension de la lecture et du lecteur… Lire est une chance incroyable, une richesse insoupçonnable, une source de lien social… Bref, il faut que l’enfant comprenne que lire est un bonheur… tout simplement !

Voici pourquoi, je pense que ce « Dodo » est bien un livre à offrir aux enfants très jeunes même si dans un premier temps vous devrez, vous lecteurs à voix haute, apprendre à ronfler… Enfin, pour moi, je sais ronfler depuis longtemps et cet ouvrage ne m’a posé aucun problème !

Bonne lecture à tous !

Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 10 déc 2018

Festival d'Angoulême 2019, les affiches !

Une tradition est faite pour être respectée mais aussi transformée au gré du temps, des envies, des circonstances… Normalement, le lauréat du Grand Prix du Festival International de la BD d’Angoulême réalise l’affiche du festival suivant. A ce titre, l’Américain Richard Corben a bien réalisé l’affiche du festival 2019 qui va se dérouler du 24 au 27 janvier.



Son affiche ne sera, en fait, que l’une des trois affiches de l’année. Les collectionneurs vont être contents, trois affiches à conserver ! Cette première affiche est un hommage à l'une des séries « comics » importante, Tales from the Crypt. Cette série célèbre aussi l’horreur et le fantastique, domaines que Richard Corben connaît bien et dans lesquels il s’est installé pour nous raconter de nombreuses histoires…

 


Mais, il y aura deux autres affiches car le festival a demandé à Taiyo Matsumuto et Bernadette Després de plancher aussi. Le travail est maintenant disponible et on peut admirer ces trois affiches… Pour que cela fonctionne bien il fallait un thème commun. Je ne sais pas si c’est Richard Coben qui l’a choisi, mais ce fut : un autoportrait en enfant découvrant la ou les bandes dessinées fondatrices de sa passion, voire de sa vocation…



On rappellera pour certains – et ce n’est pas dévalorisant – que Bernadette Després est la cocréatrice de la série Tom-Tom et Nana, avec Jacqueline Cohen et que Taiyō Matsumoto est un mangaka auteur, entre autres, d’Amer Beton…

Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 6 déc 2018

Gradimir Smudja à Chalon-sur-Saône... le 4 décembre 2018 !

Gradimir Smudja, brillantissime dessinateur de bandes dessinées, sera présent à Chalon-sur-Saône le mardi 4 décembre à partir de 14h à la librairie L'Antre des bulles. Cet auteur originaire de Novi Sad (Serbie) vient à l'occasion de la sortie de son très bon album Mausart ! Quand les chats ne sont pas là, les souris font de la musique... Non ?



Je me souviens, il y a quelques années, de ma première rencontre avec Gradimir… Il ne parlait pas beaucoup le français et mes connaissances en serbo-croate ne permettaient pas une interview complète… je me contentais donc de parler un peu avec lui, d’évoquer la Serbie que j’appréciais et connaissais un peu puis nous passions par un interprète…

Maintenant – je l’ai rencontré plusieurs fois à Paris, Montreuil et Angoulême – il parle beaucoup mieux notre langue et c’est toujours un plaisir de mesurer la profondeur de sa culture artistique… Il aime les arts – la peinture en tout premier lieu – et il cherche à partager cette passion avec tous ceux qui prennent le temps de discuter avec lui…


Son dernier album mélange finement son art – il dessine définitivement remarquablement bien – avec l’histoire de la musique… certes, Mozart est devenu Mausart, le jeune homme un souriceau, mais, du coup, c’est un très bel ouvrage pour introduire la musique… Celle de Mozart mais aussi toutes les autres ! C’est donc un livre à lire en famille, à écouter en famille, à vivre en famille…

C’est aussi l’illustration évidente et incontestable que la bande dessinée est toujours accompagnée d’une bande son… mais c’est une autre histoire !

Donc, n’hésitez pas à lire Mausart – scénario de Thierry Joor, éditeur chez Delcourt – et venez rencontrer Gradimir lors de son passage à Chalon-sur-Saône… Une belle dédicace c’est aussi un beau cadeau à offrir à Noël… Non ?

 
 
Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 3 déc 2018

Gradimir Smudja à Chalon-sur-Saône... le 4 décembre 2018 !

Gradimir Smudja, brillantissime dessinateur de bandes dessinées, sera présent à Chalon-sur-Saône le mardi 4 décembre à partir de 14h à la librairie L'Antre des bulles. Cet auteur originaire de Novi Sad (Serbie) vient à l'occasion de la sortie de son très bon album Mausart ! Quand les chats ne sont pas là, les souris font de la musique... Non ?

Je me souviens, il y a quelques années, de ma première rencontre avec Gradimir… Il ne parlait pas beaucoup le français et mes connaissances en serbo-croate ne permettaient pas une interview complète… je me contentais donc de parler un peu avec lui, d’évoquer la Serbie que j’appréciais et connaissais un peu puis nous passions par un interprète…

Maintenant – je l’ai rencontré plusieurs fois à Paris, Montreuil et Angoulême – il parle beaucoup mieux notre langue et c’est toujours un plaisir de mesurer la profondeur de sa culture artistique… Il aime les arts – la peinture en tout premier lieu – et il cherche à partager cette passion avec tous ceux qui prennent le temps de discuter avec lui…

Son dernier album mélange finement son art – il dessine définitivement remarquablement bien – avec l’histoire de la musique… certes, Mozart est devenu Mausart, le jeune homme un souriceau, mais, du coup, c’est un très bel ouvrage pour introduire la musique… Celle de Mozart mais aussi toutes les autres ! C’est donc un livre à lire en famille, à écouter en famille, à vivre en famille…

C’est aussi l’illustration évidente et incontestable que la bande dessinée est toujours accompagnée d’une bande son… mais c’est une autre histoire !

Donc, n’hésitez pas à lire Mausart – scénario de Thierry Joor, éditeur chez Delcourt – et venez rencontrer Gradimir lors de son passage à Chalon-sur-Saône… Une belle dédicace c’est aussi un beau cadeau à offrir à Noël… Non ?
Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 29 nov 2018

Elizabeth 1ère d'Angleterre, une femme à redécouvrir !

Je viens de relire, en quelques jours quand même, la biographie de la reine Elisabeth 1ère d’Angleterre, dans sa version longue et scientifique et dans sa version bédé. Certes, très peu de différences sur le fond puisque la première est le fruit du travail de Michel Duchein et la seconde est réalisée sous le contrôle du même Michel Duchein… Il n’en demeure pas moins que ces deux ouvrages sont destinés à deux publics différents : le premier est pour les lecteurs passionnés d’histoire ou historiens, tandis que le second est pour un beaucoup plus large lectorat, on pourrait même dire pour le grand public !



Reste à savoir s’il est intéressant d’ouvrir un tel ouvrage pour un public large, français et pas spécialiste d’histoire ! Car c’est bien là l’essentiel du débat… Qui devrait lire cet ouvrage ? Je réponds, sans aucune hésitation, que tout le monde devrait lire ce livre ! Encore plus si on parle de la version bande dessinée qui ne nécessite aucune formation préalable et qui peut apporter beaucoup…

Je passe, volontairement et avec un parti pris incroyable, sur les généralités du style : c’est toujours bien de se passionner pour l’histoire de nos voisins, l’Angleterre quitte l’Europe mais reste un pays important dans notre histoire, c’est une monarchie mais ses habitudes politiques nous aident à mieux percevoir la notion de démocratie… et j’en passe et des meilleures ! Oui, c’est un peu exagéré mais je rappelle quand même que Elisabeth 1ère était très acharnée contre sa cousine Marie Stuart, qu’elle fit finalement exécuter, et que cette dernière était soutenue par les Français… Donc, si je résume les choses, Elisabeth 1ère était notre ennemie ! Non, mais…


Mais, justement, il ne faut pas s’arrêter à ces éléments-là et ce n’est pas en regardant les données géopolitiques de l’époque que l’on comprendra pourquoi il est important de connaitre cette reine anglaise… Si on regarde l’aspect religieux, on peut aussi voir qu’Elisabeth va être la réformée tandis que Marie sera la catholique… Dans les deux cas, soyons honnêtes, la foi religieuse n’est pas la caractéristique principale de ces reines et l’appartenance à une religion plutôt qu’une autre relève plus de l’alliance avec les uns ou les autres… Les Espagnols – comprendre les catholiques – enverront même une soi-disant invincible Armada pour faire tomber la reine protestante… mais la tempête en aura raison…

Il faut donc oublier tout cela pour comprendre ce que cette femme, Elisabeth, peut nous dire sur nous, nos vies, notre époque… En fait deux choses sont pour moi à retenir pour faire très simple… D’une part, le siècle d’Elisabeth va rester important dans la vie européenne. Elle a donné son nom à son époque, le siècle élisabéthain. Ce fut un siècle prospère et riche en lettres… C’est le siècle de William Shakespeare et du théâtre classique anglais… Mais aux côtés des auteurs, on trouve aussi le navigateur Francis Drake, le poète et explorateur Walter Raleigh… Ce fut donc le grand siècle culturel de l’Angleterre, un peu comme le dix-septième siècle de Louis XIV en France…

Mais la personnalité de la reine est aussi à observer de très près… Une femme qui refuse de se marier pour laisser un homme régner à sa place… Une femme qui veut rester libre, libre de ses choix, de sa vie, de son corps… Une femme mystérieuse dont on n’arrive pas à savoir, plusieurs siècles après, si elle était débauchée, vierge, abstinente, amoureuse en secret… Oui, libre et secrète, voilà ce que fut Elisabeth qui refusa toujours que l’on décide pour elle… Femme, mais pas faible femme… Femme égale de l’homme, qui femme qui décide et assume ses choix… Peut-être bien un modèle pour aujourd’hui… Qui sait…

La bande dessinée est très bien construite avec un scénario de Vincent Delmas, un story-board de Regnault, le dessin d’Andrea Meloni et l’aide de Giulia Priori pour les couleurs avec Arancia Studio… Le tout est agréable à lire, instructif et montre que l’on peut raconter l’histoire sans lasser le lecteur… Quant à la biographie de Michel Duchein, elle est très solide, passionnante mais peut parfois noyer le néophyte dans trop d’informations et de détails… Mais après avoir lu la bande dessinée, elle permet de revenir sur certains aspects avec bonheur… presque jubilation !

Donc, très bonne lecture à tous et très vite !

Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 26 nov 2018





Rechercher dans cette rubrique  


 
getfluence.com
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux musique



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle